De queues en chattes 1

Petit texte d'essai. C'est simplement du cul style porno gonzo sans grande prétention. J'espère que cela vous plaira.


De queues en chattes 1

C'était un samedi matin vers 3h lorsque Robin et Lucie rentrèrent chez cette dernière. Tous les deux étaient étudiants en première année de sciences politiques à l'université et cela faisaient déjà quelques mois qu'ils sortaient ensemble. Ils rentraient du soirée en boîte avec des amis et ils firent leur possible pour ne pas réveiller les parents de Lucie. Ils se glissèrent alors dans sa chambre et, à peine la porte fermée, Robin attrapa sa compagne par la taille et l'embrassa. Il avait attendu toute la soirée ce moment, être enfin seul avec elle. Il fallait dire qu'elle avait mis la tenue qu'il préférait, une petite robe bleue roi mettant parfaitement ses formes en avant et s'accordant bien avec son teint légèrement bronzé et ses cheveux noirs. Il la plaqua contre un des mur de la chambre, ce qui du haut de ses 1m85 n'était pas difficile surtout pour un sportif comme lui. Lucie fut réceptive à son désir, elle savait très bien qu'avec cette tenue il en mourrait d'envie et cela lui plaisait. Elle passa une jambe autour de sa taille et l'enlaça et le laissa plonger la tête dans son décolleté. Robin remonta ses mains le long des cuisses de son amante et découvrit à son grand plaisir le haut de ses bas et ensuite le petit string qui cachait l'objet de son désir.

« Putain j'ai envie de toi ! » lâcha-t-il en relevant la tête de la poitrine de la belle noiraude.

D'habitude elle n'aimait pas trop qu'il lui parle ainsi, mais elle était excitée aussi bien par lui que par les quelques verres en trop qu'elle avait bu durant la soirée. Elle le repoussa et le fit tomber sur son lit, puis toujours debout elle se déhancha et commença un petit strip-tease pour lui. Elle se caressa un peu et fit glisser sa robe par terre, dévoilant ses superbes seins, un 80 C qui rendait fou son copain. Il entreprit de son côté d'enlever aussi ses vêtements, mais le plus rapidement possible se retrouvant très vite nu, le sexe dresser et se branlant alors qu'elle ôtait langoureusement son string et le lui jeta au visage. Alors elle s'approcha de lui et se pencha au dessus de son sexe raide, elle le saisit d'une main et commença à le branler et le lécher. S'il était fou de ses seins, elle devait bien admettre qu'elle adorait sa queue, une très belle queue légèrement courbée et aux dimensions sublimes, même ses copines ne la croyait pas lorsqu'elle leur décrivait le 21 par 5 de Robin. Elle finit par le prendre en bouche et suça son gland d'une langue habile pour une fille de 19 ans.

« Arrête tu vas me tuer ! Je veux te prendre ! » lui dit entre deux gémissement Robin, il attrapa vite une capote dans la table de nuit et l'enfila en se redressant.

Elle s'allongea sur le dos et écarta les cuisses pour l'accueillir, elle savait qu'exciter comme ça il n'allait pas avoir la patience de plus long préliminaires. Il se positionna alors entre ses jambes et enfonça son sexe en elle sauvagement et commença à la prendre directement. Sa bouche venant goulûment téter ses deux seins, suçant et léchant ses deux auréoles avec plaisir. Il était un peu trop brutal, mais elle aimait se sentir soudainement remplie de la sorte et se mit à gémir de plus en plus fort. De ses deux mains il lui saisit les seins pour les malaxer et mieux les sucer encore, tout en continuant à donner de puissant coups de reins. Il avait repris peu à peu ses esprits et se sentant venir il se retira un petit moment. Il descendit alors sa bouche le long de son ventre et arriva à son pubis épilé et sa fente luisante de cyprine. Il y goutta avec plaisir et laissa sa langue parcourir la fente de sa partenaire et ses doigts caresser son clitoris. Lucie lui agrippa la tête de ses deux mains pour l'encourager à y aller plus profondément, ce qu'il fit glissant sa langue le plus profondément dans son vagin. Une de ses mains remonta pour retourner jouer avec la poitrine de Lucie tandis que de l'autre il enfila deux doigts dans la chatte de la jeune femme. Aux gémissements de sa copine, il devina qu'elle n'était plus loin de l'orgasme, il se redressa alors et la fit se mettre à quatre pattes. Posa ses mains sur ses hanches et la prit en levrette puissamment, faisant buter son gland au fond de son sexe. Il la baisa tel un a****l la faisant crier sous ses assauts jusqu'à l'orgasme de Lucie. Les spasmes de plaisir eurent raison de l'endurance de Robin qui vint aussi, lâchant de grande giclée de sperme au fond du préservatif.

Tous les deux se retrouvèrent allongés sur le lit après que Robin eut jeter sa capote et s'endormirent ainsi l'un contre l'autre. Le matin venu Robin fut réveillé par Lucie qui se levait, il essaya de l'attirer au lit vers lui mais elle lui échappa. Elle portait encore pour seul vêtement les bas noirs de la veille, elle enfila deux-trois vêtements et sortit de la chambre. Elle réapparut une vingtaine de minutes plus tard enroulée dans un linge. Robin avait la gaule matinal et il la lui montra.

« Désolée ce serait avec plaisir, mais j'ai promis à Déborah de la rejoindre pour bosser des cours à 10h et c'est déjà presque 10h. Je suis trop à la bourre, mais on se voit ce soir pour aller boire un verre ok ? »

« Ok. Mais t'es sûre de pas vouloir ? Vite fait ? »

« Non. »

Puis elle finit de s'habiller et sortit en trombe. Ce n'était pas la première fois qu'elle le laissait seul chez elle, enfin seul il devait sans doute y avoir ses parents dans les environs. Il traîna un peu au lit et finit par se lever et s'habiller. Il voulut aller prendre une douche mais c'était occupé, il se contenta donc de passer au WC et se rinça abondement le visage pour finir de se réveiller et de se rafraîchir. Il se dirigea ensuite vers la porte pour partir.

« Tu pars déjà ? »

Il se retourna pour trouver Mme Turian, la mère de Lucie dans le couloir en peignoir.

« Bonjour madame. Oui j'y vais vu que Lucie est loin et comme ça je serais à l'heure pour manger chez mes parents. »

« D'accord, mais si tu veux tu peux rester manger, Michel est absent pour la journée et ça me ferait un peu de compagnie. »

« Euh... non je ne voudrais pas déranger... »

Elle s'était rapprochée, elle avait les cheveux mouillés, des cheveux du même noir que ceux de sa fille. Pour une femme dans la quarantaine elle était encore belle, avec des formes appétissantes sur lesquelles Robin fantasmait un peu malgré l'âge et le fait que c'était la mère de sa copine.

« Les seules fois où tu nous déranges c'est quand tu fais crier notre fille de plaisir en pleine nuit. D'ailleurs je me demande bien comment tu t'y prends. »

Il avait reculé jusqu'à la porte mais elle était à moins d'une vingtaine de centimètre de lui. 

« Euh madame Turian... »

« Appelle-moi Catherine voyons. Tu trouves que je suis trop prête ? »

Elle se recula un peu et ouvrit son peignoir en grand, dévoilant ses sublimes seins et sa fine toison sombre. Robin essaya de détourner les yeux mais en vain, les deux mamelons de Catherine le captivait, ils étaient plus sombre et plus gros que ceux de Lucie et ses seins aussi, ils devaient bien faire un 90 D. Et le reste de son corps était encore sublime pour une femme de son âge. Puis elle referma le peignoir et lui tourna les talons pour aller dans sa chambre. Robin hésita quelques secondes et lui emboîta le pas. Il la rattrapa peu après l'entrée de sa chambre et elle se retourna pour l'embrasser. Elle du se mettre sur la pointe des pieds pour y arriver, son petit mètre soixante étant léger face à la taille du jeune homme. Il lui rendit son baiser et glissa une main sous le peignoir touchant la toison de son sexe. Il parcourut de sa main la fente de ce sexe inconnu, mais elle le repoussa.

« Sois patient Robin. »

Puis elle se mit à genou et entreprit de lui défaire son pantalon. Elle libéra la queue du jeune étalon qui était déjà bien raid.

« Je comprends mieux les cris de ma fille. J'en avais pas vu une aussi belle depuis longtemps. »

Puis elle le prit en bouche, posant ses mains sur les hanches du jeune homme. Elle avait une certaine expérience dans le domaine et réussit sans peine à lui prodiguer une gorge profonde, faisant glisser tout son sexe dans sa gorge. Cette sensation était nouvelle pour Robin, aucune fille n'avait réussit jusque là à le gober entièrement. Sentir son sexe ainsi glisser en entier dans cette cavité chaude et humide, tandis qu'elle tirait la langue pour lui lécher les couilles.

« Oh Madame Turian c'est... »

Elle recula la tête et laissa sortir une queue couverte de bave.

« Appelle-moi Catherine j'ai dit ! Et lâche-toi sois plus bestial ! »

Elle le reprit en bouche et commença à faire des vas-et-viens avec sa bouche, avalant entièrement son membre avant de le recracher et de recommencer toujours plus vite. Robin ne fut pas long à venir comme elle s'y attendait, elle le sentit se contracter et le laissa se vider au fond de sa gorge. Elle adorait faire jouir des jeunes hommes avec sa bouche et avaler entièrement leur semence. Lorsqu'il eut finit de jouir elle libéra son sexe et se redressa pour l'embrasser à pleine bouche.

« Désolé Madame... euh Catherine. Je voulais pas venir si tôt, mais... »

« Ferme-la ! J'avais envie de goûter ton foutre. De toute façon t'es jeune tu vas vite rebander. En attendant viens me rendre la pareil et ne fais pas ton timide ! »

Elle fit glisser son peignoir par terre et s'allongea sur le lit en écartant bien les jambes. Robin s'approcha et se mit à genoux devant le lit. Elle posa ses chevilles sur ses épaules et lui fit signe de s'avancer. Il approcha alors sa bouche du sexe de Catherine et commença à lui faire un cunnilingus un peu timide au goût de la belle. Elle lui attrapa la tête avec ses mains et lui l'appuya plus fort entre ses jambes, tout en ondulant du bassin. Elle se caressait carrément sur le visage du jeune homme qui essayait maladroitement d'orienter au mieux sa langue. Elle s'amusait de cela et aimait qu'il se laissa faire de la sorte. Elle était de plus en plus humide et finit par le relâcher.

« Maintenant doigte-moi ! »

Il lui obéit et glissa un doigt dans la fente de Catherine et le fit aller-et-venir avant d'y ajouter un deuxième. Catherine finit par le repousser et se relever.

« Je suis pas ma fille, tu peux y aller franchement du sais. J'en ai vu d'autre passer entre mes cuisses ! »

Elle avait l'intention de l'obliger à la masturber bien fort, elle debout et lui à genoux, mais elle s'aperçu qu'il rebandait déjà. Elle le fit se relever et le poussa sur le lit.

« Vu que tu sembles à nouveau en forme, passons aux choses sérieuses ! »

Elle se mit à califourchon au-dessus de lui et saisit sa queue d'une main pour la diriger entre ses jambes.

« Mais et la capote ? »

« T'emmerde pas avec ça ! Je veux te sentir en moi ! »

Alors elle s'empala d'un coup sur cette tige dressée et vint la faire buter au fond d'elle. Alors elle posa ses mains sur son torse pour prendre appuis et commença à se limer sur ce pieux. Robin restait encore un peu hésitant et elle du lui saisir une main et la posa sur son cul pour qu'il ne reste pas complètement passif. Robin posa son autre main sur l'autre fesse de son amante et accompagna les mouvements de cette dernière. Il commençait gentiment à se réveiller et elle l'encouragea.

« Oui vas-y comme ça ! Fais moi sentir que t'es un homme ! »

Il raffermit sa prise et l'aida à se faire prendre plus rapidement.

« Fesse-moi ! »

Il lui donna une claque sur le cul et elle cria plus que de nécessaire juste pour l'encourager à recommencer plus fort ce qu'il fit. Petit-à-petit elle n'eut plus besoin d'exagérer ses gémissements, son jeune mâle devenant plus entreprenant et cette énorme queue qu'elle ressentait en elle lui faisant de plus en plus d'effet. Soudain il lui lâcha les fesses et agrippa ses deux lourds seins qui se balançaient.

« Oh oui, vas-y pétrit les bien ! »

« T'aime ça, hein ?! »

Il lui malaxa les seins tout en donnant de temps à autre des petits coups de rein pour mieux buter au fond du sexe de sa partenaire.

« Oui ! Vas-y lâche-toi ! »

« T'aime ça salope ?! »

« Oui insulte-moi ! Baise-moi ! »

« T'aime ça les grosses bites ?! T'es une bonne putain ! »

Alors il la bascula sur le dos et commença à la prendre lui-même. Allongé entre ses cuisses il lui pénétra la fente de plus belle et se mit à râler de plus en plus fort alors qu'il allait de plus en plus vite !

« Prends-ça sale pute ! »

Il s'acharnait entre ses jambes et elle criait son plaisir en le laissant faire. Elle sentit l'orgasme monter et la submerger sous les coups de queues de son amant. La jouissance la prit et elle se laissa aller, sentant son sexe se tremper tandis que Robin continuait à la baiser. Il vint peut après elle, répandant une nouvelle fois sa semence. Elle sentit les longues giclées de foutre en elle, tandis que Robin se laissait aller. Il finit par se retirer et s'allongea à ses côtés.

Ils restèrent ainsi un moment avant que l'un d'eux ne prenne la parole.

« C'était vraiment... putain ça fait du bien une queue comme la tienne de temps en temps crois-moi. »

« Merci. Vous étiez... t'étais vraiment magnifique. C'était tellement différent de ce que j'ai l'habitude. »

« Tant mieux, c'est l'expérience tu sais. T'attends pas à ce que des gamines de ton âge fasse pareil. »

« Je sais... mais on ne dira rien à... »

« Non t'inquiète ça restera notre secret. Et rien ne t'empêcheras de temps en temps de venir me remettre un petit coup. »

« C'est bizarre d'entendre une femme parler comme ça. »

« De quoi ? De parler crûment de cul ? C'est pas parce que je suis une femme que j'ai pas le droit de dire que j'aime le sexe, que j'aime me faire prendre par une bonne bite, que j'adore me faire démonter par un gros monstre comme la tienne ou que j'aime me faire enculer comme une salope ! »

« Je pensais pas qu'entendre une femme parler comme toi, m'exciterais autant tu sais. »

« Ben gardes-en un peu sous le coude de ton excitation, on est seul pour un long moment encore. D'ailleurs je vais aller nous préparer à manger et je te laisse prendre une douche si tu veux. »

« D'accord, mais je sais pas si je pourrais encore ensuite. Après tout ça. »

« T'as intérêt à pouvoir ! »

Catherine se leva alors et sortit de la chambre, Robin resta allongé encore quelques minutes avant d'aller prendre une douche. Il ne pouvait pas s'arrêter de penser à ce qu'il faisait avec Catherine, à se demander si c'était bien, à penser aussi à Lucie, mais à chaque fois qu'un semblant de remord faisait surface il était vite remplacer par le souvenir du corps de Catherine. Après un long moment il finit par sortir de la douche, se sécha et enfila juste son caleçon.

Il alla en cuisine et y vit Catherine entrain de cuisiner. Elle s'était aussi un peu rhabillée si on peut dire. Elle avait mis un tablier de cuisine, une paire de bas noir et des talons aiguilles noirs. Elle lui tournait le dos et, ainsi vêtue, lui offrait une sublime vue sur ses belles fesses bien rebondies. Il s'approcha d'elle et vint se coller derrière elle alors qu'elle épluchait des carottes. Il glissa sa main entre ses fesses et parcouru cette fente jusqu'à arriver au niveau de son sexe qu'il caressa, il était encore humide et un peu gluant. Lorsqu'il retira ses doigts, ils étaient partiellement couvert de sperme. Il les présenta devant la bouche de Catherine et elle les lécha sans hésiter. Puis il les replongea vers son sexe, elle se cambra en se penchant en avant, offrant ainsi mieux sa croupe aux investigations de Robin. Il lui glissa deux doigts dans son sexe et la fouilla avec avant de les sortir et de les lui faire à nouveau nettoyer. Sa main libre alla se glisser sous le tablier et joua avec un de ses sein et s'attarda à faire rouler son téton entre ses doigts. Il continua son petit manège faisant voyager ses doigts du sexe à la bouche de sa partenaire, très vite de deux ils devinrent trois, puis quatre et se montrèrent toujours plus hardi dans la chatte de Catherine qui recommençait à mouiller et gémir.

Il finit par att****r une carotte déjà épluchée sur le plonge et vint la glisser dans le sexe luisant de la cuisinière. Il avait bien sûr choisit la plus grosse carotte, mais elle paraissait bien petite par rapport à sa queue. Alors qu'il branlait Catherine avec le légume, elle posa sa main sur le caleçon et commença à branler le jeune homme à travers le tissu. Le sexe de Robin commençait de nouveau à se tendre.

Alors il enfonça la carotte dans la chatte de Catherine et l'y laissa, puis il retourna cette dernière et la fit se mettre à genoux. Là il sortit son sexe et le présenta devant la bouche de Catherine, elle l'ouvrit et goba le sexe tendu du jeune homme. Il posa ses deux mains sur la tête de la mère de sa copine et commença à faire aller-et-venir son sexe dans sa bouche comme il l'aurait fait avec un vagin. Catherine appréciait que son jeune amant prenne enfin des initiatives et diriges les ébats, d'une main elle se caressait les seins et de l'autre elle se masturbait avec la carotte. Robin se lâchait de plus en plus et baisait littéralement la bouche de son amante en gorge profonde. La mère de famille sentait ce gros chibre chaud et dur aller jusqu'au fond de sa gorge et en ressortir couvert de salive.

« Putain ce que c'est bon de te baiser la gueule salope ! »

Il lui mit encore quelque coup de verge dans la bouche et lui lâcha la tête. Il la releva et l'embrassa tout en retirant la carotte de sa chatte. Alors il la retourna à nouveau vers son plan de travail et la pénétra en levrette d'un bon coup de rein. Il glissa ses deux mains sous son tablier, attrapa sa poitrine et commença à la tringler.

« T'as envie que je te démonte la chatte ?! »

« Oui vas-y démonte-moi ! »

Il redoubla l'intensité de ses coups de reins, sortant presque entièrement sa queue à chaque fois avant de la renfiler tout aussi sec. Catherine se sentait possédée et elle criait tellement elle aimait se sentir ainsi prise.

« Dis-voir pétasse, avant t'as bien dis que t'aimais te faire enculer ?! »

« Oh oui vas-y encule moi salaud ! »

Robin n'avait jamais enculer une seule femme, vu la taille de son sexe aucune acceptait et il s'était fait une raison. Mais si Catherine était d'accord, il allait pas cracher dessus. Il se retira de sa fente et elle s'écarta elle même les fesses pour l'inviter. Il posa d'abord un doigt sur son petit trou et cracha dessus pour lubrifier un petit peu avant de l'y enfoncer. Son doigt entra facilement et il put rapidement y ajouter un deuxième.

« Dis voir t'as l'habitude de te faire prendre par le cul ? T'es vachement ouverte ! »

« Oui j'aime ça me faire enculer ! Même si ça fait longtemps qu'une grosse queue comme la tienne n'est plus passé par là ! »

« Tu sais que tu seras la première putain que j'enculerais ?! »

« Tu vas voir tu vas aimer me défoncer le fion ! »

Il prit alors la carotte qui avait déjà servi et l'appuya sur sa rondelle. Elle y entra sans peine et il la sodomisa avec un petit moment. Il finit par la retirer et cracha un bon coup sur ce petit trou avant de venir y appuyer son gland. Les premiers centimètres passèrent avec un peu de peine mais Catherine ne broncha pas, trop heureuse de sentir ce sexe s'insinuer en elle de la sorte. Puis une fois la tête passée, le reste du membre s'enfila plus facilement jusqu'à ce que Robin vienne buter avec ses couilles contre elle. Il resta alors un moment immobile, appréciant le fait d'être complètement au fond et aussi l'étroitesse de l'orifice qui lui serrait le sexe. Catherine eut l'impression d'être remplie jusqu'au entrailles et faillit avoir un orgasme tellement elle aimait cela. Alors il commença de petit mouvements du bassin, les amplifiants au fur et à mesure. Très vite la cuisinière ne put se retenir plus longtemps et jouit, criant son plaisir de plus belle.

« Je savais pas que les putes comme toi arrivaient à jouir du cul ?! Bon à mon tour de prendre mon pied ! »

Et en disant cela il se retira presque entièrement, posa fermement ses deux mains sur les hanches de la femme et s'enfonça sec en faisant claquer son bassin contre le cul de Catherine. Elle cria à nouveau et il la sodomisa alors sauvagement. Ajoutant à ses coups de bites des claques sur les fesses de son amante et ponctuant le tout de :

« T'aimes ça chienne !? »

« Putain il est bon ton cul ! »

« Tu la sens ma bite !? »

Catherine eut un nouvel orgasme, plus puissant que le précédent qui la fit mouiller énormément alors que son corps était parcouru de spasmes violents qui eurent raison à leur tour de Robin. Soudain il s'enfonça entièrement, se crispa et éjacula au fond du cul de Catherine. Il y resta jusqu'à la dernière giclée de foutre et se retira pour admirer la rondelle dilatée de sa partenaire.

« Putain t'es belle comme ça ! C'était vraiment génial ! »

« Oui...merci... »

Elle se redressa et il l'aida à s'asseoir, elle avait encore les jambes chancelantes de son orgasme. Il alla chercher deux verres d'eau pour les deux et s'assit à ses côtés.

Une fois que Catherine eût récupéré, elle retourna finir de cuisiner. Robin était resté nu et finissait son verre d'eau en matant le cul nu de la maîtresse de maison. Le repas près elle ôta son tablier et servit le repas en s'asseyant en face du jeune homme. Le repas se déroula dans le calme malgré quelques regards d'envie de Robin sur les seins de la cuisinière.

Alors qu'elle avait presque finit de manger, Catherine commença à faire du pied à Robin. Elle fit remonter son pied droit toujours chaussé de son talon, le long de la jambe de ce dernier et vint le poser sur le rebord de la chaise pile devant la queue du jeune homme. Elle appuya l'avant de son escarpin contre le sexe de Robin et le massa légèrement avec, celui-ci la laissa faire. Il n'était pas spécialement fétichiste des pieds, mais il avait toujours aimé les femmes avec des talons aiguilles. Lorsqu'il eut finit de manger, le petit manège de Catherine avait commencé à le refaire bander. Il se leva donc et alla à côté de Catherine pour la faire sucer sa bite. Mais elle se leva et s'éloigna de lui un sourire espiègle aux lèvres. Elle s'adossa contre le réfrigérateur et écarta les cuisses, puis sa chatte avec deux de ses doigts.

« Si tu veux une gâterie va falloir la mériter. »

« Vraiment ? »

Il s'approcha d'elle et vint se coller contre elle, la plaquant un peu plus contre le réfrigérateur. Sa main droite glissa vers sa chatte et il y enfonça trois doigts et la branla quelques secondes violemment avec, la faisant se crisper sous la surprise. Puis il se baissa lentement, faisant glisser sa tête entre les deux gros seins de sa partenaire, puis vers le ventre. Alors il la saisit sous les fesses et la souleva du sol de façon à ce que sa fente soit devant sa bouche. Catherine fut surprise de la manœuvre et essaya d'appuyer ses mains sur le haut du meuble pour se stabiliser. Mais elle n'eut pas le temps de trouver une prise que déjà Robin la faisait doucement tourner pour la mettre la tête en bas. C'était assez périlleux mais Robin avait la f***e et la poigne nécessaire pour réussir. Une fois remise de ses émotions Catherine constata qu'elle avait le sexe du jeune homme devant la bouche alors que ce dernier avait déjà commencé à lui lécher le sien à pleine bouche. Elle ouvrit donc la bouche et goba la mi-molle qui lui était présenté. Très vite le sexe se durcit sous sa langue, alors que le sien mouillait à nouveau. Robin la maintenait en place par la taille avec un bras et de sa main libre vint lui saisir les cheveux. Alors il commença à lui baiser la gueule en faisant buter ses couilles sur le nez de Catherine tout en continuant à lui bouffer la chatte. Catherine ne savait pas si c'était le sang qui lui montait à la tête, si c'était cette queue lui pénétrant la gorge ou la langue de son amant fouillant son intimité, mais elle était excitée comme jamais.

Après un moment, alors que sa salive lui coulait de plus en plus sur le visage à chaque mouvement du sexe de Robin, elle le sentit se pencher en avant et la poser allongée sur un lit. Elle avait eut conscience qu'ils s'étaient déplacés dans l'appartement, mais ce n'est qu'à présent qu'elle réalisait qu'ils étaient dans la chambre de Lucie. Il se retira et se tint debout face à elle, le sexe luisant de salive.

« Tu veux le faire dans la chambre de ma fille ? »

« Pourquoi ça te dérange salope? Si je baise ta fille ici je peux bien te baiser aussi. »

« Non ça m'excite. Le fait que tu parles de plus en plus crûment aussi d'ailleurs. »

« J'avais remarquer ça. T'aimes qu'on te parle et qu'on te traite comme une sale chienne hein ?! »

« Oui j'adore. »

« Si je t'ai amener ici c'est pas juste pour te baiser sur le lit de Lucie, c'est que ta salope de fille à quelques accessoires que j'ai envie de tester sur sa pute de mère ! »

Il alla fouiller dans un tiroir de la commode et en sortit une boîte noire, puis ramassa un string noir de jeunette par terre. Il lui lança le string.

« Vas-y enfile ça ! C'est à ta fille, c'est celui dans lequel elle a mouillé hier soir avant que je la tringle comme une pute ! »

Elle le reçu en plein visage et en effet il sentait la mouille. Elle se releva pour l'enfiler, il était un peu trop petit et la serrait mais elle réussit à le mettre. Robin avant prit un objet dans la boîte et s'était glisser derrière elle avant qu'elle n'ait pu voir de quoi il s'agissait. Il lui saisit un poignet et le lui mit dans son dos, alors elle comprit et mit naturellement le deuxième poignet dans son dos. Elle sentit le métal des menottes se refermer sur ses avant-bras. Il la saisit alors par les épaules et la jeta sur le lit sur le ventre, puis il la tira par les chevilles afin de lui faire poser les genoux par terre, ainsi posé son cul était magnifiquement offert, tout juste protégé par la fine ficelle du string. Il lui mit une puissante fessée sur chaque fesse la faisant crier.

« C'est ça crie sale chienne ! »

Il prit alors dans la boîte un gode en forme de bite couleur peau, il avait une taille standard. Il lui caressa la chatte à travers le string avec tout en lui remettant une paire de fessée. Catherine savait qu'elle était à la merci de Robin et qu'il allait lui faire tout ce qui lui plairait, mais cela l'excitait plus. Elle adorait être ainsi possédée par un homme même si elle n'avait jamais osé l'avouer à son mari, elle avait des amants pour ce genre de choses. Il écarta le string et lui enfonça le gode dans sa vulve et le fit bouger rapidement à l'intérieur. Ensuite il le laissa enfoncer, replaça le string distendu dessus et écarta la fine ficelle pour cracher sur la raie de son amante. Il étala sa salive avec son gland et l'appuya sur la rondelle de la mère de sa copine, rondelle encore bien ouverte de sa récente sodomie. Sans plus de préambule il s'introduisit en elle et l'encula sauvagement. Il l'attrapa d'une main par les menottes et de l'autre continua à lui donner des petites claques sur son cul tout en la tringlant puissamment.

Robin avait un peu mal au sexe et savait qu'après ses deux éjaculations d'avant il lui en faudrait beaucoup pour jouir à nouveau et c'est pourquoi il y allait fort avec Catherine. Il avait toujours rêver de pouvoir prendre Lucie sauvagement comme il le faisait avec sa mère, mais elle ne voulait pas malgré de temps en temps de petits jeux coquins avec des sextoys. En somme il évacuait ses fantasmes et sa frustration avec une femme qui aurait pu être sa mère et elle semblait aimer ça.

« Alors vieille salope tu la sens ma bite ! »

« Oh oui ! »

« Dis-le ! »

« Oui je la sens ta grosse bite ! Vas-y démonte-moi ! »

« Tu veux que je te baise encore plus fort ?! »

« Oui bordel ! Fais de moi ta pute ! »

Il se retira alors d'elle et la retourna sur le dos. Il lui arracha le string et retira le gode pour le remplacer par sa bite qu'il enfonça le plus fort possible, arrachant un orgasme violent à Catherine. Elle cria sa jouissance mais fut bientôt forcée de se taire, Robin lui mettant le gode dans la bouche. Tout en venant comme une bête entre ses jambes, il faisait entrer et sortir le gode de la bouche de sa partenaire, alors que sa main libre donnait des petites claques sur les beaux seins de la noiraude.

Puis soudain :

« Maman ! Robin ! »

Robin s'arrêta net, se retourna et vit dans l'entrée de la chambre Lucie. Il n'eut pas le temps de s'expliquer qu'elle avait tourner les talons et avait quitté l'appartement. Toute l'excitation était retombée d'un seul coup et les deux amants se rhabillèrent vite pour essayer de ratt****r Lucie et s'expliquer. Malheureusement les explications furent houleuse et Lucie largua Robin et raconta toute l'histoire à son père le soir même.
100% (5/0)
 
Categories: AnalHardcoreMature
Posted by adri4sex
1 year ago    Views: 1,042
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments