les cours de gym de ma femme

Mes cours de gym

Un peu d’exercice corporel ne fait pas de mal !

* * *

Cette année-là, je me mis à suivre des cours de gym, histoire d’entretenir mon corps mais aussi de faire quelques nouvelles connaissances. Après quelques balbutiements avec une collègue qui abandonna bien vite, je me retrouvais seule assidue à ces cours et, effectivement, je nouais des relations avec des femmes et des hommes nouveaux.
Ce qui me surprit un peu au début, ce fut que ces cours de gym étaient mixtes mais cela ne me déplut pas du tout… au contraire ! D’ailleurs, selon les « groupes », les activités, je me retrouvais avec des moniteurs mâles le plus souvent. Une foule d’anecdotes, d’incidents ou carrément d’aventures m’attendaient et me comblèrent.

Dans les premières séances, un peu sur ma réserve, je m’habillais « sport », non sans remarquer que pas mal de femmes recherchaient des détails sexy que les mecs ne manquaient pas de zyeuter ostensiblement : des collants avec des chaussettes, des justaucorps portés sans slip ou juste avec un string, des décolletés engageant, des sous-vêtements très présents (soutien-gorge noir sous un tee-shirt blanc ou jaune, coutures de culottes ou de slips apparentes sous un « collant de gym » ultra moulant, des ballerines sexy…), le tout permettant à des tétons durcis de saillir sous des tee-shirts ajustés, à une toison abondante d’apparaître par la transparence d’un body jaune ou beige, à une vulve ou aux lèvres d’une chatte humide de bien se laisser deviner à travers un nylon évocateur d’un collant ou d’une culotte plaquée. Les mecs aussi d’ailleurs s’habillaient assez sexe avec des pantalons de survêtement fins, des shorts moulants, des débardeurs qui permettaient de deviner -ou même carrément de voir- leurs formes et la forme de leur engin et de leurs couilles parfois imposantes, qu’ils n’hésitaient pas à « exposer », à la limite de l’exhibition [je me souviens d’un vieux qui pédalait sur un vélo avec ses couilles qui apparaissaient à chaque montée de jambe par l’entrebâillement étudié de son short]. Peu à peu, voyant que pas mal de grosses, de moches se la « jouaient », non seulement je me mis à leur diapason mais, peu à peu, je les supplantais dans l’érotisme de ma tenue. Ainsi, je devins l’égérie de certains mâles de ces cours de gym, qui se disputèrent même les séances où ils allaient me côtoyer ou me diriger. Dès qu’une « copine » arborait un collant fin au lieu et place d’un collant opaque, je la surpassais en enfilant un collant hyper-fin, brillant ou très transparent qui attirait les regards des types ; si l’une d’elles chaussait des ballerines de gym sages, aussitôt je mettais de superbes ballerines dorées sexy ; il y eut aussi la guerre des dessous et des escarpins : un jour, je fis même exploser l’audimat -c’est-à-dire que quand les mecs triquaient dans leur futal ou leur short, cela devenait plus qu’évident aux yeux de toutes et de tous- en faisant du vélo de training en escarpins à talons hauts, en slip et en soutien-gorge balconnet.

Evidemment tous les types, autant ceux qui suivaient les séances -souvent des vieux baveux qui lorgnaient à la dérobée (j’ai encore en mémoire le regard fou de cet homme mûr qui, allongé pendant une séance d’abdos, matait sans vergogne mes cuisses et mon string sous mon collant -fin ce jour-là- guettant l’apparition de mes poils de chatte et le dessin exacerbé de ma vulve sous le nylon et se massait la bite en me regardant) que les moniteurs qui nous ‘conseillaient’ en jetant des œillades non équivoques sur mes cuisses, mes fesses ou mes seins, se régalaient de cette escalade et je ne pourrais pas compter le nombre de fois où je décelais des bandaisons dans les shorts ou les pantalons de survêt, où des mecs venaient se placer de manière à mater sous ma jupette, lorgner de face mes cuisses et mon entrejambes, où des pognes se hasardaient puis s’incrustaient le long de mes cuisses gainées de collants, appuyaient sur mon ventre -le plus bas possible bien sûr, près de mon mont de Vénus bombé et attirant- ou encore venaient me « soutenir » par les flancs, en profitant pour caresser mes seins comme si de rien n’était, où des queues venaient se mettre au contact de mes fesses, de mes cuisses, de mon bras, de mon ventre incidemment bien sûr… comme par hasard ! J’affolais tout le monde, des jeunes -dont un fana de collants, je vous raconterai-, des gros, des vieux, des moches -qui bavaient d’envie et triquaient ostensiblement en me matant- des groupes de gaillards musclés -qui se défoulaient sur moi et avec moi. J’en ai touché, frôlé, empoigné et même sucé des queues ! Je me suis fait mettre en quelques occasions, parfois dans la salle, parfois dans les vestiaires. J’avais quand même envie d’être la femme qu’ils regardaient le plus, celle qui était le centre de leurs envies et de concrétiser des aventures avec de belles queues bien montées qui allaient me remplir d’aise.

Ce fut très hard plus d’une fois, je vais vous raconter les meilleurs moments.

* * *
Le p’tit jeune et moi en collants

Ce jour-là, la salle était assez bien garnie et j’avais mis des collants beiges fins, un tee-shirt quelconque et un petit short moulant… tout en arrivant avec des chaussures sexy, escarpins découpés à talons hauts et à brides que je déchaussais bien entendu, tout près de moi au vu de tous les mecs, pour aller faire du vélo-training en musique.

Le jeune gars de la salle, chargé entre autres de mettre la musique et d’aider à la bonne utilisation des engins de « torture », était tout près de moi et triait les CD de musique car tous ces cours se déroulaient en musique. Je trouvais qu’il mettait beaucoup de temps pour ranger ces disques et je me rendis compte qu’il me lorgnait assidûment, avec une insistance marquée vers mes jambes gainées par ce collant beige fin -qui, bien que banal, en ces circonstances devenait vraiment sexy- et vers mes pieds à la hauteur desquels il se trouvait « par hasard » !

Je pédalais donc en cadence soutenue faisant monter et descendre en rythme mes longues cuisses et mes mollets gainés par le nylon, mes pieds engoncés dans des cale-pieds avec les orteils dépassant à travers le collant sous ses yeux. Voyant ce blondinet un peu timide, je me mis à lui sourire, non sans continuer à pédaler avec ardeur… histoire de faire qu’il reste près de moi et qu’il s’enhardisse un peu. Mes calculs étaient bons car il s’approcha un peu plus et commença à me complimenter :
« Hmm ! c’est joli une femme qui fait de la gym en collants de ville »
« ça vous plait ? » répondis-je en continuant à pédaler en collants

Sans doute a-t-il vu mon sourire -complice et engageant- et il s’enhardit, s’approche de moi et vient caresser délicatement mon pied gainé du collant beige.

« Oui, oui ! C’est joli une femme qui fait de la gym en collants et puis vous… vous avez de jolis pieds… je vais vous les masser un peu, vous devez être fatiguée… »

Amusée et flattée -et de plus en plus émoustillée- je le laisse faire avec plaisir.

Après m’avoir longuement caressé le pied et le collant, il le saisit à pleine main me caressant la plante et commence à embrasser et mordiller mon orteil. Un peu surprise et amusée, je continue à le laisser faire… c’est assez agréable et cette situation m’excite de plus en plus.
Il me caresse longuement les pieds, les mollets à travers doux nylon du collant puis il me lèche la jambe en remontant très lentement… Cela m’électrise sérieusement et je ressens un plaisir inconnu jusqu’alors. C’est doux et sexe à la fois.

Il est remonté peu à peu jusqu’à ma chatte. Je suis tellement excitée que j’écarte généreusement mes cuisses et je l’accompagne en caressant sa tête, quand il se met à me lécher amoureusement entre les jambes par-dessus le collant. J’aime le voir faire!

Complètement surexcité, le jeunot se redresse brutalement, m’enserre par le haut des cuisses, les mains solidement plaquées sur mon collant et m’embrasse goulûment… je réponds à son baiser brûlant car ses caresses à ma chatte par-dessus mon collant m’ont rendue folle et je me laisse aller. A travers son jean [j’adore les jeunes mecs en jean], il me fait sentir sa bite bandée contre mon collant et je croise mes jambes autour de sa taille pour mieux la sentir… surtout qu’il a ouvert son pantalon et que la jeune bite bande de plus en plus fort.
Surexcité, le jeunot s’est mis totalement à poil maintenant, il empoigne mes deux pieds aux chevilles et commence à se masturber grâce à mes orteils gainés par le doux collant !
Je l’accompagne puis je me mets activement de la partie, ce qui a l’air de bien lui plaire.

Alors, fière de moi, je me lance dans un petit jeu sexy : j’enserre sa jeune bite bandée et je commence à la masturber avec mes pieds déchaussés, rendus encore plus doux grâce au nylon du collant. Ce jeu m’amuse et me remplit d’aise.

« Ah! Oui, branlez-moi avec vos pieds en collants, j’adore! C’est doux! C’est bon!... Et puis je vois vos belles cuisses ! Ah que vous avez de belles cuisses ! Hmm… et je devine votre belle chatte sous ce beau collant… ahhhhhhh! C’est bon »

Après cette longue séance de jeux de pieds en collants sur sa bite bandée, il me rechausse délicatement mes escarpins dorés restés à portée de fusil!

Alors, il m’assied sur le siège du vélo, baisse mon collant, qui l’a tant excité et préparé, et il m’embroche d’un seul coup vigoureux mais avec douceur en me tenant bien par les hanches face à sa queue qui me remplit d’aise.

Il me pine vigoureusement ce jeunot avec sa bite vaillante, qui me fait un bien fou. Il continue à caresser et embrasser mon collant tout en me baisant et il va même jusqu’à me lécher les orteils à travers les brides de mes pompes de salope, tout en toisant ses potes de la salle de gym ébahis, fier de sa victoire!

« Putain les gars, Mika il se fait la femme aux collants le salaud »
« Ouais, il se fait la vieille! »
« Putain, elle a l’air salope »
« Non, non, elle est chouette cette femme, le veinard! »

Heureux, sûr de son fait, le jeune ‘Mika’ -je ne connaissais même pas son prénom- me fait me retourner et, mon collant toujours baissé à mi cuisses, il m’enfile en levrette en me saisissant bien par la taille et me faisant prendre appui sur le guidon du vélo de training. Sa queue coulisse sans problème, je tends mon cul pour mieux la recevoir… je sais en faisant ça que tous ses potes voient mon cul généreux offert et la bite du jeune Mika me limer profond.

« Allez Mika, vas-y pine la oui »
« Elle a l’air bonne! »
« Putain quel cul elle a! qu’est-ce que tu lui mets »
« Elle a l’air d’aimer ça la salope »

Oh que oui que j’aime ça, sentir cette jeune pine en moi, m’offrir en levrette, cul tendu vers sa queue! Il me baise si bien! J’oublie toute retenue et je me fais prendre dans cette salle de gym.

Il me baise de plus en plus fort mais toujours avec une certaine douceur, ses mains me maintenant bien par les hanches. Je tends de plus en plus mon cul, je sens sa bite taper. Je vais jouir, je commence à gémir, je vais gueuler c’est trop bon!

« Putain, il va la faire jouir! »
« Vas-y Mika, fais la gueuler cette pute, bourre lui le cul! »
« Allez chope la oui, fais la jouir cette vieille salope qui veut se taper des jeunes, fais la gueuler! Vas-y Mika, fais-la gueuler oui, elle aime ça »

Sous ses coups de bite, je me mets à gueuler sans retenue, je jouis comme une folle
« Ahhhhhhhhhh! Je jouis, je jouis, oui, vas-y, je jouiiiiiiiiiiiiiiiis! Ahhhhhhhh!»
« Putain qu’elle est bonne les mecs! Quel cul! Mais quel cul elle a! »
« vas-y Mika, montre nous ta queue dans sa chatte, qu’est-ce qu’il lui met! »

Et les autres gars se rapprochent pour mieux voir leur pote Mika m’enfiler et me bourrer en levrette cul tendu, chatte écartelée et me voir jouir.
« Putain, elle jouit la salope »
« Ouais, vas-y Mika fais-la jouir encore, fais-la gueuler plus fort! »
« Elle en veut la chienne! »

Alors, le jeune Mika se déchaîne en moi. Il me pine fort et brusquement se retire. Il finit par éjaculer sur mon collant et m’asperge les mollets de foutre, sous les yeux ébahis de ses potes, un peu jaloux tout de même!

Exhibant mon cul dénudé sur lequel Mika vient finir de faire dégorger sa bite, mon collant baissé de manière impudique, je leur souris, pute, fière de mon effet!
Moi je savais que ce serait pour une autre fois… et je quitte la salle.
« Putain quel cul ! »
« Ououh la salope »
« Ah ouais… j’aurais bien aimé me la faire… »
***
Je me suis fais un des types avec mon collant noir une autre fois, habillée de mules sexy et d’une jupette plissée noire. Il m’a bien bouffée le cul à travers son collant, que je portais sans slip, il s’est branlé en même temps. Je l’ai chevauché, nous nous sommes même permis un petit 69, où son visage disparaissait totalement entre mes cuisses, sous mon cul en collant exhibé à la salle, sous le regard envieux des autres gars qui y allaient de leurs commentaires. Il a juste baissé mon collant et m’a enfilée, alors que j’étais à califourchon sur lui ; ce fut rapide mais bien. Je me suis bien faite baiser devant toute la salle avec ma jupe relevée, mon collant et mes mules sexy.
***
100% (5/0)
 
Posted by andred_j
10 months ago    Views: 2,265
Comments (7)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
10 months ago
merci du commentaire

je continuerai les détails tant que je peux
10 months ago
Faire l'amour en collants... mon fantasme...

J'adore vos histoires, elles sont bouillantes...
Merci et continuez les details =) (surtout sur vos pieds et jambes en collants et talons)
10 months ago
deux autres épisodes arrivent
merci du com
10 months ago
Merci c'est très hot
j'espère qu'il suivra de nombreuses histoire de salle de gym!!!
OALINE
retired
10 months ago
a ce rythme elle va vite perdre du poids a la salle et les hommes en sortirons bien soulages et avec les couilles vides c est bon ca
10 months ago
je télécharge la suite ce soir, elle devrait y être d'ici deux ou trois jours
merci pour tes commentaires
OALINE
retired
10 months ago
continu avec des details chauds hummm