Sur l'aire d'autoroute

Comme souvent les soirs de déprime, j'ai ce jour pris les clefs de la voiture pour une ballade au gré des petites routes.

Après avoir roulé plusieurs heures, j'avais enfin réussi à me sortir des idées noires. Il était donc temps de rentrer.

Afin de rentrer chez moi au plus vite, j'ai décidé de repartir par l'autoroute. Sur le chemin, j'ai eu un petit creux et me suis arrêtée sur la première aire venue.

Il faisait nuit noire et des brises chaudes venaient caresser mes jambes.

J'ai pris quelques friandises à la station service avant d'aller m'installer sur une table de pique-nique tapie dans l'ombre. Pour me mettre à l'aise, je décida alors de retirer le soutien gorge qui retenait mon opulente poitrine (110G) et me senti immédiatement plus libre.
je sursauta d'un seul coup en sentant une main sur mon épaule. en me retournant, je fis alors face à un homme blanc, d'environ 1m70, trapu et sans charme. Il devait avoir une trentaine d'année.

il fixait intensément mes seins avant de tendre la main pour les caresser. une caresse très agréable...

j'abaissa alors le haut de ma robe en lui disant "suce moi les tétons".

il s'assit près de moi et obtempéra, trop heureux de l'aubaine, tout en ne manquant pas de glisser ses mains sous ma robe et jusqu'au haut de mes cuisses.

j'écarta alors les jambes et son index alla alors vers mon clitoris qu'il caressait avec beaucoup d'adresse me tirant rapidement quelques soupirs de plaisir.

"j'ai envie de te baiser" me dit il. je défis alors la ceinture de son pantalon et en sorti le morceau qui m'intéressait particulièrement. j'étais légèrement déçue par ses dimensions très conventionnelles mais peu importe, j'avais subitement envie d'une bite au fond de la chatte.

je sortis un préservatif de mon sac à main et l'enfila sur sa verge particulièrement dure.

après quoi je me leva pour faire le tour de la table et m'y appuyer après avoir relevé ma robe. je lui offris ainsi la vision des mes fesses bombées, cambrées et offertes à lui.

il vint se positionner derrière moi et m'enfila d'un seul coup avant de marquer un temps d'arrêt. je l'entendis alors pousser un grand râle et le sentis immédiatement ramollir.

"Je suis désolé" me dit il tout penaud avant de s'enfuir.

"Encore un qui n'assure pas" me dis je en rajustant ma robe et avant de ranger mes affaires pour quitter l'air d'autoroute.

Avant de rejoindre ma voiture, je fis un détour par les toilettes afin de me libérer du demi litre de boisson que j'avais avalé depuis mon arrivée sur cette aire.

En me lavant les mains, j'ai constaté que je faisais pale figure et pris quelques minutes de plus pour me rafraîchir le visage. Il fut ensuite grand temps de rentrer.
67% (3/1)
 
Categories: Voyeur
Posted by baise-moi
1 year ago    Views: 1,638
Comments (4)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
superbe histoire qui me fait bander dur...
je n'oserai pas aborder une femme seule de cette manière, bravo, tu dois être une femme très chouette...
ma femme aussi a pratiquement la même poitrine (115 E)
bisous et bonne chance pour la suite...
As tu renouvelé l'expérience ?
1 year ago
Pas de bol pour toi mais c'est ça d'être trop excitante ;)
1 year ago
Dommage qu'il n'ait pas assuré. Il aurait au moins pu te faire un cuny pour s'excuser...
kazeharry
retired
1 year ago
Très jolie histoire! J'aurai bien aimé te voir sur cette aire d'autoroute.