Soumise et soumis, « tribute » pour Je

Elle se tenait debout, seule, dans une pièce faiblement éclairée par une unique lampe rouge. Elle portait sur le haut du corps une combinaison en latex qui lui recouvrait la tête et qui se terminait au niveau de l'entre-jambe par deux boutons pressions. La combinaison était composée de deux fermetures éclair au niveau de la poitrine et des orifices au niveau de la tête laissaient apparaître une bouche et des yeux élégamment maquillés. Ses jambes étaient habillées par des cuissardes à hauts talons.

Un homme pénétra dans la pièce vêtu de chaps et d'un t-shirt en latex, d'un collier et d'une cagoule en cuir ouverte au niveau du nez, de la bouche et des yeux. Son sexe était déjà en érection et son allure altière. Il l'attrapa par les poignets et la fit reculer jusqu'à la faire tomber sur un lit en fer recouvert de rouille. Il attrapa du cordage sur le lit et commença par lui attacher ses poignets au barreaux métalliques. Elle se laissait écarter les bras docilement. Il banda ensuite ses yeux et lui enfila un bâillon-boule dans sa bouche. Il ouvrit lentement chacune des fermetures éclaires sur sa poitrine, puis méthodiquement, il agrandit l'ouverture en l'écartant et attrapa un sein par son téton pour le faire sortir et reproduisit ses gestes pour l'autre sein. Il lui malaxa ses seins de la base vers la pointe, et terminait ses gestes par quelques claques et pincement du bout des doigts sur ses tétons. Il se mit debout sur le lit et donna du mou au bâillon de sa soumise pour le lui retirer quelques instants. Il avança son bassin vers sa tête et lui présenta sa verge. Il posa délicatement son gland sur ses lèvres jointes et attendit qu'elles s'entrouvrissent pour entrer dans sa bouche. Le flanc de son pénis se recouvrait de son rouges à lèvres à mesure qu'il glissait son sexe sur sa langue. Il faisait des mouvements doux d'avant en arrière enfonçant toujours un peu plus loin son pénis. Parfois il se retirait pour poser son vit sur le visage de sa soumise avant de profiter une nouvelle fois de la douceur de sa langue.

Après un moment, il lui remit son bâillon, la libéra du lit pour aussitôt lier ses poignets entre eux. Il la retourna, la fit se cambrer et écarter ses jambes pour attacher ses mollets aux flancs du lit. Elle avait ses fesses étirées vers le haut et il fit glisser sa main dans son entre jambe pour dégrafer ses pressions, lui dévoilant ainsi son intimité. Il posa ses mains à côté de ses grandes lèvres et massa circulairement sa peau pour communiquer à son sexe ces mouvements d'étirement et de compression. Il se leva et se plaça derrière elle en la tenant par la taille. Il avança son bassin jusqu'à faire toucher du bout de son sexe les lèvres du siens. Puis lentement il pénétra sa soumise et s'enfonçait par étapes augmentant progressivement la fréquence de ses vas-et-viens. Il glissait en elle, remplissant son vagin avec sa virilité, frottant son clitoris avec ses testicules, et il se laissait aller à son plaisir dans ce con généreusement offert. Sentant l'orgasme monter le long de son vit, il se cabra sur ses fesses, resserra son étreinte autour de sa taille, et laissa filer sa jouissance tout au fond d'elle. Après avoir repris ses esprits, il la détacha, et tous deux passèrent dans une seconde pièce.


Au contraire de la première salle, celle-ci était entièrement blanche presque éblouissante. Lorsqu'il entra, il se mit à quatre pattes, tandis qu'elle attrapa une laisse au mur pour l'attacher au collier qu'il portait. Elle le fit avancer ainsi jusqu'au milieu de la pièce pour le mettre à genoux. Elle écarta légèrement ses cuisses et ses petites lèvres avec ses doigts, puis elle avança son bassin en avant et attira à elle la tête de son soumis. Il faisait glisser sa langue dans son sexe et avalait la souillure qu'il avait déposé auparavant. Lorsqu'elle jugea que son entre-jambe fut assez propre, elle referma les boutons de sa combinaison et le fit avancer jusqu'à une table gynécologique où elle lui attacha poignets et mollets à l'aide de menottes. Elle noua à sa taille une ceinture-gode qu'elle masturba lentement devant lui avec du lubrifiant. Puis elle passa entre les jambes écartées de son soumis et amena son gode jusqu'à son anus. Elle le frotta un temps avec son extrémité, puis lentement s'enfonça en lui. À mesure qu'elle augmentait l'intensité de sa pénétration, elle le voyait se crisper sur ses menottes, et au bout d'un moment son pénis commençant à se raidir de nouveau. Elle se retira et obligea son soumis à goûter l'odeur de son anus en lui amenant à sa bouche sa ceinture gode. Elle se saisit ensuite d'une pompe dans laquelle elle enfila le pénis de son soumis. Elle commença à vider l'air et à faire gonfler son membre jusqu'à le rendre violacé. Elle retira la pompe et pour le garder ainsi durci, elle noua son pénis de la base aux testicules, en passant par le scrotum, à l'aide d'une cordelette. Elle fit couler du lubrifiant sur son gland qui glissait sur son frein et le long de ses veines gonflées. Puis avec ses pouces elle entremit de masser le gland se son soumis en le malaxant, et à chaque fois qu'elle voyait qu'il allait jouir elle s'arrêter brutalement. Elle recommença plusieurs fois, augmentant de plus en plus sa frustration et alors qu'elle sentait qu'il allait jouir de nouveau, elle dénoua d'un coup la cordelette libérant ses testicules, et sans même toucher sa verge, la laissa expulser par de violentes constrictions, un sperme épais qui sortait avec grande vigueur et abondance.
100% (9/0)
 
Categories: BDSMFetish
Posted by brakmard
2 years ago    Views: 565
Comments (4)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
2 years ago
Hmmm ! Encore ! C'est savoureux !
2 years ago
merci beaucoup :)
2 years ago
Merci pour votre commentaire :)
Je me renseignerai un peu plus sur les différentes tenues existantes pour un prochain récit alors :)
2 years ago
merci beaucoup pour cette meiveilleuse histoire que j'ai émormément aimé..Si J'avais quelque chose à changer ce serais les tenues... J'ai une nette préférence pour le cuir plutôt que le latex :-)