1. Julien

Les histoires que je vais vous présenter sont autobiographiques, seuls certains prénoms ou lieux auront été changés afin que tous ne se reconnaissent pas...

Julien et moi avions été amis dès notre plus jeune âge. Nos mères travaillaient ensemble, dans le même hôpital, et nos pères avaient construit une petite affaire ensembles. Même notre date de naissance était quasiment identique, à trois jours près !

Je sus très tôt que les garçons m'attiraient. Je ne me souviens d'ailleurs pas avoir fantasmé sur une fille.

A l'adolescence, nous avions décidé de choisir un sport dans lequel nous nous plairions, probablement lassé des reproches de nos parents de toujours commencer mais de ne jamais finir. Nous avions décidé de nous consacrer au tennis, car c'était l'un des rares moment où nous nous retrouvions seuls.

Si nous avions beaucoup de points communs, nous habitions malheureusement assez loin l'un de chez l'autre. Nous avions dès lors trouvé la solution : après l'école, le vendredi, j'allais chez Julien et mes parents venaient me rechercher le samedi soir, ce qui nous laissait une soirée et une nuit ensemble.

Je me souviens en particulier d'un soir, celui où j'ai été dépucelé...

Nous avions déjà joué à faire l'amour, à nous branler mutuellement mais... Nous avions envie d'aller plus loin.

Ce soir là, les parents de Julien étaient partis et nous étions seuls. Nous nous sommes lavés, puis installé dans le clic-clac qui lui faisait office de lit. Il me dit :"Attends, je reviens".

Cinq minutes plus tard, il introduisit une cassette dans le vidéo et un film commença... Pas un simple film, un film porno, que le copain de sa sœur lui avait donné.

Nous regardions, ébahis, les poses et les actes des acteurs. Nous bandions tous les deux dur comme fer.

Nous étions tous les deux en short, sans sous-vêtement. Il me lança ; "Ca te dirait d’essayer de faire comme eux ?"

Je n'en croyais pas mes oreilles... En moins de trois secondes, nous étions tous deux nus comme des vers.

Julien était un garçon bien bâti, de taille moyenne, ni mince ni gros, et pas musclé à l'excès, juste comme il fallait. Sa bite était par contre énorme, d'une largeur peu commune.

Je me mis à genoux et commençai à sucer sa bite, tout en le branlant doucement. Ses gémissements me donnait un plaisir fou, jusqu'à ce qu'il me demande d'arrêter.

Il se coucha sur le dos, et me demanda de venir me mettre à quatre pattes au-dessus de lui. Je recommençai à gober son engin lorsque je sentis que sa langue me léchait l'anus. Il frotta mon gland, trempé d'excitation et enfonça délicatement un doigt. Sous la surprise, j'arrêtai de le sucer et il glissa "C'est bon hein...".

Je ne répondis pas. Il me demanda de ne pas bouger. Il parti quelques secondes et revint. Il massa mon anus avec de la crème hydratante, surement la chose se rapprochant le plus du lubrifiant qu'il ait pu trouver.

Je sentis son gland se présenter à mon cul... "J'y vais", me dit-il.

Il me pénétra doucement, enfonçant son pénis avec délicatesse, en me lançant un timide "ça va ?"

La douleur que je ressentais se fit moins vive et se transforma en plaisir et excitation. Il commença un va et vient, plus ou moins rapide. Je commençais à ma branler, l'envie étant trop forte.

Après à peine quelque minutes, j'éjaculai dans ma main, dans une explosion de plaisir rarement atteint. Quelques seconde après, je sentis son sperme m'envahir. Il se retira et s'excusa, me disant qu'il avait trop bon. Je lui souris et l'embrassai, ce qui ne paru pas le déranger.

Nous avons continué nos "petits jeux" durant presque trois ans, quand il parti vivre au Canada pour suivre ses parents.
77% (5/1)
 
Posted by dingo78
2 years ago    Views: 782
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
2 years ago
Sympa :)
2 years ago
Très mignon comme récit