Mon neveu.

Vous ai-je déjà dit que j'avais une sœur ? Mes parents avaient en effet eu la mauvaise idée d'avoir une fille, 8 ans avant moi. A 17 ans et demi, elle s'était retrouvée enceinte. Mes parents l'avait donc gentiment invité à se marier avec l'homme de ses rêves.
Son mari était laid, violent, raciste et homophobe. Il était rare qu'il soit invité au réunions de famille. Mais ma sœur passait de temps à autre chez moi, avec ses deux enfants, Maxime et Julie.

Christian, avec qui j'étais j'étais en couple depuis maintenant 2 ans, avait du partir voir sa famille à San Diego. J'avais pris congé et décidai de réaliser mon rêve, creuser un étang dans mon petit jardin.

Sachant que Maxime faisait des études liées à la maçonnerie, je contactai ma sœur demandant si elle était d'accord qu'il vienne ma donner un coup de main. Elle accepta, et s'invita même à souper. Sachant également que Maxime fêtait son anniversaire quelques jours plus tard, je prévus d'aller avec lui chercher un cadeau.

Après avoir soupé et ma sœur repartie, Maxime et moi montèrent nous coucher.

Le lendemain, nous commencèrent à creuser l'étang. Après quelques heures, ma pelouse était ornée d'un trou rond d'un mètre cinquante de diamètre. J'avais pu observer Maxime qui avait travailler sans relâche pour terminer au plus vite. Il paraissait plus que ses 17 ans. A f***e de travailler torse-nu, il présentait un bronzage doré du plus bel effet. Il avait des cheveux blonds coupé court, un visage rond et de charmant yeux bleus.

Comme promis, une fois le travail fait, je le conduisit chez Décathlon.
Après avoir mangé, il s'installa dans le divan. C'était la première fois depuis longtemps que je passais du temps avec lui. Il alluma une cigarette et me la tendit. Je pensais qu'il avait drôlement muri.

Après avoir échangé quelques banalités, il rentra dans le vif du sujet :

- Tu te souviens quand tu m'as gardé la dernière fois ?

Je dus réfléchir quelques instants. Ah oui ! Il avait 12 ans et ses parents étaient partis 2 jours pour leur fille

- Oui répondis-je.
- Je t'avais montré ma queue et je t'avais demandé si elle était assez grosse
- Oui. Je t'avais dit que oui.
- Quand tu t'es endormi, j'ai regardé la tienne.

Je ne pus m'empêcher de rougir. J'avais le sommeil lourd et ne m'étais rendu compte de rien. Je ne répondis pas et le regardai, interrogateur.

- Elle était plus grosse que la mienne, avec des poils.
- C'est normal, répondis-je. Je suis plus vieux que toi. Tu dois avoir des poils aussi maintenant.
- Ouais, dit-il, mais je les rase quand je prend ma douche, j'aime pas.

Je ne voyais pas où il voulait en venir. La situation me rendait un peu mal à l'aise.

- Papa m'a dit que t'étais juste bon à te faire sucer le bite et à te faire enculer.

Merci beau-frère !

- Mais moi c'était ça que je voulais, continua-t'il. Quand j'ai commencé à me branler, c'est à toi que je pensais. Un pote est venu et à commencer à me la sucer, mais il n'a plus voulu quand je lui ai envoyé mon sperme en bouche. C'était la première fois que j'en avais.

Le terrain devenait glissant et je ne savais pas comment m'en sortir. J'en voulait à mon beau-frère et me sentais coupable d'avoir été le fantasme d'un gamin. Max poursuivait son histoire :

- J'ai essayé avec des filles mais ça m'excitait pas. Je pensais à toi pour arriver à bander.
- Tu n'as jamais eu de copain, demandais-je ?
- Avec mon père, je serais déjà mort si je ramenais un garçon chez moi. Et puis j'ai pas envie d'être la tapette de service à l'école. Je n'aime déjà pas mes études, alors si en plus je dois être malheureux...

Un détail me frappa alors. Pour un futur ouvrier de la construction, Max avait les ongles impeccablement manucurés, les escelles rasée, je le soupçonnait même de mettre de la crème hydratante. Cela ne cadrait pas vraiment avec le profil du métier.

- Tu bandes ? me lança-t'il en regardant mon pyja-short.

Je ne répondis rien.

- Moi oui, dit-il. Il abaissa son short pour me le prouver et sorti une bite de taille correcte, légèrement pliée au milieu.

Max réussit à m'exciter. Fier de lui, il passa sa main sous mon short et empoigna ma bite maladroitement.

-Aïe, m'exclamais-je

Il s'assit, l'air penaud.

- Pardon, je voulais pas te faire mal.

Je pensais à toute vitesse. D'accord, c'était mon neveu, mais à plus de 17 ans, on est plus un gamin. Et puis je préférais qu'il ait sa première fois avec moi plutôt que de se faire maltraiter dans une dark room ou pire encore, tomber sur un pervers via internet.

- C'est pas grave, lui dis-je dans un sourire. Viens.

Il se présenta devant debout devant moi. J'abaissai doucement son short pour redécouvrir cette jolie bite. J'entrepris de la lécher avant de la sucer doucement. Je lui frottais en même temps les cuisses, qui étaient couvertes de poils blonds. Il gémissait de plaisir, et ne tarda pas à donner des coups de reins pour suivre mes mouvements.

J'arrêtai de le sucer mais gardai ses couilles en mains. Il me regardait en souriant. Il recula en me déshabilla. Ma bite et la sienne avait plus ou moins la même taille. Il me dit en riant "Je t'ai rattrapé". Il s'agenouilla et me suça à son tour. Il savait y faire. Il s'arrêta et me dit "Encule-moi".

Je m'aperçus qu'il avait déjà regardé si pas de film, des photos. En deux temps, trois mouvements il s'accroupit sur ma bite. Je le vis s'enfoncer avec une facilité dans son cul. Il semblait prendre son pied. Je l'invitai à se retirer et nous sommes montés dans ma chambre. Il se coucha sur le dos et ramena ses genoux sur ses épaules. Je réenfonçai ma bite dans ce trou offert, jusqu'à ce que j'y jouisse. J'attrapai sa bite et la suçai jusqu'à ce qu'il jouisse à son tour.
95% (21/1)
 
Categories: AnalGay Male
Posted by dingo78
2 years ago    Views: 1,645
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments