L'oral du bac

Quel choc ! Julien vient de lire son nom sur la liste des admis à l’oral. Il n’a pas son bac du premier coup. Nombreux de ses camarades s’embrassent, se congratulent, et lui ne pourra pas faire la fête ce soir. Il est cependant beaucoup sorti cette année, peut-être trop songe-t-il maintenant : boîtes, bars, et même sex-clubs ou saunas.

Depuis qu’il a fait sa première expérience homosexuelle, vers 17 ans, il vit principalement pour le sexe. Et il a des atouts pour cela : 19 ans, blond, un torse imberbe assez musclé, un visage d’ange. Il a passé du temps à draguer, à dévêtir d’autres éphèbes qui se livraient à la même activité sur lui. De ses cours de maths, il n’avait retenu que le chiffre 69 ; de ses cours de lettres, il connaissait aussi bien la voix passive que la voix active ; quant aux langues, la sienne savait partir à la rencontre des autres, mais aussi de zones bien plus intimes. Bref, une année de plaisirs qu’il était en train de payer !

La nuit précédent ses oraux de rattrapage, il s’est couché tard, révision oblige. Il a eu du mal à s’endormir, ses rêves sont agités. Il imagine les examinateurs : y aura-t-il un sosie de sa prof de math, une cinquantenaire aux cheveux gras et grosses lunettes, habillée en robes à fleurs de catalogue par correspondance ? Y aura-t-il un jeune enseignant séduisant ? Il le voit cheveux courts et bruns, un regard noir profond ? En lui tendant sa convocation, Julien tente dans ses rêves de lui frôler la main, en le regardant droit dans les yeux, avec un de ses sourires charmeurs dont il a le secret. Le prof lui répond à l’identique en lui remettant ses feuilles de brouillon. Julien prend la main ainsi tendue et commence à la caresser. Le prof se retire et va fermer la porte à clé.

La chaleur est intense, dans tous les sens du terme. Le prof retire sa chemise et laisse apparaître un torse bien dessiné, avec quelques poils noirs. L’ensemble est fort séduisant. Julien s’approche, passe sa main sur les muscles de son correcteur. Leurs lèvres sont irrésistiblement attirées, le goût est légèrement salé. Les langues partent à la rencontre l’une de l’autre. Julien retire son polo. Le prof promène sa main sur le torse de Julien, elle glisse sous la ceinture et rencontre à travers le tissu du slip un sexe durci par le désir. Le prof s’agenouille, défait les boutons du jean, descend le slip et découvre un pénis raide, fin et long. Il passe sa langue sur toute la longueur, depuis les couilles, lourdes, pendantes et douces, jusqu’au gland. Julien sent une chaleur humide entourer l’ensemble de sa verge, le prof est en train de le sucer divinement, en relevant parfois la tête avec un clin d’œil, et en caressant son sexe qu’il vient de sortir de son caleçon.

Lorsque le correcteur se relève et s’allonge sur une table, Julien inverse les rôles : il prend en bouche une sexe de plus de 20 cm, à la peau brune et mate, légèrement courbé ; une légère odeur de sueur finit d’exciter Julien qui montre ses qualités de suceur. Le correcteur gémit doucement, lui demande de continuer et lui promet tous les points pour son bac. Sentant venir sa jouissance, le prof arrête Julien, prend dans son cartable un préservatif dont il coiffe son sexe. Julien s’allonge sur un bureau, les fesses prêtes à recevoir le membre de son bienfaiteur. Celui-ci s’agenouille, insère sa langue dans la rondelle offerte, Julien sent une onde de bonheur l’envahir. Le prof se relève, approche son gland et pousse doucement en plongeant son regard dans celui de Julien : que ce trou est chaud et accueillant ! Ses va-et-vient s’accélèrent, la sueur coule sur les corps, les cris sont à peine retenus. Julien sent le sexe qui est en lui se gonfler et libérer au fond de la capote des flots de sperme ; cela le fait jouir instantanément, il arrose son corps de son nectar chaud et crémeux. Les deux hommes sortent de l’extase réveillés par la sonnerie du lycée : ils en avaient presque oublié le bac.

Mais non, c’est la sonnerie du réveil qui tire Julien du lit. Il est au-dessus des draps, nu, le ventre couvert de sperme et son index est encore en train de fouiller son anus. Ce beau prof ténébreux, il n’est qu’un rêve. Prémonitoire ?

En arrivant au lycée, Julien se présente à son jury, choisit les deux disciplines qu’il devra repasser, en fonction de ses notes, mais aussi en fonction des examinateurs : il y a, à côté du président du jury, un professeur d’histoire plutôt craquant, à peine trente ans, de petites lunettes rondes sur un sourire ravageur, assez mince. C’est décidé, il passera l’épreuve d’historie ! En arrivant dans la salle d’examen, Julien tente le scénario de son rêve, donne sa convocation avec un sourire appuyé. L’examinateur semble avoir compris, mais ne dit rien. Après avoir préparé son épreuve pendant vingt minutes, il s’assied en face du prof, il étend ses jambes pour frôler le genou de l’examinateur mais celui-ci se retire aussitôt et dit :

- Si vous pensez pouvoir obtenir les points qui vous manquent en faisant un numéro de charme, vous vous faites des illusions. En d’autres circonstances, je répondrais volontiers à vos avances peu discrètes, mais pas ici.

Julien est un peu déçu : il ne cherchait pas à corrompre son examinateur mais il avait envie de vivre son rêve. Il ne s’en tire pas trop mal de son oral et l’examinateur lui assure qu’il devrait en principe décrocher son bac.

En sortant de la salle, Julien repense à ce prof d’histoire, il imagine ce qui aurait pu se passer si… et son sexe prend des formes de plus en plus volumineuses. Il décide d’aller vivre ses fantasmes dans les toilettes du lycée. Elles sont désertes, il n’entre pas dans les cabines et commence à flatter son pénis devant un urinoir. A ce moment entre un autre lycéen, que Julien ne connaît pas. Il n’est pas très grand, bien proportionné, cheveux châtains courts. Julien est à peine gêné, il est volontiers exhibitionniste. L’inconnu observe le manège et prend la parole :
- Salut, moi c’est Pierre. Continue, cela ne me gêne pas. Au contraire. Je peux t’aider si tu veux.
- Moi c’est Julien. OK pour ton aide.

Pierre descend la main vers ce sexe qui lui semble prometteur, il soupèse ces deux beaux testicules blonds, caresse la hampe, le gland, et commence à jouer avec ses deux doigts sur la base du gland. Julien sent la sève monter dans son pénis et la jouissance dans tout son corps. De longs jets de sperme sont expulsés, Pierre recueille tout ce nectar dans le creux de sa main, qu’il porte à sa bouche. Sa langue apprécie le goût un peu âcre de la semence.

Julien embrasse Pierre sur les lèvres en guise de remerciement, mais cela ne lui suffit pas : il se baisse et défait le pantalon de Pierre pour découvrir un sexe pas très long mais large et puissant. Il le prend immédiatement en bouche et pratique de longs allers et retours. Pierre imprime le rythme en posant la main sur la tête de Julien. De sa main droite, Julien sort une capote de la poche de son jean à ses pieds, il en chausse le pénis qui se trouve en face de son visage, il se retourne, prend appui sur une cuvette, se cambre et présente son anus à Pierre. Celui-ci pénètre d’un coup, Julien retient à peine un petit cri de douleur, mais la jouissance prend rapidement le dessus. Pierre sait manifestement bien utiliser toute la largeur de son instrument, il sait tenir la distance. Au bout d’un bon quart d’heure, il se retire. Julien, dans un état second, se retourne, Pierre enlève le condom et éjacule sur le visage de son camarade de jeu.

Quelques instants après ils sont ressortis des toilettes. Ils n’ont plus qu’à attendre les résultats. En fin d’après-midi, enfin, les présidents de jurys annoncent les noms des admis : Julien et Pierre ont obtenu leur bac. Ils tombent dans les bras l’un de l’autre, en s’embrassant à pleine bouche. C’est sûr : ce soir, ils vont fêter leur réussite, à leur façon !



100% (3/0)
 
Categories: AnalGay Male
Posted by alban_lyon
2 years ago    Views: 687
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments