ANNETTE LA TANTE DE MA FEMME

LU SUR LE NET

ANNETTE

L'histoire que je vais vous raconter a eu lieu il y a environ 5 ans au début de ma relation avec mon amie, qui est devenue aujourd'hui ma femme.

Quelques semaines après notre rencontre, j'ai fait la connaissance de ma belle famille et en particulier des 3 sœurs de ma belle mère. Celle-ci avait deux sœurs aînées et une cadette, Annette.

Les premières visites chez la tante de mon amie furent on ne peut plus banales. Annette était une femme d'une cinquantaine d'années mariée et mère de deux grandes filles dont je n'ai jamais su grand-chose, si ce n'est que seul les études les préoccupaient.

Son mari, Pierre, était un type plutôt sympathique, bavard et les discussions sur le foot, le travail et autres sujets étaient toujours forts distrayants. Ils vivaient dans une petite ville de province. Leurs deux filles avaient quitté le cocon familial depuis peu, c'est pourquoi Annette aimait avoir du monde à la maison.

Ils habitaient un petit appartement au dernier étage d'un immeuble vieillissant. Leur intérieur était petit, mais chaleureux. Le sol recouvert presque entièrement de moquettes montrait l'influence des années 70 dans la décoration. Les lustres et les meubles étaient du même acabit. Malgré tout, l'ensemble était très chaleureux et une espèce de quiétude permanente se dégageait des lieux.

D'un point de vue physique, Pierre ressemblait à monsieur tout le monde. Assez grand, brun, svelte, il semblait toujours fatigué et peu proche de son épouse qu'il ne manquait jamais de rabrouer à la moindre occasion.

Annette, elle, était plus petite, environ 1,60 mètres, des cheveux clairs assez courts,une permanente toujours impeccable, quelques rondeurs dues à son âge, mais surtout ce qui était le plus frappant lorsqu'on la voyait pour la première fois, des seins énormes qui déformaient en permanence n'importe lequel de ses vêtements. Pour moi qui suis un amateur de ce genre d'attributs chez une femme, j'étais gâté. La seule vue de sa poitrine provoquait chez moi un émoi particulier, et je devais prendre garde en permanence de ne pas poser de regards trop insistants sur les protubérances mammaires d'Annette.

Malgré son âge, ses seins paraissaient encore avoir une parfaite tenue, et j'aurais donné beaucoup pour pouvoir le vérifier de mon propre chef.

Annette était toujours disposée à recevoir du monde et elle nous proposa à mon amie et moi plusieurs fois de venir lui faire une petite visite, et comme elle savait que je faisais beaucoup de kilomètres pour mon travail et que je passais souvent près de chez elle, elle me proposa à plusieurs reprises de m'arrêter boire le café avec elle et son mari.

Je n'avais jusqu'à présent jamais eu l'occasion de répondre favorablement à l'une de ses invitations. Mais un jour de septembre, à la sortie de l'été, alors que j'étais en fin de matinée près de chez eux, j'ai pris l'initiative de les appeler pour me faire inviter à déjeuner le midi.

Annette était ravie de mon coup de fil, et voilà comment je me suis retrouvé devant la porte de leur appartement, un bouquet de fleurs à la main, un midi de septembre.

Il faisait encore très chaud ce jour là. C'est Pierre qui vint m'ouvrir la porte. Nous nous saluâmes et il me fit entrer dans le salon et me proposa de m'asseoir en attendant l'arrivée d'Annette. Pierre m'expliqua que la plus âgée des sœurs d'Annette était là quelques jours en vacances. Marthe, c'est elle, venait assez souvent passer plusieurs jours chez sa sœur et son beau frère. J'appréciais beaucoup Marthe, elle était agréable à côtoyer et jamais avare d'une bonne anecdote ramenée de l'uns de ses nombreux voyages aux quatre coins du monde.

Nous discutâmes tous les trois lorsqu' Annette vint nous rejoindre. Elle était vêtue d'un chemisier vert vif qui ne mettait pas particulièrement en avant sa poitrine. Cela fut une aubaine car j'ai pu ainsi parfaitement me concentrer sur tous les sujets de conversation que nous avons évoqués durant le repas. Elle portait également une jupe mi-longue de couleur crème et des escarpins noirs vernis. J'étais assis dans un grand fauteuil style années 70. Elle s'approcha de moi, et alors que je voulus me lever pour l'embrasser, elle posa sa main droite sur mon épaule en me disant que je pouvais rester assis. Ainsi penchée, je pus respirer son parfum et la vue qu'elle me proposait ainsi était parfaitement incroyable.

En effet, elle avait laissé les deux boutons supérieurs de son chemisier ouvert, ce qui eu pour effet de me dévoiler une grande partie de ses énormes seins.

Elle m'embrassa tendrement sur les joues et me fit un clin d'œil en se relevant. Je ne sais pas si elle a senti ma gêne, toujours est il qu'elle n'a rien fait pour l'éviter.

Elle est ensuite allée s'asseoir sur le canapé auprès de sa sœur. Son mari me faisait face et était installé sur le second fauteuil du salon. Nous avons ainsi pris l'apéritif, pis nous sommes passés à table. Annette était très bonne cuisinière, et de ce point de vue non plus, je n'ai nullement regretté d'être venu.

Pendant le repas, Annette qui me faisait face, m'a à plusieurs reprises lancé des regards accompagnés de larges sourires qui ne faisaient qu'accentuer la sensation de chaleur qui régnait dans le salon. La fin du repas approchait, et alors que Pierre et Marthe s'étaient lancés dans une discussion interminable dont ils ont le secret, je me suis proposé d'aider Annette à mettre le couvert pour le dessert.

Nous étions tous les deux dans la cuisine et c'est à ce moment qu'elle m'a appris que sa sœur repartait l'après-midi même vers Paris et que c'était Pierre qui allait la conduire à la gare à environ 45 minutes de route de leur appartement. Le départ était prévu pour dans trente minutes, et c'est ce qui explique l'ardeur que mettait Annette à préparer dessert et café. En s'activant à débarrasser le couvert, Annette a malencontreusement sali son chemisier, aussi dès son retour à la cuisine, elle me demanda si cela ne me dérangeait pas de préparer seul le café pendant qu'elle irait changer de tenue. Je lui répondis que j'étais d'accord et après m'avoir gratifié d'un compliment sur le fait que j'étais le seul à l'aider, elle se dirigea vers sa chambre qui jouxtait la cuisine où nous nous trouvions.

Alors que je m'activais à préparer le café, je ne pus m'empêcher de jeter un regard en direction de la chambre. Quelle ne fut pas ma surprise d'entrevoir Annette en train de changer son chemisier. En effet, dans le fond de la chambre se trouvait un grande armoire lorraine au milieu de laquelle trônait un miroir, qui, de là où je me trouvait reflétait l'image d'Annette, de face, en train de se dévêtir. J'ai manqué de m'étrangler devant le spectacle qui m'était proposé. Elle avait maintenant complètement quitté son chemisier et laissait apparaître au grand jour son haut en dentelle bleu nuit d'imposante taille qui essayait de soutenir autant que possible ses imposantes mamelles. Celles-ci semblaient à l'étroit à l'intérieur du soutien gorge. Après avoir fouillé dans l'un de ces tiroirs, elle en sortit un haut en coton blanc qui moulait à merveille ses deux gros seins. Elle me rejoignit quelques instants plus tard à la cuisine. La vue de ce spectacle m'avait fortement ralenti dans la tâche qui m'avait été confié.

A son retour de la chambre, Annette me lança un large sourire.

« Comment trouves-tu ma nouvelle tenue ? me demanda t-elle en passant ses mains sur tout le haut de son corps pour mettre en avant son opulente poitrine dans son petit haut moulant.

J'étais un peu gêné par cette question, et elle dut le sentir car elle rajouta :

« Sois franc. Je veux savoir si je fais encore de l'effet à quelqu'un »

« Vous… vous êtes superbe » murmurais-je à demi-mot.

Elle me sourit à nouveau et passant derrière moi pour att****r les tasses à café, elle me caressa la nuque. J'étais comme pétrifié par la tournure que prenaient les événements. Cela allait bien au-delà de tous mes fantasmes. Moi qui m'étais très souvent masturbé en pensant à Annette et surtout à ses gros seins, la voilà qui me laissait entrevoir une suite plus que sympathique.

Malgré tout, un problème de taille subsistait encore. Pierre et Marthe étaient toujours en train de bavasser dans le salon et leur présence interdisait toute suite dans le petit jeu qu'Annette semblait me proposer.

« Dépêches-toi Annette, nous allons être en retard. Je voudrais bien boire mon café avant de partir » lança Pierre.

« On arrive, c'est prêt » lui rétorqua Annette. Il est vrai que Pierre et Marthe devaient nous quitter pour la gare. J'avais presque oublié cela et la pensée de me retrouver bientôt seul avec Annette me fit bander à nouveau. Pourvu qu'Annette souhaite continuer dans la lignée de ce qu'elle m'a fait découvrir.

Une fois le café expédié, Pierre et Marthe se sont préparés et cinq minutes plus tard, après plusieurs embrassades entre les deux sœurs, les voilà tous les deux quittant l'appartement.

J'ai l'impression que la chaleur est alors montée d'un cran dans le petit salon. Pendant qu'Annette accompagnait Pierre et Marthe à la voiture, j'avais repris place dans le fauteuil du salon. La chaleur de cette journée de septembre, ajoutée au délicieux repas que je venais d'avaler fit que je commençais à somnoler.

Je fus tiré de ma léthargie par le retour d'Annette qui vint immédiatement me rejoindre dans le salon et s'installa sur le canapé à ma gauche. Elle était située à environ un mètre de moi. Je ne pus m'empêcher de poser à nouveau mon regard sur ses deux énormes seins. Elle s'en aperçut bien vite et me dit :

« Ils te plaisent ? » en passant délicatement sa main sur chacun de ses seins. J'étais embarrassé par la question d'Annette, mais f***e est de constater que je n'avais rien fait pour éviter pareille situation.

« Dis-moi, je veux savoir » rajouta t-elle. « J'ai l'impression que tu veux me dire quelque chose, mais que tu n'oses pas. Sois franc, nous ne sommes que tous les deux et je te promets que tout ce que tu diras ou feras ne sortiras jamais de cette pièce ».


Les mots d'Annette ont eu pour effet de me détendre, et alors que je n'aurais jamais osé il y a quelques minutes, je lui avouai :

« Je trouve vos seins absolument sublimes. De plus, vous savez les mettre en valeur ». Je n'osais pas la regarder en disant ces quelques mots. Annette ne semblait pas gêner le moins du monde et contre toute attente, elle se leva du canapé et me fit maintenant face. Elle était là debout face à moi. Elle avait quitté ses escarpins. J'étais toujours assis dans le fauteuil. Elle mit sa main sur ma joue et me fit me lever. Ces deux seins effleuraient ma poitrine. J'étais excité et j'avais du mal à cacher la bosse qui déformait mon pantalon. Elle posa à nouveau une de ses mains sur ma joue. Sa seconde main vint se poser sur mon poignet. Elle passait maintenant sa main dans mes cheveux et avait relevé mon bras.


Elle fit quelque chose qui faillit ensuit me faire défaillir. Elle posa l'une de mes mains sur l'un de ses seins. J'étais subjugué par ce qu'elle venait de faire et elle m'invita à poser ma seconde main sur son autre sein. J'étais là debout dans le salon d'Annette les deux mains en train de caresser ces deux énormes seins. Elle ferma les yeux. J'avais commencé à accélérer lentement le rythme de mes caresses.

Annette semblait apprécier mes caresses. Sa respiration s'était accélérée. De mon coté, mon sexe bandé commençait à me faire mal. J'étais à l'étroit dans mon slip. Tout à coup, elle me retira les mains de sa poitrine. Elle fit un demi pas en arrière.

« Je pense que ce sera encore mieux comme ça » me dit-elle en retirant son haut moulant. Deux secondes plus tard, elle était là, planté 50 cm devant moi, avec seulement son soutien gorge, pourtant de grande taille, mais qui semblait ne plus pouvoir contenir bien longtemps ces énormes outres. D'un geste lent et précis, elle passa les mains dans son dos et dégrafa lentement son soutien-gorge. J'ai alors failli m'étrangler. Elle a jeté celui-ci sur le canapé à sa droite. Ses seins étaient somptueux. Enormes, ils étaient d'un blanc laiteux. Sa peau était lisse.

Ses seins avaient encore une bonne tenue pour une femme d'environ 50 ans. Elle avait de grosses auréoles brunâtres et ses tétons étaient très gros eux aussi. Ils avaient doublé de volume sous l'effet de mes caresses.

Elle s'approcha de moi et je pus reprendre mes caresses. Le contact de sa peau augmentait encore le désir que je pouvais ressentir. Elle entreprit à son tour de déboutonner lentement ma chemisette. Je fus vite torse nu et dans un état d'excitation intense. Nos caresses mutuelles furent soudain plus vives et elle commençait à gémir sous les assauts que je lui prodiguait. J'avais entrepris de lui ôter sa jupe en même temps qu'elle enlevait un à un les boutons de mon pantalon.

Nous nous sommes retrouvés quelques instants après tous les deux avec pour seul vêtement nos slips respectifs. C'est à ce moment qu'elle m'embrassa à pleine bouche. Je lui fouillais la langue avec vigueur sans cesser de lui caresser les seins. Je roulais ses tétons entre mes doigts. Cela avait pour effet de la faire gémir presque en silence. On voyait qu'elle appréciait énormément cela.

Elle cessa un instant. Elle mit ses deux mains sur mes épaules et fit mine de me pousser en arrière. J'ai compris qu'elle souhaitait que je m'asseye dans le fauteuil. Une fois assis, elle se caressa le ventre en me disant qu'elle avait énormément aimé la façon dont je m'étais occupé de ses seins et que c'était maintenant à son tour de s'occuper de moi.

Elle était là debout face à moi uniquement vêtue d'une petite culotte en dentelle bleue assortie à son soutien gorge. On devinait sa toison noire et épaisse au travers du léger morceau de tissu. Une tâche foncée à son entrejambe montrait que son excitation et son désir étaient sans aucun doute comparables au mien.

Je fis un mouvement en avant du fauteuil, voulant lui ôter le morceau de tissu qui lui restait. Elle s'y opposa me disant qu'il n'était pas encore temps.

Elle se mit alors à genoux entre mes deux cuisses. Elle se caressa à nouveau les seins et approcha ses mains de mon sexe tendu qui manquait de déchirer mon slip. Elle entreprit d'ôter celui-ci, ce qui fut chose aisée. Pour ma part, cela fut une délivrance. Elle attrapa ma verge tendue et commença un doux massage de haut en bas et de bas en haut. Elle jouait alternativement avec mon gland violacé et mes couilles.

Elle s'approcha un peu plus et entreprit de me mettre en bouche. La sensation que me procura cette douce fellation fut tout simplement divin. Elle me pompait divinement bien. Elle alternait les phases de sucions et de branlette, pendant que je lui caressais les cheveux. Ses gros seins ballottaient au rythme de ses mouvements et ils venaient de temps à autre effleurés mes cuisses. Cela ne dura que quelques minutes, car le désir montait en moi rapidement. Je fus contraint (même si cela n'aurait pas été pour me déplaire d'éjaculer dans sa bouche) de la couper dans son élan. Elle recula lentement et me sourit.

Nous nous relevâmes. Je la pris par la taille et je l'invitai à s'asseoir sur le canapé juste derrière elle. Il faisait chaud. Elle était maintenant assise, et moi de debout face à elle. Je m'accroupis entre ses deux cuisses. Annette était toujours vêtue de sa petite culotte en dentelle bleue. Lentement, j'ai entrepris de lui ôter son dernier vêtement. A ma grande surprise, elle s'est laissée faire. Sa culotte était trempée, signe de son excitation. Une fois celle-ci entièrement enlevée, Annette écarta les jambes. J'avais une vue splendide sur sa chatte abondamment poilue. On voyait qu'elle s'entretenait, car ses poils étaient parfaitement taillés. Je commençai à lui caresser l'intérieur des cuisses.

Elle attrapa mes bras afin de me rapprocher d'elle. Je lui fis signe de se remettre au fond du canapé. Elle fut un peu surprise et ne comprit pas tout de suite mes intentions à son égard. Lorsqu'elle vit mon visage approché de son antre humide, elle eut un léger mouvement de bras. Elle stoppa net lorsque ma langue vint au contact de ses grandes lèvres mouillées et poilues. Elle poussa un petit cri de plaisir et de surprise. Elle m'expliqua plus tard qu'aucun homme ne lui avait jamais mangé la chatte. Elle me dit aussi qu'elle avait eu un peu peur de sa réaction et de la sensation que cela allait lui provoquer.

Il ne fallut pas longtemps pour qu'Annette soit complètement envoûtée par le traitement que j'étais en train d'infliger à son abricot maintenant tout boursouflé. Moi qui était un adepte du cunnilingus, c'était un véritable plaisir tant l'antre d'Annette était chaud et humide. Peu à peu, elle qui ne faisait que subir au départ, elle devint plus active, ondulant son bassin au rythme de mes coups de langues plus ou rapides et appuyés.

Après quelques minutes, Annette, qui avait posé ses deux mains dans mes cheveux, fut au bord de la jouissance. Sa chatte était de plus en plus humide. Ses petits cris de plaisir se transformaient petit à petit en râles de plaisir. Je m'affairais toujours plus à lui fouiller chaque recoin de son intimité. J'avais pris l'initiative de poser chacune de ses jambes sur mes épaules pour pouvoir augmenter encore le rythme du cunnilingus que j'étais en train de lui prodiguer. Elle arriva vite au paroxysme de sa jouissance. Elle plaqua fermement mon visage contre sa vulve bouillonnante. La plus grande partie de mon visage était enfoui dans sa chatte et un immense jet de crypine vint inonder l'intérieur de ma bouche. Elle fut prise d'une sorte de convulsion. Annette ne put se retenir de crier. Heureusement que nous étions seuls et que tout l'immeuble semblait aujourd'hui désert.

Il lui fallut quelques instants pour reprendre ses esprits. Je m'étais relevé, alors qu'Annette s'avança sur le bord du canapé en se passant la main dans les cheveux.

« Tu m'as donné un plaisir fou » me lança t-elle. « Viens, je veux que tu me prennes, là, maintenant. Je veux te sentir en moi. Je veux que tu jouisses en moi ! »

Elle attrapa mon sexe tendu à l'extrême. Elle commença à me branler lentement. Elle recula dans le canapé sans lâcher l'objet de sa convoitise. Je pris appui sur mes deux bras disposés de chaque coté de son bassin. Je laissais Annette amener ma bite à l'entrée de son minou. Je n'eus aucune peine à la pénétrer tant elle mouillait. Une fois ma bite entrée à fond dans sa chatte, je restai un instant immobile afin de profiter au maximum de cet instant unique.

« Vas-y, baise moi » m'ordonna Annette. Je commençai quelques lents va-et-vient. Elle avait plaqué ses mains sur mes deux fesses. La position dans laquelle je me trouvais me permettait facilement de téter des deux énormes mamelles qui commençaient à remuer au rythme des coups de pistons que je lui donnais. Mes couilles venaient taper ses fesses à chaque coup de butoir, ce qui avait pour effet d'augmenter mon excitation, si tant est que cela fut possible.

« Oh Annette, je ne vais pas pouvoir tenir très longtemps » lui dis-je.

« Vas-y, je veux que tu jouisses en moi. Ne t'arrête pas. Vas-y plus vite, plus fort » cria t-elle.

Moins de trente secondes plus tard, j'explosai en elle. De longues saccades de sperme chaud envahissaient sa chatte trempée. Jamais jouissance ne m'avait paru aussi longue et puissante. Je restai quelques secondes dans cette position, le temps de reprendre mes esprits. Je me suis ensuite retiré de la chatte d'Annette. Celle-ci était souillée par le flot de sperme qui coulait également le long de ses deux cuisses.

Annette se rapprocha de moi et m'embrassa à pleine bouche. J'étais accroupi entre ses deux jambes et je lui caressais lentement les deux grosses auréoles brunes de ses seins en faisant des mouvements circulaires avec l'index de chacune de mes mains.

« Pardon » me dit-elle « je ne sais pas ce qui m'a pris d'avoir succombé comme cela »

« J'avais très envie de vous depuis bien longtemps » lui avouais-je. Elle me souri à nouveau.

« Cela faisait bien longtemps que personne ne s'était occupé de moi de la sorte. Tu sais, Pierre ne me touche quasiment plus, alors que moi j'ais encore fréquemment envie de faire l'amour »

Je l'embrassai tendrement à nouveau en la serrant contre moi. J'avais à peine débandé. Annette posa à nouveau sa main sur ma bite et me murmura à l'oreille.

« Viens, je n'ai pas envie de m'arrêter en si bon chemin ». Incroyable. Elle n'était pas rassasiée. Elle me prit par la main. Nous traversâmes le salon et la cuisine. Elle m'emmenait vers sa chambre située à l'autre bout de l'appartement. Une fois à l'entrée de la chambre, elle me dit :

« Attends moi là une minute, je reviens »

Elle se dirigea vers la salle de bains qui jouxtait la chambre à coucher. Je me retournai pour voir à quoi ressemblait la chambre de Pierre et Annette. C'était une pièce de taille moyenne au milieu de laquelle trônait un grand lit en chêne entourée de deux tables de nuit maigrement décorées. Une grande armoire lorraine faisait face à la porte d'entrée.

Le sol était recouvert de moquette. Je m'avançai vers la fenêtre pour me convaincre que personne ne pouvait voir ce qui se passait à l'intérieur.

J'entendais l'eau coulée dans la salle de bains. Je me suis assis sur le bord du lit. C'était bizarre. J'étais là, nu, sur le lit d'Annette sans savoir ce qui allait bien pouvoir maintenant se passer. Le réveil sur la table de nuit indiquait 14 h 30. Je n'avais aucun rendez-vous précis cet après-midi là. Cela tombait d'ailleurs plutôt bien.

« Coucou, je suis là » me lança Annette en pénétrant dans la chambre.

Elle n'avait pas passé le moindre vêtement. Elle fit le tour du lit et se planta devant moi, à environ 1 mètres 50. Je pris le temps de la regarder plus en détails. Elle me souriait.

Ses deux gros seins tombaient sur son ventre légèrement rebondi. Ses hanches paraissaient encore fines pour une dame de son âge. Elle tenait à la mai un flacon qu'elle posa sur le bord du lit. Je me levai pou l'enlacer tendrement. Notre étreinte dura un long moment. Je lui caressais chaque partie de son corps. Ses seins me fascinaient toujours autant. Je ne manquais pas de leur infliger à nouveau un traitement de faveur. Elle me caressait la bite lentement. Celle-ci ne tarda pas à reprendre une certaine vigueur.

Elle se mit assise sur le bord du lit. Elle attrapa le flacon qui se trouvait près d'elle en me disant :

« Tiens. J'ai encore très envie de toi. Comme tu m'as déjà baisé et que je me suis déjà occupé de ton… J'aimerais que… Enfin, tu comprends n'est-ce pas ? »

Je n'en crus pas mes oreilles. Je ne pensais pas qu'une femme de 50 ans pouvait avoir envie de se faire sodomiser dès la première fois par quelqu'un qui avait l'âge de son fils. Elle m'avoua plus tard qu'elle avait eu une seule fois l'occasion de s'essayer à la sodomie. C'était avec son deuxième ou troisième petit ami, il y a presque 30 ans.

« Je veux que tu me prépares avec cette crème. Viens. Prends-moi vite » me dit-elle.

Annette se leva lentement. Elle se caressa les seins en faisant rouler ses tétons entre ses doigts. Elle se mit ensuite à quatre pattes au centre du lent, ses fesses pointées dans ma direction. L'appel était on ne peut plus explicite. J'ai posé le petit flacon de crème entre ses deux jambes et je me suis mis à mon tour à quatre pattes derrière elle, le visage à quelques centimètres de ses fesses. J'ai commencé par la caresser lentement entre les cuisses, le bas du dos, puis j'ai approché mes doigts de plus en plus près de ses deux grandes lèvres poilues, et déjà humides. J'ai joué avec son clitoris. Annette ondulait un peu plus à chaque que j'entrais et sortait un doigt, puis deux, de son antre brûlant. Ses deux grosses mamelles ballottaient de plus en plus fort. J'ai ensuite entrepris de la lécher goulûment en prenant soin de remonter à chaque fois un peu plus haut jusqu'à atteindre son petit oeillet fripé. Ma langue s'occupait maintenant exclusivement son anus qui se dilatait peu à peu. J'ai jugé le moment opportun pour y introduire mon index. Annette poussa un petit cri.

« Oh oui. Doucement. Prépare bien mon cul. J'ai envie d'y sentir ta bite. Viens maintenant »

Elle prononça ces quelques mots en passant l'une de ses mains dans mes cheveux. Je me suis relevé et ai pris le petit flacon de crème. Je l'ai ouvert et j'ai enduit deux de mes doigts avec le liquide. J'ai ensuite massé de son anus et je l'ai préparé à me recevoir.

J'ai ensuite enduit ma bite bandée à l'extrême avec la crème. Annette haletait. Elle ne disait mot. Elle se masturbait et frottait l'entrée de son cul avec deux de ses doigts.

Ma main droite s'est posée sur la hanche d'Annette pendant que mon autre main dirigeait ma bite vers l'anus dilaté de mon amante. Mon gland violacé est venu se poser à l'entrée de son cul. D'une pression lente et mesurée, je me suis introduit en elle. Annette respirait de plus en plus fort et poussa même un petit cri lorsque je fus entré entièrement dans son derrière. Mes couilles frottaient son abondante toison humide.

Nous sommes restés plusieurs secondes immobile. Annette se mit en appui sur ses coudes afin d'augmenter encore la dilatation de son anus. J'ai commencé quelques lents va-et-vient. J'étais dans un état d'excitation intense. Je n'ai pas pu me retenir bien longtemps. J'ai éjaculé longuement et bruyamment en elle. Deux fois en moins d'une heure. Pour un coupe d'essai, c'était un coup de maître.

Je me suis retiré lentement du cul d'Annette et je me suis assis sur le bord du lit. J'ai ensuite attrapé un mouchoir en papier qui se trouvait sur une commode non loin de là afin d'essuyer ma bite. Annette s'est retournée et s'est agenouillée derrière mon dos. Elle m'a pris par le cou et a posé de nombreux baisers sur ma tête.

« J'avais tellement envie de cela depuis longtemps. Tu as été parfait, doux. J'ai adoré. Je suis prête à recommencer quand tu le désires » me dit-elle.

Elle semblait épuisée. Alors qu'elle se dirigeait vers la sortie de la chambre, la sonnerie du téléphone a retenti. Elle m'a jeté un regard inquiet avant d'aller décrocher le téléphone qui se trouvait à quelques mètres d'elle à la cuisine. Je n'entendais pas très bien ce qu'elle disait, ni le nom de la personne qui appelait. J'ai profité de l'occasion pour rejoindre la salle de bains et prendre une douche en attendant le retour d'Annette.

Alors que je terminais, Annette entra dans la salle de bains. Elle était toujours nue. Des perles de sperme coulaient le long de ses cuisses. Elle rayonnait. Ses deux gros seins ballottaient lentement au rythme de ses mouvements.

C'était Pierre qui téléphonait. Il ne rentrerait pas ce soir. Nous avons donc profité de l'aubaine pour passer la soirée et la nuit ensemble. J'ai éjaculé deux nouvelles fois en elle. Ce fut inoubliable et intense.


100% (27/0)
 
Categories: AnalHardcoreMature
Posted by delete60
7 months ago    Views: 2,945
Comments (4)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
18 days ago
Gros nibards ! Hmmmmm....
2 months ago
Bonne histoire bien bandante!
3 months ago
tres tres bon je repasserrait le lire hummmmmmmmmmmm
4 months ago
Excellent! Les gros seins, les matures, j'adore !