mon premier époux......

Bonjour,Mon nom est M.J., Je suis une vieille dame retraitée de 67 ans maintenant, Française par mon dernier mariage car je suis née aux Pays-Bas en 1945, et, à dix huit ans je vivais à R. une grande ville du sud de la Hollande, j'étais bonne élève au conservatoire et j'avais entamé des études de piano et de chant.
A cet âge là, j'étais aussi jolie, 1m72, cheveux d'un blond vénitien, mince avec une grosse poitrine qui faisait forte impression aux hommes et à quelques femmes aussi.
Mais j'étais élevé pudiquement, en fille unique d'une couple de petits bourgeois, et je ne connaissais pas grand chose de la vie.
Mon Professeur de chant et de piano, Kees V.D.K était un homme de 46 ans, cheveux gris, assez bel homme, et je ne tardais pas à tomber amoureuse de lui et de céder à ses flatteries.
Il me faisait beaucoup travailler le piano et le chant, me trouvait une voix expressive pour le "spracht gesang" et me faisait travailler l'Opéra de quatre sous" pour une représentation publique, j'étais très fière et de plus en plus amoureuse de lui.
Si bien qu'il me proposa le mariage ! il y avait entre lui et moi plus de 28 ans de différence, bien plus que le double de mon âge, mais j'étais éblouie et je n'en tenais pas compte.
Mes parents hésitaient un peu à cause de cela, mais la situation de Kees , le fait qu'il gagnait beaucoup d'argent faisait qu'ils ne s'opposèrent pas à ce mariage.
J'étais vierge et assez innocente, mais je découvris rapidement que mon mari était un vieux pervers épuisé par les débauches: il ne parvenait pas à obtenir une érection suffisante et c'est avec un substitut de caoutchouc qu'il me dépucelat !
Avec lui, je ne faisais pas l'amour d'une façon normale: il fréquentait les boutiques de sexe d'A'dam, et revenait avec des sous vêtements de putain qu'il m'obligeait à porter revenait avec de substituts de membres masculins de plus en plus gros, qu'il me forcait à porter pendant de longues heures dans le sexe ou dans l'anus, "pour me dilater," me disait mon mari et "pour que je soit accessible à toute sorte de membres"
A la maison je devais toujours être nue, en porte -jarretelle, bas résille, talons hauts et soutiens -gorge ouverts, laissant apparaitre le bout de mes seins, ce qui lui permettait de mettre des pinces à mes tétons.
Je vivais ainsi dans un état permanent d'excitation sexuelle inassouvie et me disais que j'étais belle en putain de cabaret.Kees avait beaucoup de relations dans le petit milieu des bourgeois pervers où il me fit rentrer petit à petit. Il commença par me présenter à un vieux couple de Leyden qui habitait dans une grande maison de la banlieue résidentielle non loin de l'université.
Mon mari me livra littéralement à eux, "pour m'apprendre les plaisirs de la vie" me disait-il, et je me laissais faire, au début devant lui, puis , aprés quelques rencontres, il m'amenait en voiture jusqu'à l'entrée de leur jardin, sonnait, échangeait rapidement quelques mots avec Bros, en lui disant "occupez vous bien d'elle, je passe la reprendre ce soir", et repartait sur A'dam, où il donnait des leçons de chant.
Je devait me présenter à eux avec mes sous vêtement de putain, bas résille noir, porte-jerretelle rouge,
une gaine serrée à la taille laissant mes seins libres et accessibles, pas de slip, la vieille avait une badine dont elle me cinglait les fesses si je n'obéissait pas assez vite, elle était nue sous sa robe de chambre, elle avait de gros seins qui tombaient sur son ventre qui faisait un pli au dessus de son pubis.
Je devais luis sucer le sexe, lui lécher l'anus, elle prenait ses gros seins à pleine main pour me les fourrer dans la bouche..... puis, je devais m'occuper de son mari, Bros, qui n'était pas très grand, chauve avec une couronne de cheveux blancs, gras, du ventre, une peau rose et sans poils, un gros sexe circoncis, mou, très lent à entrer en érection, son sexe devenait énorme, et il mettait un temps fou à jouir. Il se tenait assis sur le canapé et me faisait m'assoir sur lui, sa femme prenait son sexe et me le faisait rentrer dans ma chatte en lui disant "baise bien cette petite putain, vas y, enfonce lui profondément, rempli la bien...." et déversait sur moi un flot d'obscénité que j'ai encore honte de rapporter ici. Puis ils me transportaient dans leur chambre à coucher où je devais subir les désirs lubriques de ce couple de vieux pervers: moi couchée sur le dos, la vieille me chevauchant le visage et m'étouffant presque, je devais avaler sa mouille qui me coulait dans la bouche si je désirait respirer tandis que son vieux mari , debout au pied du lit, me relevant les deux jambes me forcait l'anus de son gros membre qu'il arrivait à me l'enfoncer jusqu'à la racine de son membre.
Ces séances duraient toute l'âpres-midi, jusqu'au retour de mon mari, qui arrivait vers 19 heures après avoir donné sa dernière leçon,
Après avoir échangé quelques mots cordiaux avec mon couple de vieux pervers, Kees me ramenait par l'autoroute à R. à la maison, en route, il me demandait toujours si j'avais bien joui et si j'avais bien la chatte pleine de foutre.... car il adorait me faire ma toilette avec sa langue, une fois que nous étions rentré....
Kees me fit fréquenter ce couple pendant plus de deux ans, ce que ces deux vieux pervers me firent je n'ose le raconter en détail, car j'ai encore honte quand j'y pense plus da quarante ans après.
Avec eux, je vivais dans un état d'excitation sexuelle permanent dont Kees profitait.
Peut être un jour je vous raconterait la suite de l'histoire de mon premier mariage.
88% (17/2)
 
Categories: Mature
Posted by bicibel
2 years ago    Views: 1,079
Comments (8)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
Récit touchant car vous étiez un objet sexuel entre ces pervers!
1 year ago
Beau récit...
1 year ago
bien ecrit et excitant a lire j'avoue
2 years ago
Quel récit !
2 years ago
Tu en as trop dit tu es obligé de nous raconter la suite.
Bisous.
2 years ago
mmmmmmmmmm la suite svp
2 years ago
beau recit j'attend d'autre recit avec impatience
2 years ago
i want to meet you!!