[vue sur le net] folle famille part.1

Encore une journée au collège, de mauvaises notes, encore une fois, je me dis que maman ne va pas être contente de moi… Mais dans l’absolu, pour le moment ce n’est pas vraiment ce qui me travaille, c’est plutôt mes hormones, cela fait quelques mois que je change, mes poils poussent, mon sexe a décidément bien grossi et mes centre d’intérêts ont changés, le basket avec les potes ne m’intéresse plus vraiment et je suis plutôt attiré par mes petites copines de classe, surtout Delphine, assise à coté de moi en classe de biologie… Les beaux jours sont là et je suis heureux que les petits shorts en jean fassent leurs apparition ! Au dernier cours, j’avais du mal a cacher mon érection en voyant la ficelle de la petite culotte de Delphine, jaune fluo qui dépassait vers sa hanche… « Qui met des bikinis pour aller à l’école ! » me chuchotes à voix haute… J’étais tellement excité que je suis allé au toilettes à la pause, regarder des photos de cochonnes, de salopes, de Teens vraiment prêtes à tout que je garde en cachette sur mon téléphone, ca ma fait tellement de bien de sentir mon sperme couler hors de mon sexe, par gros paquets… Je l’imaginais glissant sur les lèvres de Delphine… Impossible de me passer cette érection …

Personne à la maison, ma soeur doit-être encore au lycée et mes parents au taf, je vais pouvoir tranquillement me regarder un petit film de cul, avec un peu de chance cela va me rassasier ! Je monte dans ma chambre et passe devant celle de ma soeur, un coup d’oeil pour voir son bordel habituel, des fringues partout, en vrac, sale ou propre et des tonnes de maquillage sur son bureau, au milieu de papiers en tout genre. « Qu’elle cochonne, y’en à vraiment partout, je me demande pourquoi les parents ne lui font pas une scène »… Faut dire que ma soeur ces derniers temps est en mode rebelle, maquillage noir outrancier, décoloration intensive de ces cheveux, piercing, je pense que les parents en on un peu marre de lui courir après pour tout et tout le temps…Je m’en vais pour partir quand je vois au milieu de ce désordre, un bout de dentelle qui git au pied de son lit, une petite culotte, plutôt un boxer vu la forme, merci à mes « études » sur internet, je suis devenu un vrai expert en la matière ! Toujours personne à la maison, j’en profite pour aller y jeter un oeil, visiblement elle est sale… Le fond est plein de traces blanchâtres… Je l’approche de mon nez et son odeur déclenche tout un tas de réactions dans mon cerveau c’est comme si une vague intense de désir me submergeais, des images pornos déferlent dans ma tête, des culs, des pipes, des sodos… Et toutes ces images ont le visage de ma soeur ! Quelle horreur !! Ma soeur gothique qui ressemble à rien en ce moment… Je jette la culotte par terre et me précipite pour allumer mon laptop, un petit tour dans mon dossier secret « putain je suis tellement excité que j’arrive pas a taper mon mot de passe !!! » J’ai le sexe énorme, tellement dur, il me ferait presque mal ! Un peu d’huile de monoï que j’ai piqué à ma mère et caché dans un pot de gel pour les cheveux et me voilà à m’astiquer devant cette salope de Jada Stevens, ma pornstar préférée, elle me fait juter à tous les coups à faire dandiner son gros cul et se prendre des bites énorme dans son trou du cul… Et toujours avec le sourire ! La femme de mes rêves ! Mais cette fois ca ne viens pas. Des bribes d’un souvenir récent me reviennent, la culotte de ma soeur… Son odeur enivrante… Et me voilà de nouveau à revoir ma soeur à poil en train de faire des horreurs… Les images défilent sur mon portable mais je ne les vois plus, j’ai le regard vide, mon imagination à prit le dessus et je la vois littéralement se faire défoncer comme toute ces salopes que j’adore regarder… Et à cet instant, je jouis comme jamais, j’ai les cuisses et le pubis couvert de sperme bien chaud qui se met à couler… Je suis haletant… Pantelant, je tremble encore de cet orgasme incroyable… Et c’est bien sur alors que j’ai le froc sur les chevilles et du sperme partout que ma mère rentre !! En catastrophe je plie tout, m’essuie à l’arrache, et cache la culotte dans un tiroir… Alors que je suis tout essoufflé ma mère vient me saluer et prendre de mes nouvelles, regarde mon écran ou j’ai eu le temps d’ouvrir un fichier de travail pour l’école… Il s’en est fallut de peu !

Les couilles encore gonflées de désir, je suis ma mère pour faire mine d’aller aux toilettes, à peine est-elle descendu que je retourne dans la chambre de ma soeur pour replacer la culotte… De retour dans ma chambre, les images se chamboulent et m’assaillent à nouveau, cette odeur délicieuse, forte… Et merde ! Il s’agit de ma soeur quand même ! Je n’arrive pas à chasser ces pensées de ma tête et je n’arrive pas à jouer au dernier jeu que je viens de pirater… Sophie … Ma soeur… Sophie… Je me jette sur mes devoirs et je ne fais pas grand chose de bien, je bâcle… Comme à mon habitude en fait…

Vient l’heure de manger… Je descends avec de la peine vers la cuisine où mes parents m’attendent, Sophie, toujours aussi maquillée à le visage penché en avant, elle ne m’adresse même pas un regard, depuis sa période « Noire » elle ne nous parle pas, ne nous regarde pas, comme si nous étions des pestiférés.

Et avec ma dernière aventure, je suis distant aussi, toujours un peu renversé par ma dernière satisfaction manuelle. J’ai un mal fou à jeter un regard à ma soeur et ma mère le remarque fatalement… « Sophie tu as fait quoi encore comme sale tour à ton frêre ? Tu lui as encore piqué son argent de poche ? »

- Tu te moques de moi maman ? Tu penses vraiment que je pourrais voler quelque chose à mon frère
- Ne me la fais pas ce n’est pas comme si c’était la première fois que Yann se plains de ça !
- Et moi de rétorquer « Non maman, Sophie n’y est pour rien, je me sens juste un peu patraque ce soir, je pense que je vais remonter dans ma chambre pour vite finir mes devoirs et me coucher »
- Ouais tu vas encore regarder du porno ! Marmonne Sophie
- Et moi de rougir, et de lancer discrètement une « connasse ! » ce qui me vaut un regard méchant de ma mère et amusé de mon père…

De retour dans ma chambre seul, l’écran de mon ordinateur vide affiche une demande de mot de passe -que mes parents connaissent- mais rien n’y fait, je pense encore et toujours à la même chose, cela vire à l’obsession et remplace toutes les images de films qui me font fantasmer habituellement… J’entends Sophie refermer à clef la porte de sa chambre -une concession des parents pour éviter de l’entendre râler-, mettre de la musique… Elle doit être sûrement à chatter sur des sites gothiques, sont rêve étant de se faire tatouer. Pour le moment le véto parental tiens… Mais pour combien de temps… Je me mets à rêver secrètement que demain la culotte, -le shorty- soit encore à sa place quand elle partira à l’école que je puis encore me satisfaire avec, et encore… Et encore… Je me met à penser que demain je serai malade, histoire de rester seul et de fouiller plus en profondeur la chambre de ma soeur, j’ai déjà trouvé ses cloppes mais ce n’est pas vraiment ce que je recherche…

Au réveil je joue la comédie et comme je n’étais pas vraiment bien la veille, ma mère m’autorise à rester au lit, elle appelle le collège et me demande de l’appeler dans la journée pour lui dire comment je vais… Mais une idée à germée dans ma tête au cours de la nuit, une envie, un désir profond, il faut que je la voie nue, que je vois ses fesses, sa chatte que j’espère rasée… Que je la voie enlever ses culottes et savoir ou elle jette les fraîches… Pas de chance pour ce matin, alors que tout le mode est parti je me rends compte que ma mère est passée avant moi et à tout jeté dans la machine qui tourne déjà… Je me connecte sur internet à la recherche de petite caméra de surveillance, je suis vraiment étonné de la quantité de produit disponible, et je trouve rapidement ce que je veux… Pas plus grosse qu’une pile AA, couleur, HD… Vraiment c’est parfait… Reste à trouver un magasin qui vends ça pas trop loin de chez moi, je me vois pas vraiment la commander sur internet. La chance est vraiment du coté de ma lubricité et la trouve en vente en ville. Un tour rapide en vélo, mes économies envolées - tant pis pour la petite télé dont je rêvais- me revoilà dans ma chambre, le contenu du petit carton éparpillé sur mon lit. C’est vraiment enfantin à mettre en place, reste juste à trouver un endroit discret… Ou filmer ? Vers son lit ? Son armoire ? Au final je me rabats sur une valeur sûre, son lit dont les couvertures trainent par terre, c’est sans peine que je cache la petite caméra parmi son fouillis… La journée passe… Tout est en place, logiciel d’amélioration vidéo, d’enregistrement et j’en passe… Il me tarde de voir le spectacle ! J’ai des érections spontanées à longueur de journée et je me retiens de ne pas m’astiquer comme un furieux !

La fin de journée pointe enfin le bout de son nez et pour une fois je suis heureux de voir débarquer ma soeur que mes parents ramène de l’école -apparemment elle à encore séché…-, je descends donc les marche pour montrer que je vais mieux à tout le monde, mais ma mère hurle sur Sophie et l’envoie punie dans sa chambre… Des fois je me dit qu’il y a un Dieu pour les pervers… Je retourne dans ma chambre prétextant de jouer un peu le temps avant le repas… Je fonce dans ma piaule, lance le petit programme de surveillance et… C’est la déception, elle est sur un coin de son lit, à bouquiner, la caméra n’est pas très précise mais je me fais déjà une bonne idée de ce qui ce passe. Un de ces regards furtifs à l’air de regarder en direction de l’objectif et je me tétanise de trouille, je sens une lame froide remonter le long de ma colonne et me hérisse les poils, une voix dans ma tête me hurle que la caméra est découverte, que mes parents vont me tuer, que ma vie est clairement finie ! Mais non, sa tête bascule sur un coin de son lit, elle à l’air de rêvasser, elle rumine sûrement l’engueulade des parents… Je la vois se lever et fouiller derrière son bureau, elle va probablement fumer, elle à peur de rien ! Si les parents sentent ça va barder !!

- Yann tu descends le diner est servi ! Sophie tu es toujours punie, ce soir tu jeunes !
- Je descends maman, j’arrive !

Mais je n’arrive pas à lâcher l’écran, j’ai peur de rater quelque chose ! Alors je lance l’enregistrement, baisse la luminosité de mon écran et quitte ma chambre à regret…

- Tu veux voir quoi ce soir à la télé ? me lance ma mère
- hmmm ?
- Oui on est mercredi et ce soir tu choisis ce que tu veux voir !

Je crois que c’est clair, le Dieu des pervers m’a oublié ! Faut que je trouve une solution

- Tu sais m’man j’étais malade et je vais me coucher tôt pour l’école demain
- Tu me caches quoi ?
- Pardon ?? -je rougis-
- Et en plus tu rougis, allez dit moi tout ! C’est une fille j’en suis sure, tu discutes sur ton ordinateur avec une fille ?
- méeuuh !! Pfff mé - Je saisi la perche histoire d’être tranquille - C’est oui… C’est une fille…
- Bravo ! Et quel est son petit nom ? Elle est à ton école ? Elle à quelle âge ? Elle est blonde ? Oui je suis sur quelle est blonde !
- M’MAN ! Elle… Elle s’appelle Sophie !
- Comme ta soeur c’est vraiment pas très original ! Mais bon ca veux dire que tu aimes bien ce prénom et tant mieux ! Allez files petit briguant je vois que tu n’arrêtes pas de regarder l’heure…

Et me voilà de retour dans ma chambre, avec ce petit manège je suis sur que mes parents ne vont pas venir me déranger ! Malin ! C’est la main fébrile que je remonte la luminosité de mon écran, et découvrir ma soeur, allongée sur son lit, elle n’a plus que son T-shirt et sa culotte, cette fois on dirait du coton… Et mon sexe de se dresser… Je me met vraiment à fantasmer sur ma soeur, je sais pas si c’est malsain mais je m’en fiche, je glisse une main sur mes jambes et défait mon pantalon qui à tôt fait de se retrouver sur mes chevilles… Et me voilà à m’astiquer sur une image de pas très bonne qualité qui me montre ma soeur en train de téléphoner sur son lit… Je vire au pathétique moi qui stocke des giga de pornos bien trash… Je fais pas mieux que mes premiers catalogues de lingerie… Les heures passent et le sommeil arrive, elle bouge peu, trop peu et je me lasse de me caresser, ma mère frappe à ma porte.

- Dit bonne nuit à ta chérie et va te coucher, demain tu n’éviteras pas l’école petit valentin !
- Sophie, extinction des feux dans 5 minutes sinon ton père te coupe l’électricité directement depuis le tableau !

Je baisse la luminosité de mon écran avant de rejoindre mon lit et laisse tourner l’enregistrement, mais je sens que cela va virer au fiasco… Encore de l’argent bien investit ! Chapeau ! … Et effectivement le lendemain le drame se confirme, elle à éteins la lumière et la caméra n’a enregistré qu’une bouillie de pixels noir et gris…

Le lendemain matin je suis un peu choqué et déçus, j’en oublie même de me branler dans mon lit au réveil… Ma soeur est déjà partie au lycée -tant mieux-, je me jette sans trop d’appétit sur mes céréales que j’abandonne assez rapidement. Ma mère me relance pour me bouger et partir au collège… La journée se passe sans trop de relief et je me dis que j’espère que ce soir m’apporteras de meilleures surprises que la veille… Mais c’est la même chose, rien de rien… Et les jours passent, il m’arrive de voir un petit bout de fesse en petite culotte qui me fait immédiatement palpiter le gland mais c’est trop furtif, trop bref pour que j’ai une chance de faire quoi que ce soit de ma main gauche…

Jusqu’à ce soir là, et quel soir, alors que je m’apprêtais à rejoindre ma chambre et discuter avec la fictive Sophie, j’entends ma soeur discuter, et un peu s’engueuler avec quelqu’un au téléphone… Elle finit par lâcher un « connard » et je l’entends jeter un truc, probablement sur téléphone… Je rejoins ma chambre, lance mon inutile programme de surveillance et la voit déambuler dans sa chambre, elle cherche un truc par terre. Je me dis que je pourrais lui indiquer ou est son briquet pour gagner du temps… Mais non elle pousse une petite commode sur le coté et sors un petit truc, on dirait un briquet blanc… Elle rejoint sont lit et s’allonge sur le dos… Et voilà c’est fini pour ce soir je me dis. Mais non ! Elle ! Je rêve elle se caresse le ventre, les seins ! Immédiatement mon sexe se dresse, sa main descends vers sa culotte et passe dessous ! Et la je deviens fou, je n’enregistre pas depuis des jours, plus de place sur mon disque ! Je sacrifie mon dossier porno pour la bonne cause et lance enfin l’enregistrement, entre temps elle à commencée à se caresser sous sa culotte et moi de virer mon froc et caleçon en un tour de main de faire pareil. Je suis en transe, comme quand j’ai trouvé son petit shorty sale, odorant… Elle se frotte avec sa culotte, que je dois impérativement récupérer, tout ce jus de chatte qui coule dessus, qui imprègne de son odeur ce petit bout de tissu blanc ! Enfin elle tire sa culotte sur le coté, découvre une petite chatte sans poils, elle à des lèvres roses, bien gonflées, comme une pêche et des petites lèvres invisibles. Le pied vraiment une petite chatte de rêve ! Je m’astique comme un fou, pas le temps de prendre de l’huile, je me crache dans la main, je tremble de bonheur. Enfin je sais à quoi servait son petit briquet qui en fait était un petit vibromasseur qu’elle applique sur son clitoris… Merci internet de m’avoir tout appris ! Elle cambre son dos et se caresse de plus belle, alors que de l’autre coté du mur je sens qu’un orgasme ravageur va m’arriver, des jours que je ne me masturbe plus… Elle mord son drap et je ne sais pas si je rêve mais le simple fait d’imaginer entendre ses cris étouffés de l’autre coté du mur me font grogner fortement et une belle quantité de sperme vient s’étaler sur mon ventre, une autre sur le clavier et encore une sur mes cuisses… Je la vois au travers de mon écran rouler sur son lit et éteindre sa lumière… Je penche la tête en arrière le souffle court. J’ai l’impression de m’être vidé et d’avoir vu le porno ultime… J’ai du mal à tout essuyer tant j’en ai mis partout, et le fait qu’il commence à sécher n’arrange rien ! Ma mère me demande de couper la lumière, mais en quelques minutes je fais deux copies de secours du film, je ne peux pas me permettre de le perdre !! Toute cette attente récompensée, des mois d’argent de poche enfin utilisés à bon escient !

Je me couche et je fais des rêves torrides, ou je couche avec ma soeur, c’est chaud, sauvage et violent, je la maltraite presque tant j’abuse de son corps de ses trous… Au réveil, cela n’a pas loupé, le lit est tâché et pas qu’un peu… Heureusement que ma mère ne va pas changer les draps tout de suite, ce soir je ferai partir les tâches… Ce soir, secrètement je suis déjà pressé d’y être ! Avec un peu de chance j’aurai un autre show privé ! Et effectivement les soirs suivant j’ai un petit spectacle avec des variations aussi jouissive que possible, celle ou elle s’est inséré un doit dans le cul ou celui ou elle se caressait à quatre pattes… Ma collection de petites vidéo s’agrandie littéralement et j’ai complètement oublié les films X, j’ai ma propre star… J’ai récolté plusieurs de ses petites culottes que je stocke dans un faux tiroir, dans un sac Zip pour congelés… Et toujours cette odeur incroyable quand je l’ouvre, j’adore me mettre celle en coton sur le nez quand je regarde des vidéos de ma soeur.
Les jours passent à nouveau avec des hauts et des bas, -comprendre pas de spectacle- quand les vacances arrivent et nos parents de nous convoquer…

- Cette année vous êtes grand et Sophie à l’air enfin sur la voie de la sagesse, nous avons donc décidé de vous laisser un peu d’argent et de vous laisser seuls à la maison. Nous irons chez vos grands-parents quelques jours. Soyez bien conscient que c’est un test et que si vous voulez revoir cette situation de nouveau vous avez intérêt à vous tenir à carreaux ! Sinon cet été vous irez tout les deux chez les grands-parents à la campagne ! Où ils n’ont ni internet ni téléphone portable…

Les jours passent et plus de spectacle, je visionne en boucle un petit montage que je me suis fait avec iMovie et arrive toujours à en tirer satisfaction en découvrant toujours des petits détails, un doigt qui glissent sur sa chatte ou un spasme de son corps. Finalement le grand jour arrive et nous sommes seuls à la maison, Sophie me demande de la rejoindre au salon.

- Yann, bon on à plein de course et y’a sûrement 3 mois de ton argent de poche sur la table, je sais que l’on se parle jamais mais bon tu veux faire quoi avec ta part ?
- Ma part ?
- Oui j’ai fait au prorata de nos âges et ça te fait un joli magot, je pense qu’on va pouvoir vivre sans peine avec les courses qu’il y a et on sera à la diète si cela te va.

Je suis sous le choc que ma soeur me parle comme ça, plus que le fait d’hériter d’un joli paquet… Des semaines qu’au mieux, elle me fusillait du regard on me balançait des vannes. Je suis un peu décontenancé de lui parler, à elle sur qui j’éjacule au moins une fois par jour dans mes fantasmes… Je lui fais un signe de la tête et sans rien dire emmène ma part du gâteau. Le soir arrive, et après avoir mangé des chips et du ketchup je rejoins ma chambre… Difficile de faire le mur car les parents nous appellent à des heures aléatoires le soir, difficile de prévoir… Un soir de plus j’allume mon ordi et la plus d’image. De nouveau une peur immense m’envahit, elle l’a trouvé cette fois c’est clair ! J’entends la télé s’allumer en bas et ma soeur répondre au téléphone, probablement mes parents, je me dit que c’est le moment de contrôler mon installation, je m’avance discrètement, pénètre dans sans chambre et j’entends un craquement derrière moi, mon coeur explose dans ma poitrine et s’arrête de battre pour quelques secondes… Je me retourne et vois ma soeur, appuyée contre le chambranle de sa porte, ma petite caméra qui pend au bout de ses doigts…

- Je me demandais si c’était toi au Papa…
- …
- Tu n’as rien à dire ?

Mon cerveau ainsi que la majorité de mon corps ont à cet instant stoppé de fonctionner à l’unisson, j’ai le regard fixe, plus de salive dans la bouche et aucun son ne sors de ma gorge… Sophie me fixe du regard, un regard noir encore plus prononcé par la tonne de maquillage noir qu’elle étale autour des yeux… Elle se redresse, je n’ai toujours pas bougé d’un centimètre…

- Vous les mecs vous êtes juste que des porcs et je suis me doutait bien que ce soit mes petits copains qui m’ont largué ou mon propre frère vous étiez tous les même…
- Sophie j… Je…
- Et en plus tu n’as rien à dire et ce ne sera sûrement pas très intelligent… Je vais te dire, ramène moi aussi mes culottes qui manquent.
- Oui je… Je suis désolé !
- C’est bien ce que je disais, rien d’intelligent. Je vais te dire, si les parents découvrent ca, tu es un homme mort, ils vont sûrement directement te mettre à l’internat ! Tu es vraiment un malade dégénéré !
- NON ! Hurle-je
- Tu imagines bien que je ne vais rien leur dire, par contre tu va me devoir cher, services, limite mon esclave, tu vas prendre cher sale porc ! Maintenant dégage de ma chambre ! Je veux plus te voir de la semaine.

En état de choc, je rejoins ma chambre, pour la première fois depuis des semaines j’éteins mon mac. Je me couche les yeux grands ouverts. Je suis littéralement terrifié, je sais que mes parents vont me tuer pour ça. Mais quel con j’ai fait ma soeur, ma propre soeur, je suis un malade, comme ces types qui couchent avec des clébards ou même pire !

Le lendemain matin, Sophie est déjà partie me laissant un mot sur la table. Je devais bien m’en douter, c’est une liste de tâche à faire avant ce soir, elle est courte, mais c’est tout à fait ce que j’imaginais, 3 petit mots « range ma chambre ».

Et me voilà en short à tout vider, jeter les poubelles, trier ce qui traine par terre, mettre en boite, j’en ai le dos en vrac… Après quelques heures sans aucune découverte intéressante, je me décide à lui piquer une cloppe. Je ne suis plus à ça prêt de toute façon, j’ai déjà un pied en enfer, autant y mettre directement le deuxième pour en finir plus vite. Je glisse une cigarette dans ma poche. La chambre commence presque à ressembler à un lieu normal alors que je remet en place sa petite commode et de me rappeler ce qui y est caché derrière… Je retourne le petit meuble et vois son petit vibro sans un sachet zip agrafé dans le bois. Curieux j’ouvre le petit sac et devant l’objet je ne peux que le glisser dans ma bouche en espérant y trouver un goût, le goût de ma soeur… Un pas de plus en enfer, ce goût salé réveille une érection en moi que mon petit short de sport à de la peine à cacher. Je remet tout en place et descend les poubelles, ma soeur entre à ce moment la et me lance :

- C’est propre j’espère !
- Oui !
- Bien mon petit chien-chien, tu es vraiment idiot ! Tu n’imagines pas que j’aurai autant de problème que toi si je révélais tout ça aux parents ? Qu’est-ce que tu peux être con !
- Tu es vraiment une connasse !! Je jette les poubelles par terre et sors les larmes aux yeux. Je ne l’aurai pas imaginée cruelle en plus.
Elle me rejoint sur la terrasse, sors des cloppes et m’en offre une.
- Tu as déjà fumé ?
- Oui !
- Tu es vraiment qu’un sale menteur en plus… Je parie que non. Je vais chercher du feu et de bières que j’ai ramenées ce soir on va être un peu plus frère et soeur ce soir.

Après ma première cigarette ou j’ai lamentablement toussé et attaqué ma deuxième canette, j’ai la tête qui tourne, une grosse nausée et une envie de vomir qui je fais tout pour contenir.

- En fait fréro tu es plutôt cool au final, je te voyais comme tout ces sales gamins geeks qui ne jurent que par leur jeux à la con. Je suis contente que tu picoles avec moi, ce me fait de la compagnie.
- Sophie tu sais je…
- Oui tu es un garçon, je suis une fille et tu as des besoins sexuels qui arrivent et je comprends que tu te branles sur tout ce qui bouge. Je trouve ça dégueu et malsain que tu te tripote ta petite bite en regardant ta soeur, c’est malsain et très bizarre. D’ailleurs fait la voir.
- Quoi ??
- Ta bite bien sur, je suppose que tu as vu ma chatte alors tu me dois bien ca ! Allez trouillard sors la !
- Non !
- Sors la tout de suite je te dis ou c’est moi qui la sors !

Tout rouge, la tête en vrac, je me lève de ma chaise, j’ai les mains qui tremble quand je commence à défaire mon short. Ma soeur à tourné sa chaise pour se retrouver pile face à moi, son visage a moins de 50cm de mon ventre, elle affiche un grand sourire mêlé à de l’excitation.

- Alors tu accouches !
- Ok…

Et mon short de tomber sur les chevilles, trop ivre pour avoir une érection.

- Touches-toi ! Je veux la voir dure !

Je me penche pour reprendre mon short mais elle me stoppe à hauteur des genoux, sont visage s’est encore rapproché de mon sexe qui à l’air de vouloir se réveiller. Est-ce que c’est ces grand yeux noir ou le fait que je vois ses seins lourd dans son décolleté qui me réveillent ?

- Mais ça a l air d’exciter mon cochon de frère ! Par contre tu bandes mou c’est la honte !
- C’est la bière !
- Tu veux un peu d’aide peut-être ?

Elle se recule et prends un air ridicule en passant sa langue sur ses lèvres, en poussant des soupirs et en me lançant des regards digne de starlettes de films de cul. La ce n’est plus la même, mes hormones se remettent en route et mon sexe se dresse massif, violacé devant son visage. Elle applaudit devant le spectacle

- Elle est si grosse !

Machinalement ma main descend sur mon sexe et je commence à me caresser

- Bonne idée ! Fait toi jouir ! Je veux voir ton jus !

Je m’astique alors sauvagement, met un peu de salive sur mes mains, mon sexe brille.

- Aide-moi ! Je lui lance
- Ok je vais faire ma salope si tu veux.

Et elle commence à se peloter les seins. Je ne rêve pas, je suis en train de me branler devant ma soeur qui se tripote les seins ! Rien que cette idée me rend fou et j’accélère le mouvement de va et vient. Je sens le sang affluer dans mon sexe qui me fait presque mal. Sophie rigole doucement, pouffe et me regardant quand tout d’un coup un long filet de sperme sors de mon sexe pour aller se loger sur son visage, du menton jusqu’a sa frange, son nez est couvert d’un gros grumeau laiteux. Elle se recule brutalement alors que d’autres spasmes me broient le ventre et font couler le sperme…

- Tu es dégueulasse ! Tu aurais pu me prévenir me hurle t’elle !
- Désolé ! Je savais pas ! Pardon !!

Elle me sourit et me lance :

- Tu as bien mérité une petite récompense vu que tu as pas l’air de débander…

Elle se redresse de sa chaise, se met a genoux dessus et me tourne le dos. Sa jupe en jean à du mal à contenir ses fesses un peu grasses.

- Enlèves ma culotte maintenant.

Sophie est visiblement ivre… Et tant mieux ! Je m’approche d’elle, me met à genoux par terre, mon visage près de ses fesses. Des deux mains je prends les cotés de sa culotte et la fait glisser sur ses hanches, ses cuisses. En premier je vois son trou du cul, il est si beau, parfait avec ses tout petit plis. Il me prend le désir fou d’y mettre ma langue et de l’enfoncer dans ce trou, mais je continue à descendre sa culotte et aperçois ses lèvres bien juteuse, et je vois qu’elle mouille fort… A peine descendu de quelque centimètre de plus que je sens sa main empoigner mes cheveux et enfoncer mon visage dans ses fesses… Sous mes lèvres, son anus, sa petite chatte. Je passe de l’un à l’autre à grand coup de langue sentant son miel se répandre sur mes joues. Je lui empoigne les fesses pour enfoncer encore plus mon visage dans son gros cul. Ma soeur est vraiment une grosse chienne. Je lui dévore littéralement le cul et je l’entends couiner sur sa chaise. Elle crie comme une petite salope. Je vis dans un de mes films X. Après quelques minutes à lui avoir mangé le cul je me redresse derrière elle, toujours à quatre patte, elle se retourne vers moi un cil collé par le sperme séché et les yeux rouge de larmes.

- Je lui lance : Sophie, ma soeur, apprête toi à te faire défoncer comme jamais, et plusieurs fois par jour…

Sans hésiter je lui crache sur le trou de balle. Elle est sonnée encore par l’alcool et n’a pas compris qu’après lui avoir mis tant de salive dans son anus que j’allais en prendre possession. Je vais perdre ma virginité dans quelque secondes, dans le trou de balle de ma soeur.

Je pose mon gland sur son trou et elle se retourne violemment vers moi, les yeux grands ouvert

- Yann tu vas pas me prendre dans le cul !
- Si et je vais t’insulter comme une salope !

Et de pousser encore plus fort dans son petit trou étroit… Très étroit, à f***e de cracher et de pousser mon sexe rentre, millimètres après millimètres, puis enfin des centimètres. Sophie hurle et sanglote à la fois. Je commence mon va et vient, toujours plus vite, toujours plus fort mais après quelques secondes, un gros orgasme me submerge, je me sens me vider à l’intérieur de ses fesses, encore et encore alors que elle pousse un long râle de plaisir et de douleur. Je me retire et vois le sperme couler de ses fesses et je m’effondre sur les mienne, par terre, totalement a bout de souffle, je me laisse à m’allonger sur notre petite terrasse, KO.
Sophie s’allonge près de moi, tout son maquillage à coulé avec le sperme et les larmes, on dirait une femme battue.

-Yann tu sais, après tout je suis plutôt contente de t’avoir comme frère…

100% (15/0)
 
Categories: AnalTaboo
Posted by akseroner
7 months ago    Views: 3,044
Comments (1)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 month ago
Très excitant récit d'inceste