Imaginez

Imaginez. Imaginez un chaud et humide après-midi d'été. Un temps caniculaire où les vers brûlent et s'assèchent sur les trottoirs. Imaginez cette température qui vous envahit et fait ruisseler sur votre peau des milliers de gouttelettes salées qui glissent lentement, langoureusement, sur votre peau rougie par le soleil brûlant.

Imaginez maintenant un corps. Celui d'une femme. Il est grand ou petit. Ses seins sont immenses ou minuscules. Ses yeux sont verts ou marrons. Ses cheveux blonds ou roux. Peu importe. Son visage s'efface, la particularité des traits aussi. C'est un canevas beige et vide.

Imaginez, donc, que vous êtes devant cette toile de peau humaine. Vous êtes seuls. Vous êtes seuls et vous êtes absents. Votre regard est fixe et l'eau perle du bout de votre nez avec la finesse audacieuse de la rosée sur la rose, le tout avant de s'écraser sur le sol et d'éclater en cents fragments liquides.

Une main se pose sur votre épaule. Vous n'êtes plus seuls. Vous vous retournez, le regard vide. La pupille ivre et dilatée d'avant se contracte frénétiquement. Vos yeux s'écarquillent et vous tremblez. Votre vision est trouble. À ce moment, la température est plus humide encore et plus chaude que jamais. Votre cœur bat la chamade et votre sang circule à toute vitesse en vos tempes. Je vous le dis, à ce moment même, vous n'êtes plus seuls.

Ce qui se tient devant vous, c'est une femme. Elle est grasse ou maigre, distinguée ou grivoise, sage ou vilaine, dominante ou dominée, observatrice ou observée. Elle vous tient; c'est elle. Vous le savez trop bien puisque vous avez rêvé d'elle toutes les nuits depuis l'éveil de votre puberté, voire peut-être même de votre conscience. Elle est l'objet de tous vos désirs. Elle représente tout ce que vous avez toujours espéré. Vous n'avez jamais pu vous faire une image de sa silhouette ou même de la courbe de son sein. Or, vous savez que c'est elle, Vous savez que c'est le visage que vous avez désirer imaginer et que vous avez espéré dans vos rêves désespérés et vides sur le canevas beige, érotique. C'était elle. Or à l'époque, elle n'était rien. Cependant elle est bien là! Elle se tient toute droite et fière devant vous et vous n'êtes plus seuls.

Son visage est celui que vous avez voulu touché. Cet œil est celui que vous avez toujours voulu observer et ces lèvres sont celles que vous avez toujours voulu goûter, lécher et mordre. Elles sont glissantes, chaudes au premier contact, puis glacial lors de l'entrée en contact de vos langues.

Imaginez, imaginez-là un instant caresser vos cheveux ou votre sexe. Vous n'êtes plus seul. La formule rêvée est apparue et vous avez l'impression de l'avoir imaginé, de l'avoir créé. Au fait, comment avez-vous fait pour créer ses caresses aussi suaves et sa bouches si savantes de vos plaisirs? Comment avez-vous fait pour créer ces trous et ces bosses alléchantes et aux odeurs aphrodisiaques? Comment avez-vous fait pour créer ces saveurs piquantes et douces et ses voluptés sexuelles sans égales? Comment avez-vous fait pour oublier, en un soupir ultime, toutes les frénésies du passé et celle de vos proches?

Venez-vous réellement de tout abandonner pour une seconde d'extase suprême, ultime, de la caresse sensationnelle, pour goûter la fontaine de jouvence de madame la chimère? C'est ce que vous demandez alors que vos corps se décollent en créant les filaments visqueux de vos liquides entremêlés et alors que son visage s'embrouille et disparait dans la brise légère qui s'est créée à la guise de vos souffles.

Alors que le canevas devient blanc, votre peau se raffermit, vos pores se referment. Votre poil se dresse et vos mamelons s’édifient, s'élèvent puis se nivèlent. Votre corps est un bâtiment, un gratte-ciel, un monument. Votre conscience, elle, est un soleil, masqué par les nuages et le temps gris. D'ailleurs, tout cela n'est plus qu'un souvenir. Vos yeux s'ouvrent puis dehors, c'est la neige, c'est la glace et la buée. Vous êtes seuls, mais la chaleur étouffante est partie et vous êtes...

Vous êtes libres.
83% (6/1)
 
Categories: MasturbationVoyeur
Posted by Theblackgoat
3 years ago    Views: 660
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments