ma vie

Une fraternité trop poussée

Un son strident, se répétant en chaîne, de plus en plus fort. Un poing s’écrasa violemment sur le réveil, l’envoyant bouler. Mal réveillé Alexandre se leva en hâte et se prit le plafond en pleine figure, lâchant une flopée de jurons plus imagés les uns que les autres. Il sortit de sa chambre, un cri retentit en bas de l’escalier, Sylvia, sa mère l’appelait.

- Alexandre ! Réveille ta sœur s’il te plait ! On doit conduire cet après-midi.
Le jeune homme jeta un regard lent à la porte de Victoria, entrebâillée comme toujours. Sans bruit il se faufila dans la chambre, un sourire sadique sur les lèvres. Le réveil allait être… brutal. Peu à peu il s’approchait du lit. Soudain il glissa sur un tas de papier, entendit un craquement et tomba sur le dos. Sa sœur se leva brusquement et alluma la lumière.

- Putain qu’est ce que tu fous abruti ?
- Je crois que je me suis pété la jambe…
- Debout chochotte, t’as juste marché là dess…

La jeune fille se pétrifia. Alexandre, craignant une blessure atroce, suivit son regard et tomba sur un vibromasseur, tordu, sûrement l’origine du craquement. Victoria se précipita sur la porte, la ferma rapidement et se tourna vers son frère.

- Merde… Bon, pas un mot aux parents, s’il te plait… Ils me tueraient, je ferai tout ce que tu veux.
- Tout ? Genre ton argent, ton ordinateur et autres ?
- T’es vraiment une ordure…
- Ose me dire que t’en aurais pas autant profité que moi !

Victoria se tut, croisant les bras, le visage impassible, boudeuse. Alexandre adopta un air méprisant, toisant sa sœur. Son regard glissa sur son corps, elle était à sa merci... Il laissa ses yeux se poser sur sa poitrine. Les deux globes de chair étaient glissés dans un étroit débardeur. L’examen du garçon descendit, le regard collé aux hanches de sa sœur. Un cul enveloppé par un shorty en dentelle rose s’offrit à lui.
- Dire que tu es en mon pouvoir…

Ayant surprit son regard la jeune fille affichait une mine anxieuse.

- Qu’est ce que tu compte faire ?
- Moi ? Rien voyons, toi par contre monte sur le lit.
- Hein ?
- Grimpe sur ce putain de lit et prends ça !

Le doigt pointé sur le godemichet, Alexandre savourait la situation. Sa sœur lui jeta un regard noir et prit à contrecœur le vibromasseur en main.

- Il est cassé…
- Tu me prends pour un débile ? Les piles sont juste sorties, remets les et en piste !
- C’est pas drôle Alex…
- Tu n’imagine même pas, allez, oublie moi, joue, jouis.

Victoria grimpa sur le matelas, elle sentait le regard de son frère, collé à ses fesses. Elle se retourna, écarta les jambes. Les yeux d’Alexandre étaient rivés sur le shorty. C’est alors qu’elle comprit, il restait un gamin, plus elle l’exciterait, plus son supplice serait court. Elle descendit lentement son bas. Une chatte finement rasée apparut. Un doigt s’y posa, caressant la chair moite. Peu à peu il rentra, Victoria soupira de plaisir. Un deuxième doigt glissa dans l’orifice, la chatte luisait légèrement. Une fois bien mouillée et élargie la jeune fille retira sa main, lécha un à un ses doigts, savourant la saveur acide. Elle prit en main le godemichet. Le premier centimètre rentra, suivi de tous les autres. Une fois enfoncée, Victoria activa le vibreur. Les secousses et autres tremblements ne tardèrent pas à la faire jouir dans un concert de râles. Alexandre s’approcha du visage, rougi par le plaisir, de sa sœur.

- Bien, maintenant branle moi et on en aura fini, pour le moment…

Sans un mot sa sœur baissa son jean et retira son boxer. Un membre d’une taille raisonnable en sortit, tendu par l’excitation. Elle prit en main la chair chaude, fit glisser ses doigts dessus, caressant le gland. Elle commence une série de va-et-vient de plus en plus rapides. Peu entrainé, Alexandre ne tint pas longtemps et se mit à gémir.

- Je vais jouir, approche ton visage et finis moi…

Dégoutée la jeune fille obéit et, fermant les yeux, reçu le sperme de son frère en pleine figure. La semence collante était partout, glissant dans ses cheveux, au bord de ses lèvres, sur sa gorge. Une odeur forte emplit les narines de Victoria.

- Je te laisse faire ta petite toilette, ne t’inquiète pas, je reviendrai bientôt.

La jeune fille se retrouva seule, couverte de sperme, le vibromasseur à la main, perdue dans ses pensées, elle fixait le sextoy, luisant de mouille. Avait-elle vraiment apprécié le fait de se masturber devant son frère ? Un membre de sa famille ?

La journée passa donc, Alexandre retourna voir sa sœur et sortit de nouveau de la chambre ravi. La nuit tombée, il pensa aux libertés que lui offrait son chantage, pourquoi se limiter à une simple masturbation ? Ça ne valait pas le coup… Il décida de retourner voir sa sœur, enhardi par ces pensées. Il se glissa hors de sa chambre et se faufila dans celle de Victoria. Le silence régnait. Le jeune homme resta quelques instants immobile, écoutant la respiration régulière de sa sœur, laissant ses yeux s’habituer à la pénombre. Il parvint enfin à discerner la forme du lit. La jeune fille avait du s’agiter dans son sommeil, glissant ses fesses rondes hors de ses draps. Elle semblait nue… Une érection commença à se former chez son frère. Il s’approcha d’elle et posa une main sur son cul. La chair était chaude, montant et descendant au rythme du souffle de Victoria. Alexandra caressa lentement la chair, prenant garde à ne pas réveiller sa sœur. Ses doigts rencontrèrent du tissu, dans l’obscurité il n’avait pas vu le string. Il tira légèrement sur la corde, dévoilant la raie de Victoria. Une idée lui traversa l’esprit, il arrêta de jouer avec le sous-vêtement et s’approcha du drap, le tirant délicatement, dévoilant petit à petit le corps sublime de sa sœur. Espérant que son sommeil serait assez lourd, il la retourna sur le dos. La respiration s’arrêta, pendant quelques secondes Alexandre resta immobile, priant pour qu’elle ne se réveille pas. Le bruit reprit, rassurant le jeune homme. Il examina le buste de sa sœur. Ce soutien-gorge était la dernière chose qui le séparait de la douce poitrine de Victoria. Il ne pouvait prendre le risque de le retirer à la main. Il se redressa et se mit à fouiller la chambre. Il sortit d’un bureau une paire de ciseaux, et revint, un sourire figé sur son visage, près de sa sœur. Il glissa les lames sur une des fines bretelles et la sectionna. La deuxième sauta à son tour. Il coupa le lien central. Les bonnets glissèrent, s’accrochant aux tétons de la jeune fille. Il les poussa d’un doigt. Les deux globes de chair étaient magnifiques, et semblaient si moelleux… Il y posa une main, caressant la peau douce. Ce sommeil était vraiment étrange, Victoria n’avait aucune réaction. Il se leva, décidé à tester quelque chose.

La lumière s’alluma. Le doigt posé sur l’interrupteur, Alexandre fixait le corps de sa sœur, immobile. C’est alors qu’il remarqua la boite de somnifère sur la table de nuit. Un grand sourire apparu sur son visage. Il était désormais libre de ses mouvements. Il retourna vers le string et le retira brusquement, faisant craquer le tissu fragile. Allongée sur le dos, sa sœur affichait désormais à l’air libre son vagin. La chatte était finement rasée, comme la plupart des adolescentes de son âge, Victoria avait prit garde à ne pas laisser un poil. Alexandre s’arrêta un instant, le temps d’admirer le corps désormais entièrement dénudé de la jeune femme. Il se pencha, approcha son visage des lèvres vaginales de sa sœur. Une odeur âcre parvint à ses narines, étrangement additive, il plongea son visage dans la chair moite. Alexandre donna le premier coup de langue, un goût acide lui piqua la langue. La saveur lui plaisant il redoubla d’ardeur, lapant avec plaisir la chatte de Victoria. Un filet de mouille commençait à glisser de l’orifice, la jeune fille avait jouit dans son sommeil. Enhardi par cette réaction son frère avala tout le jus, allant le chercher jusque dans la raie de sa sœur. Soudain il craqua, il n’en pouvait plus. Il retira son jean et s’assit à califourchon sur le torse de la jeune fille, prenant appui sur la poitrine. Il prit sa queue en main et commença à se branler, perché sur sa sœur, confortablement assis sur ses seins moelleux. Le plaisir l’envahissait petit à petit, il ne pensait plus à rien. Il jouit à son tour, rependant sa semence sur le visage de sa sœur. Exténué, Alexandre s’étala sur Victoria, enlaçant le corps chaud, plongeant dans un doux sommeil.

Une secousse, répétée, Alexandre ouvrit les yeux. Sa sœur le fixait, ses mains empoignant ses épaules, le secouant dans tout les sens. Il pouvait lire dans les yeux de la jeune femme une colère qu’il n’aurait jamais imaginé en elle.

- Victoria ?
- Qu’est ce que t’as foutu cette nuit ?
- Ah ça… J’ai eu une petite envie. Oh, c’est quoi le truc par terre ? Mais on dirait… Ah oui c’est ton gode j’avais oublié.

Un sourire narquois sur son visage il observait la réaction de sa sœur, elle baissait les yeux, se remémorant son chantage. Il se sentait puissant, elle ne pouvait rien faire, elle était en son pouvoir.

- Tu disais ?
- Rien…
- Attends, répète, j’ai du mal entendre.

La jeune femme se mordilla les lèvres, honteuse des propos qu’elle allait tenir à son propre frère.

- N’hésite pas à recommencer, je suis tienne, tu es mon maître.
- Je préfère.

Il glissa une main sur les fesses toujours nues de sa sœur, les caressant lentement. Interrompant le supplice de Victoria, leur mère les appela.

- Alexandre ! Victoria ! Venez voir s’il vous plait !

Agacé Alexandre cria.

- Ouais ouais deux secondes ! Je finis un truc et j’arrive !

Il fixa sa sœur, lui montrant clairement ce qu’elle devait répondre.

- Moi aussi !

Satisfait le jeune homme se rhabilla et se dirigea vers la penderie de Victoria. Fouillant les moindres recoins, il dénicha une paire de bas noirs, une de ses pièces de lingerie favorite, elles permettaient d’admirer les longues jambes de sa sœur sans qu’elle ne passe comme ‟trop vulgaire” auprès de leurs parents. Un chemisier blanc tomba à son tour au sol, ce haut avait la particularité d’avoir été pour la dernière fois aux 14 ans de Victoria, il était désormais trop étroit, s’ouvrant en un large décolleté et moulant les rares morceaux de poitrine cachés. Les rares fois où il avait pu jouir du spectacle de sa sœur portant cet habit avaient été pour lui de véritables moments d’extase, souvent vidés dans son lit. Une dernière pièce vint s’ajouter à la future tenue de Victoria, une mini-jupe blanche, à la limite de l’obscène elle s’arrêtait vers le milieu des cuisses de la jeune femme. Elle ne la portait qu’en cachette, sortant avec en discothèque, Alexandre ne pouvait dire combien de fois il l’avait épié, l’avait regardé partir en pleine nuit de la maison, sa courte jupe moulant ses belles fesses. Le simple fait de l’imaginer ainsi vêtue l’excita, une érection le gagna de nouveau. Il attrapa sa sœur par les cheveux et, sortant à nouveau sa bite, se mit à se branler, la queue enveloppée des fins cheveux de Victoria.

- Mais qu’est ce que tu fais…
- On va aller voir maman, faut que tu sois bien coiffée, je te mets un peu de laque.
- T’es vraiment un malade… Et si elle s’en aperçoit ? Tu feras quoi gros malin ?

Elle fut interrompu par la main de son frère, ennuyé de ses insultes il l’avait giflé, imprimant la marque de sa main sur sa joue. Elle ne lâcha pas une larme, il ne méritait même pas cet honneur. Elle se redressa et plongea d’elle-même le membre de son frère dans sa chevelure, caressant la chair chaude. Alexandre ne tarda pas à jouir, couvrant le visage et les cheveux de sa sœur de sperme. Il l’étala, écrasant le liquide gluant, la semence n’était plus visible, laissant qu’une impression de cheveux gras et dégageant une légère odeur. Le simple fait de voir leur mère, le sperme de son frère dans les cheveux donna la nausée à Victoria. Elle eut un haut le cœur mais voyant le regard amusé de son frère elle se redressa, elle ne deviendrait pas son jouet, un simple objet pour le distraire. Satisfait de cette futile résistance Alexandre lui ordonna de s’habiller, un sourire sur les lèvres. Troublée Victoria fixa cet étrange garçon, il ne cessait de l’étonner, cette expérience semblait avoir renforcé sa confiance en lui, un jour il appréciait qu’elle lui soit soumise et maintenant il aimait sa révolte. La jeune fille ne savait que penser, comme pour lui rappeler la situation son frère se glissa derrière elle et joua avec ses seins nus, caressant les tétons entre ses doigts. Victoria se reprit, à quoi pensait-elle ? Après la situation elle-même n’était vraiment pas habituelle, le moindre acte la dégoutait en apparence pourtant elle devenait de plus en plus mouillée. Elle repoussa son frère, refusant cette excitation, tiraillée entre la morale et le plaisir. La voix de leur mère résonna de nouveau à travers les escaliers.

- Les enfants ! Je dois aller au boulot, je reviens et on en parlera ! D’accord ?
- Oui oui !

Le frère et la sœur avait répondu à l’unisson, comme un souvenir d’enfance cela troubla la jeune fille, elle ne savait plus quoi penser. Ne pouvait-elle pas apprécier ce qu’Alexandre lui faisait ? Faire du viol de l’amour ? C’était contre la morale, mais qu’est ce qu’y ne l’est pas ? Les pensées affluaient en elle, disparaissant dès qu’elle pensait avoir compris. Elle s’écroula sur le sol, de fines larmes commencèrent à couler. Alexandre l’enlaça, la prenant dans ses bras. Les doutes de Victoria cédèrent, il restait son frère, cela ne valait il pas mieux qu’un autre ? Elle s’abandonna à ses bras, acceptant cet amour i****tueux. A la surprise de son frère elle prit les devants, l’embrassant fougueusement, mêlant sa langue à la sienne. Il la repoussa lentement, savourant ce baiser, il la fixa, aussi étonné de sa propre réaction que celle de sa sœur. Il avait agit par automatisme, réagissant à la peine de la jeune femme, ses larmes avaient réveillé quelque chose en lui, un véritable amour commençait à se tisser sur des bases de haine. Ils s’enlacèrent une ultime fois avant qu’Alexandre, bouleversé, quitte la chambre, laissant Victoria à ses pensées.

Ils ne se revirent qu’une fois la journée passée, autour du souper. La tension était palpable, le frère et la sœur, côte à côte, n’osaient pas se regarder, gênés, et les parents se jetaient des regards noirs, ils s’étaient fâchés pour une broutille mais peu importait à leurs enfants. Faisant le premier pas Alexandre posa sa main sur la jambe de Victoria, caressant son genou à travers le collant. Celle-ci rougit, à l’indifférence générale, mais se laissa faire, appréciant. Le jeune homme fit glisser sa main sur la cuisse, remontant peu à peu, soudain il la cacha sous la jupe de sa sœur. Laissant ses doigts courir vers l’entrejambe Alexandre écarta la culotte de Victoria. Celle-ci devint rouge comme une pivoine, envahie par la honte et le plaisir, son frère la doigtait devant ses parents. Leur réaction ne se fit pas attendre, à bout sa mère se mit à crier.

- Quoi ? Il te plait pas mon plat ? Bah casse toi au lieu de le fixer avec cette tête d’ahurie !

Effrayé par cette réaction violente Alexandre retira vivement son doigt et ils quittèrent la table, laissant leurs parents reprendre leur dispute. Alors qu’il allait rejoindre sa chambre Victoria prit son frère par le bras et l’entraina dans sa chambre.

- Alors on en est là ? Tu me doigtes à table ?
- Je pensais que ça te plairait… Pardon.
- Pardon ? Pardon ? Tu crois que je me plains ? J’ai adoré ça ! Cette initiative mérite une petite récompense.

Elle retira lentement son haut, dégrafa son soutien-gorge, dévoilant à nouveau ses seins parfait à Alexandre. Ce fut bien vite au tour du bas de tomber, elle fit glisser sa jupe en jean le long de ses sublimes jambes. Elle enleva enfin sa culotte, exhibant de nouveau sa chatte aux yeux du garçon, et, soudain, la plaqua contre le visage de son frère. Le tissu était humide, une odeur forte s’en dégageait, Alexandre inspira longuement, savourant ce nectar autant qu’il le pouvait. Il jeta le sous-vêtement dans le tas. Entre temps Victoria avait descendu son pantalon, elle arracha son caleçon, dernière barrière avant ce qu’elle convoitait. Elle la prit en main, caressant la chair chaude et, à la surprise du jeune homme, l’engloutit, elle le suçait, centimètre par centimètre. Elle semblait partout, jouant avec le gland de sa langue, léchant la hampe, malaxant les couilles de son frère. Cette expérience nouvelle rendait fou Alexandre, il ne se retint pas, crachant sa semence après quelques minutes de plaisir intense. Il fixa son sexe, semblant lui en vouloir, pourquoi ne tenait-il pas plus longtemps ? Comme pour le rassurer Victoria le reprit en bouche, suçant la queue humide. Elle avala le reste de semence, il lui fit un grand sourire, qui se figea aussitôt, voyant l’expression inquiète de sa sœur.

Quelques instants auparavant :

La jeune fille attendait devant la porte close, fébrile, hésitante. Elle attendait ce moment depuis si longtemps… Pourquoi ce doute ? Pourquoi cette peur ? L’aimait-elle encore ? Oui ! Elle ne devait pas céder, pas si proche du but. Elle ouvrit la porte et rentra dans la chambre, vide, il n’était pas là. Soudain elle entendit d’étranges bruits, semblant venir de la pièce voisine. Son cœur battait la chamade, était-ce lui ? Elle appuya sur la poignée, lentement, et resta pétrifiée. Un homme lui tournait le dos, agenouillée face à lui une jeune femme bougeait lascivement la tête, accompagnée d’un bruit de succion. Choquée elle observa la scène, le garçon jouir, sa partenaire se lever, passant rapidement sa main sur ses lèvres humides. Soudain les regards des deux jeunes filles se croisèrent, Alexandre se retourna.

- Oh merde.

La porte se referma, le garçon se rhabilla en hâte et s’élança, dévalant les escaliers, tentant de retenir la voyeuse. Il l’attrapa par le bras, dans un mélange d’anxiété et de colère.

- Putain mais t’es qui ? Qu’est ce que tu fous là ?
- Tu ne me reconnais pas ?
- Du tout… T’es qui ?
- Maïwen, notre cousine, tu n’as pas pu oublier ça Alexandre…

Victoria descendait à son tour l’escalier, elle avait rapidement enfilé un court shorty et remis son soutien-gorge. Elle tentait de sourire calmement mais un simple regard suffisait à deviner son inquiétude, Alexandre lui avait un autre problème, il manqua de s’étouffer en apercevant la tenue de sa sœur.

- Qu’est ce que tu fous ? Les parents vont te choper !
- Sont partis, je les ai vu par la fenêtre.
- Hein ?

Maïwen prit timidement la voix, encore apeurée par la scène qu’elle avait surprise.

- En fait je devais vous informer de leur départ… Ils sont allés voir notre grand-mère à l’hôpital avec mes parents. Je suis désolée.
- C’est qu’elle est devenue polie la petite diablesse.

Un sourire franc illuminait maintenant le visage de Victoria, rassurée et ravie de revoir sa cousine, elle voulut l’embrasser mais la jeune fille la repoussa.

- Il te reste du… de… de la chose sur les lèvres.
- Oh ça ?

Sous les yeux horrifiés de Maïwen la jeune femme lapa d’un coup de langue le reste de la semence et lui fit la bise. Elle les regardait sans comprendre, la troublant encore plus Alexandre glissa sa main sur les fesses de sa sœur, les caressant à travers le tissu.

- Mais que faites-vous ? Vous avez perdu la tête ?

Les larmes aux yeux Maïwen se réfugia dans la pièce la plus proche, les toilettes et s’y enferma, loin des deux amants. Victoria se détacha de son frère.

- Bon, moi je vais me rhabiller, je te laisse gérer ça Alex.
- Ok, ok… Un petit bisou ?
- Si tu réussis ta quête, ô mon preux chevalier.
- Je tacherai de me montrer de votre confiance ô ma dame.
- Allez va la consoler couillon.

Alexandre regarda sa sœur remontrer les escaliers, appréciant une dernière fois ses fesses rondes. Il fallait qu’il réconforte Maïwen, elle en savait trop, il fallait la mettre de leur côté. Il toqua à la porte, seuls des sanglots lui répondirent.

- Maïwen c’est moi ouvre s’il te plait !
- Non ! Laissez-moi tranquille !
- Sois gentille… Parlons-en au moins.

Le silence s’imposa quelques secondes, brisé par le son de la clé, la porté était ouverte. Alexandre rentra dans la pièce, sa cousine était recroquevillée sur la lunette des WC, les yeux rougis. Il tenta de sourire, de faire comme si tout était normal.

- C’est quoi le problème Maïwen ? Faut pas te mettre dans cet état…
- Quoi ? Ne pas se mettre dans cet état ? Mais c’est vous qui avez un problème ! Vous êtes frère et sœur putain, c’est de l’i****te !
- Ça n’a pas l’air de plus te choquer que ça pourtant, pourquoi tu me parles alors ?
- On reste cousin…
- Moi je pense plutôt qu’il y a une autre raison, pourquoi aurais tu pleuré sinon ? C’est quoi le problème ?
- Tu ne t’en souviens vraiment pas…
- Bon arrêtes tes mystères ! Explique-moi !
Comme pour lui répondre la jeune fille se jeta à ses bras, l’embrassant avec passion. Le jeune homme se retira, étonné.

- Euh… Là je dois avouer que je ne comprends pas tout… T’étais pas censée te plaindre de la relation qu’on a Victoria et moi ?

Maïwen fut prise d’un rire nerveux, se moquant de la réaction de son cousin.

- Tu crois vraiment que j’en ai quelque chose à foutre de la morale ? On est sortit ensemble enfants putain ! Mais ça tu ne t’en souviens pas évidemment…

Alors tout revint au jeune homme, leurs premiers baisers, innocents, leur peur d’être découvert pour de simples câlins, leur séparation. Il la revit à ses 10 ans, son air renfrogné, sa haine des couettes qu’on lui avait imposé pour le mariage de sa mère. Il l’observa, elle avait bien grandit. Ses cheveux d’un magnifique blond vénitien étaient relâchés dans son dos, elle le fixait de ses yeux verts, profonds, intenses, sublimes. Il tenta de ne pas céder mais au point il en était… Il fit descendre son regard, lentement, appréciant le corps de Maïwen. Sa poitrine ronde était enveloppée dans un fin tee-shirt, laissant transparaitre l’absence de soutien-gorge. Ses yeux glissèrent encore plus bas, se posant sur ses fines jambes. La jeune fille sourit, appréciant cet examen de son corps, elle posa sa main sur le genou d’Alexandre, se penchant pour l’embrasser de nouveau. Coupant court à cette nouvelle aventure i****tueuse, la porte d’entrée claqua, leurs parents étaient rentrés. La voix de Sylvia retentit.

- Les enfants venez voir ! Votre oncle et votre tante sont là !

Les deux amants se séparèrent discrètement, se retrouvant, l’air de rien, avec Victoria dans le salon. Une fois libéré, Alexandre expliqua la situation à sa sœur, étonnée mais néanmoins amusée Victoria lui conseilla d’attendre et d’observer l’évolution de la situation. La soirée passa donc sans vague, les deux enfants apprirent que la présence de leur oncle et tante, Juliette et André, et bien sûr de Maïwen, était due à divers problèmes financiers, leurs parents n’ayant pas souhaité trop s’étendre à ce sujet. Alexandre se retrouva rapidement dans la chambre de sa sœur, profitant de nouveau de sa langue experte, Maïwen étant restée en bas avec le reste de la famille. Le jeune homme fit part de ses doutes à sa sœur.

- Tu crois qu’elle nous balancerait ?
- Nan je ne pense pas, elle doit être sacrément amoureuse de toi pour ne pas t’avoir oublié 4 ans, et on pourrait la dénoncer aussi, elle n’est pas conne.
- Pas faux.
- Par contre on pourrait se servir d’elle, elle est mignonne quand même…
- Hein ?
- Ça ne sera pas ma première expérience lesbienne, étonné ? Contrairement à ce que tu crois tu ne connais pas tout de moi, la preuve.

Victoria retira la bite de son frère de sa bouche, et, se cambrant délicieusement, lui présenta son cul, joliment enveloppé dans de fins bas noirs. Elle lui fit un clin d’œil aguicheur.

- Envie de tirer ton premier coup soldat ?
- Sérieux ?

Elle craqua son collant, dévoilant sa chatte, déjà mouillée.

- Sérieuse.

Alexandre ne se fit pas attendre, il posa son gland contre la chair moite, appréciant la texture, puis s’enfonça, lentement, centimètre par centimètre. Le plaisir le gagna, le simple fait de sentir les parois de la chatte de sa sœur le serrer l’excitait. Sa queue fut enfin entièrement dedans, Alexandre commença à faire des mouvements va-et-vient. Une bouffée de plaisir lui vint, Victoria commençait à lâcher des petits râles de jouissance, il aurait voulu que cela dure plus longtemps, pouvoir remplir sa chatte à jamais. Hélas il jouit bien vite, remplissant sa sœur de son sperme. Soudain il paniqua, ils ne s’étaient pas protégés, il faisait confiance à la jeune femme mais que feraient-ils si elle venait à tomber enceinte. Il allait faire part de ses doutes à sa sœur lorsque qu’elle commença à onduler son cul, dirigeant d’elle-même la bite de son frère. Alors celui-ci réalisa qu’il n’était qu’un débutant, le plaisir avait été au moins décuplé, c’était à son tour de soupirer d’aisance. De nouveau il éclata, rependant sa semence dans la chatte de Victoria. Elle se retira, caressant son sexe humide. Alexandre s’écroula sur le lit, ravi. Il regarda un instant sa sœur se rhabiller. La façon dont elle se déshabillait l’excitait, une nouvelle érection se forma.

- Hum… Victoria ?
- Oh ! Tu ne profiterais pas un peu de la situation par hasard ? Bon… Je vais m’occuper rapidement de toi.

Elle se pencha, ouvrant un à un les boutons de sa chemise. Elle n’avait pas pris la peine de mettre un soutien-gorge. Alexandre voulu prendre un de ses seins mais elle le repoussa doucement.

- Laisse-moi faire.

Elle prit le sexe encore à l’air dans sa poitrine, le branlant dedans. Le contact était agréable, la chair moelleuse pressait la bite du jeune homme, frottant son gland entre ses tétons durcis par le plaisir. Vidé par ses deux orgasmes précédents le garçon tarda à jouir, étalant son sperme sur les seins de sa sœur. Elle en prit une pincée, satisfaite, avant de l’avaler, savourant le goût amer et âcre. Elle engloutit ainsi la totalité de la semence de son frère, nettoyant peu à peu sa poitrine souillée. En ayant finit avec son frère elle pu enfin se rhabiller et, pour l’exciter une ultime fois, enfila les vêtements qu’il lui avait réservé. Ses seins toujours légèrement humide rentrèrent avec difficulté dans le chemiser. Ses fines jambes glissèrent dans les bas noirs et enfin son cul adopta la mini-jupe, moulé à la perfection. Elle écarta les jambes, montrant à son frère son absence de culotte et sortit de la chambre. A son tour Alexandre se rhabilla, ces nouvelles expériences avaient été fatigantes mais il était comblé. Il voulu rentrer dans sa chambre mais à peine avait il posé la main sur la poignée que des sons facilement reconnaissables parvinrent à son oreille. Il s’accroupit et glissa un œil par la serrure. La délicieuse vision de Maïwen, tranquillement entrain de se doigter lui parvint. Il ne savait que faire. D’un côté il pouvait faire irruption dans la pièce et faire chanter sa cousine comme il l’avait fait avec Victoria, mais il pouvait également apprécier la vue. Sa décision fut simple mais néanmoins efficace, il couru chercher son téléphone et, activant la caméra, profita de la situation, la vidéo serait de mauvaise qualité mais suffirait à soumettre sa cousine. Une fois qu’elle eu finit, jouissant dans un râle discret, Alexandre rentra brusquement dans la chambre. Choquée la jeune fille se couvrit tant bien que mal le corps. Alexandre s’approcha, souriant, et prit la parole d’une voix mielleuse.

- Tu veux me prouver que tu m’aime toujours ?
- Hein ? Mais de quoi tu parles ? Casses-toi ! Arrêtes de me mater !

Le jeune homme ferma la porte à clé et avança vers sa cousine, lentement, elle reculait à chacun de ses pas. Soudain elle fut dos au mur, il lui écarta les bras de f***e, caressant sa poitrine. Il sortit son portable et activa la vidéo.

- Tu as le choix maintenant ma belle, ou tu sors avec moi, ou je diffuse ça sur Internet. On pourrait prendre du plaisir tous les deux sans risque tu sais… Comme tu me l’as montré tout à l’heure dans les W.C, pourquoi ne pas aller plus loin ?
- Je ne peux pas coucher…
- Pourquoi donc ? Est-ce si terrifiant pour toi ?
- A cause de mon père…
- Il te fait si peur ? Il n’en saura rien.
- Oh que si… C’est un putain de tordu, le jour des 18 ans de Léa il est rentré dans sa chambre et l’a violé, rien que pour vérifier si son hymen était intact et s’en occuper personnellement. Elle s’est enfuie le lendemain, c’est devenu un tabou à la maison mais je sais ce qui m’attend…
- C’est qui Léa ?
- Ma grande sœur, ta cousine, tu ne l’as jamais connu à cause de ça.
- Oh… Tu ne pourrais pas porter plainte ?
- Sans preuve ? Nan, je suis condamnée à me faire baiser par mon père le jour de ma majorité, c’est dommage hein ?
- Au pire on sort et on ne couche pas, il y a d’autres façons de jouer l’un avec l’autre.
- A ton avis comment je fais quand je m’occupe seule ?
- Hein ?

Sans lui répondre Maïwen se pencha, attrapant un sublime sextoy transparent. D’un format raisonnable l’objet luisait. Sans un mot, laissant son cousin apprécier le moindre de ses actes, montra ses fesses rondes à Alexandre, les écarta et commença à jouer avec son cul. Un fois le gode bien enfoncé, elle lui expliqua entre deux halètements de plaisir.

- Mon père ne vérifiera pas mon… cul. Du coup depuis… toute jeune je me sodomise.

Le jeune homme ne répondit pas, il fixait, fasciné l’anus de la jeune fille. Il l’observa rentrer lentement le sextoy en plastique en elle, élargissant son petit trou. Les petits soupirs devinrent de vrais râles de jouissance. Alexandre s’approcha, elle ne broncha pas, il posa sa main sur la chatte rendue humide par le plaisir. Sous les yeux inquiets de sa cousine il caressa la chair molle, étalant la mouille de Maïwen sur ses doigts. Il les lécha en souriant à la jeune fille, elle-même avait un rictus béat figé sur son visage, elle avait jouit. Le goût était acide, légèrement différent que celui de la cyprine de Victoria. Alexandre voulut prolonger l’expérience, garder la saveur le plus longtemps possible. Il plongea à pleine bouche dans la chatte de Maïwen. La chair rasée sentait bon, le parfum de la jeune fille emplit les narines de son cousin. Surprise par cette expérience vaginale nouvelle Maïwen jouit de nouveau, faisant couler sa mouille dans la bouche d’Alexandre. Comblée, la jeune fille retira son gode et plongea dans un doux sommeil, détendue, dans les bras d’Alexandre. Flatté par cette démonstration de plaisir, le jeune homme était aux anges. Il couvrit Maïwen, lui rendant un semblant de pudeur et, se rhabillant, sortit de la pièce. Il avait couché avec sa sœur, fait jouir sa cousine, il pouvait bien faire une petite pause. Sa mère était dans le salon, entrain de lire une de ses habituelles revues au contenu principalement publicitaire.

- Ta sœur est partie en ville, ton père, ton oncle et ta tante aussi, ils cherchent un moyen de pouvoir régler leurs problèmes financiers. Maïwen je ne sais pas.
- Elle est dans ma chambre, je l’ai aidé à s’installer.
- Dans ta chambre, mais enfin Alexandre…
- Elle a dit que ça ne la dérangeait pas ! On dort dans la même pièce depuis qu’on est enfant après tout…
- C’est pas faux… Enfin évite d’en parler à André, il est parti dans une foi étrange, un vrai extrémiste.
- D’accord. Je peux prendre l’ordinateur ?
- Oui oui bien sûr j’ai fini.

Alexandre alluma le portable puis ouvrit Internet. Un message s’afficha, Une page Internet a été mal fermée, voulez vous restaurer cette session ? Curieux le jeune homme cliqua sur oui. A ses yeux ébahis apparu un site de commerce en ligne, mais pas n’importe quel commerce. Il était sur PlaisirCoquin, le célébrissime site de lingerie et autres accessoires. Sa mère serait elle une amatrice ? Il ne pouvait y croire, ce n’était surement qu’une publicité. Il allait fermer la fenêtre lorsqu’il remarqua un détail important. Un compte était connecté, répondant au pseudo de SylviaAnal58. Le nom de sa mère… Intéressé il flâna un peu, avant d’apercevoir le bouton Dernières commandes. C’est alors qu’apparu une file d’achat, elle semblait interminable à Alexandre, 91 achats ! Il les regarda une par une, tout y était : Huiles de massage, lingerie, sextoy divers et variés. Excité le jeune homme ferma Internet avant de se diriger furtivement vers la chambre de sa mère. Il ferma la porte et se lança dans une fouille méthodique des placards. Il y dénicha multiples pièces de lingerie et de nombreux godes, l’un d’entre eux attira son regard. Il s’agissait d’une large pièce de latex placée sur un socle. La forme évoquait une grenade, Sylvia appréciait donc la fantaisie, restait à savoir si Michel, le père d’Alexandre, savait tout de cette passion... Gardant l’étrange godemichet de côté, le jeune homme rangea le trésor de sa mère et quitta la chambre. Un fois dans celle de Victoria il lui expliqua tout. Elle lui sourit, le sextoy à la main.

- Moi, Maïwen et maintenant maman ? Putain quand tu tombe dans l’i****te tu ne fais pas semblant toi. Enfin… Je te suivrai évidemment. Ce truc là c’est un plug, anal je suppose, c’est fait pour être porté n’importe où, genre dans la rue, tu le cale dans ta chatte ou ton cul et ça reste bloqué.
- Tu veux l’essayer ? J’ai ramené un peu de lubrifiant aussi.
- Pourquoi pas ? J’ai encore jamais essayé ce genre de gode, sympa la forme aussi.

La jeune fille se déshabilla, ne gardant que ses talons, ce n’était pas nécessaire mais que n’aurait elle pas fait pour exciter son amant. Elle ouvrit le tube de vaseline, l’étala sur le gode avant d’écarter négligemment les jambes et de commencer à se caresser. Les doigts huilés permirent un plaisir accru et la jeune fille fut bien vite élargie. Elle tenta de prendre le plug, qui glissa aussitôt entre ses doigts gras, Alexandre vint au secours de sa sœur, tirant sur ses lèvres. Après quelques minutes d’effort ils réussirent à insérer le volumineux objet dans la chatte de Victoria. La sensation était étrange, elle sentait l’objet en elle. La jeune fille se leva, l’objet restait coincé au fond de son vagin. Elle fit un pas et se figea aussitôt, une vague de plaisir intense l’avait traversé, sa chatte s’était resserrée autour du sextoy. Appréciant cependant la sensation elle persista à marcher. Au bout de quelques foulées elle s’écroula sur le lit, le plaisir était trop intense. Alexandre l’observait, il ne savait s’il devait s’inquiéter de cette réaction ou en être amusé. Il s’approcha d’elle et retira délicatement le gode, il suintait de mouille. Victoria était couchée sur le sol, la face rougie par le plaisir. Profitant de cet instant euphorique chez sa sœur le garçon se pencha et lapa la mouille qui coulait de la chatte. Toujours sensible après le traitement que lui avait infligé le plug, la jeune fille ne tarda pas à jouir de nouveau.

100% (10/0)
 
Categories: FetishHardcoreTaboo
Posted by bibi9473
1 year ago    Views: 2,394
Comments (3)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
j'adore merci pour cette histoire vivement une suite
1 year ago
Super histoire, vite on veut la suite !!
1 year ago
J'adore ! J'espère qu'il y aura une suite !