Les deux frères (1)

Quelques mois avaient passé, et Patrick semblait apprécier de plus en plus ses sessions de massages personnalisés.

Fin juin, après une de nos séances aussi chaude que d'habitude, Patrick me dit qu'il avait gagné un voyage à un tournoi de mini-foot. Trois jours à Disneyland Paris, pour quatre personnes. Sa stupide copine ne sachant pas venir, il me proposa d'y aller avec lui et son frère. Il insista sur le fait qu'il amènerait un copain et que nous aurions la paix.

J’acceptai sans tarder , imaginant les sessions torrides que nous pourrions avoir, sans être dérangés !

La veille du jour J, il vint me trouver en ma disant que le copain de son frère avait annulé, pour une raison obscure. En quelques secondes, je vis tous mes plans s'envoler... Mais bon, je gardai la face et le rassurai en pensant que nous trouverions bien quelques instants d'intimité.

Pour avoir plus de place, j'avais emprunté l'Espace de mon père, qui, après 1001 recommandations, me donna les clés. Je conduisais, Patrick était à coté de moi et Alain à l'arrière.

Alain était tout le contraire de son frère. Patrick était effacé, doux et timide,n alors qu'Alain était exubérant, avait le look "mauvais garçon" et ne semblait avoir peur de rien.

Patrick portait un short et un polo alors qu’Alain avait choisit de porter un training et un t-shirt.

Sur l'autoroute, je l’observai discrètement et me rendit compte que ses parents avaient bien travaillé. Alain était grand, mince et élancé. Il avait les même yeux bleus que son frère. Sa boucle d'oreille et ses cheveux rasés lui donnait un air dur, même si j'étais persuadé qu'il ne l'était pas tant que ça.

Après m'être arrêté pour faire le plein, j'annonçai fièrement qu'il ne nous restait plus que 2 heures de route. Alain se coucha sur les sièges et dit qu'il lui restait assez de temps pour faire un somme. Aussi tôt dit, aussi tôt fait... Patrick et moi entendirent des ronflements à peine 5 minutes après.

Patrick posa alors sa main sur mon bras et et chuchota que coute que coute, nous aurions nos moments d'intimité. Au même moment, Alain lança "J'en étais sur, bande de tapette... Tes crampes étaient un peu trop régulières... C'est comment quand il te baise ?"

Je vis dans le rétroviseur qu'Alain, toujours couché, avait passé sa main dans son training et se masturbait.

Patrick prit une teinte cramoisie et murmura quelque chose d'incompréhensible.

La situation semblait exciter Alain, qui continuait à se masturber.

Pour le première fois, je ne trouvais pas de réponse à donner, ce qui semblait beaucoup l'amuser.

Il abaissa son training, découvrant ainsi un sexe digne d'un acteur de film porno : longue, au moins 20 cm, droite et épaisse, elle était diablement appétissante.

- Fais attention, lui dis-je, ne fait pas de taches sur les sièges !
- Tracasse, me répondit-il, j'ai l'habitude.

Il se rassit, se replia sur lui même et goba son propre gland tout en avalant son sperme.

Lorsqu'il se redressa, il nous regarda l'air satisfait et nous dit "et voilà, pas de taches..." avec un large sourire.

Cet épisode m'avait excité au plus haut point. Patrick ne semblait pas en reste à voir la bosse qui s'était formée à son entrejambe.

Tout le reste du trajet, je me demandais ce qu'Alain allait nous réserver pour la suite du week-end, et les deux heures de trajet restantes passèrent en un clin d’œil.
80% (6/1)
 
Posted by dingo78
2 years ago    Views: 471
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments