Chasteté, quand le virtuel devient ré

Chasteté, quand le virtuel devient réalité

Paul rêvait d’avoir une Maîtresse qui gérerait les clés de sa cage de chasteté. Dans ses fantasmes les plus fous, cette Maîtresse devenait son épouse et une reine gynarchique avec laquelle il vivrait une vie paisible ponctuée de fessée et petits recadrages. Mais hélas comme chacun sait, entre le fantasme et la réalité même si certains sont prêts à passer du virtuel au réel, les dominatrices sont rares.

Lorsqu’il a appris que le site www.fessestivites.com permettait aux célibataires désireux de vivre les plaisirs de la cage de chasteté en se faisant encager et gérer à distance, Paul s’est mis à étudier attentivement ce qui était proposé comme une alternative à ses fantasmes.

Pour une vingtaine d’euro, le site proposait d’adresser par la poste un cadenas à combinaisons sans la combinaison avec un dispositif permettant de masquer les chiffres pour s’encager seul puis d’adresser un certains nombre de jours plus tard la combinaison par email.

Qu’est-ce que je risque à essayer pensa Paul, et puis vingt euro si je me fais escroquer, je n’en mourrai pas.

Il commanda donc son cadenas sans combinaison le mardi 5 juin et choisit de s’auto encager quelques jours en commandant sa libération par email pour le 14 juin. Sa commande fut traitée dans des délais si brefs qu’il eut le 7 juin l’agréable surprise de trouver une enveloppe cartonnée dans sa boite à lettre. Fou d’excitation, il dut prendre une douche presque froide pour parvenir à encager son Popaul refusant de baisser le garde.

Le sexe enfin logé dans son tube et le cadenas posé, il retira le dispositif masquant les chiffres et se trouva encagé. Pour fêter ça, il s’ouvrit une bouteille de champagne dont il consomma avec excès une bonne partie en surfant sur le site fessesivites.com ce qui généra à certains moments de sérieuses crise du logement en sa cage de chasteté. Vers onze heure, il s’endormit comme un bébé mais sa nuit fut perturbée par des songes érotiques fous et quelques irritations et douleurs dues à des érections monumentales. Fessestivités.com lui avait conseillé de passer une pommade avant de se coucher mais entre ses délires et le champagne….

« A 40 ans je me fais punir par un site » ! Pensa Paul en se traitant de fou.

Au petit matin, l’érection matinale le rendit fou d’excitation bien plus qu’à l’accoutumé. Sa première journée d’auto encagé mais pour la première fois sans clé de secours fut elle aussi diabolique. Le fait d’être réellement « piégé » décuplait ses songes coquins et ses sensations. En sortant de son travail, il se rendit à la pharmacie pour acheter la pommade conseillée par fessestivites.com et suivit attentivement cette fois les conseils reçus avec son cadenas pour ne pas avoir des problèmes d’hygiène.

Pendant les deux jours et deux nuits qui suivirent, son excitation devenait grandissante au point qu’il se surprit à agiter ses fesses sur son fauteuil en surfant. « Je me prends pour une chatte en chaleur et devient fou » furent ses pensées. L’excitation grandissante, il se surprit à jouer avec les sensations détournées le quatrième jour en se pinçant les tétons et en se mettant presque honteux un petit jouet dans les fesses la Maîtresse de ses fantasmes les plus fous lui imposant des folies pour l’humilier. Peu enclin à dormir, Paul dévora quelques textes du site et s’abandonna sur le forum. Pris d’un impérieux besoin de parler, à son tour, il fit des confidences et partagea son expérience.

Ce coup de canif à sa pudeur allait changeait sa vie.

Une Maîtresse lui répondit, la discussion s’installa mais elle semblait douter qu’il ait commandé ce fameux cadenas proposé par le site. Ils parlèrent des fantasmeurs qui racontent parfois n’importe quoi mais pour Paul à la moralité sans reproche question franchise et droiture, ce fut presque une insulte. Prêt à tout pour la convaincre de son honnêteté, il lui proposa de faire des photos et de les lui adresser par email mais elle refusa, des photos de mecs montrant leur cage de chasteté, il y en a des millions. En lui ordonnant de faire une photo de son sexe encagé avec un papier indiquant « pour Maîtresse Dana » elle aurait la certitude que c’était bien lui sur la photo.

Qu’il réalise les clichés demandés et les lui adresse une demi-heure plus tard surprit cette femme célibataire prof de musique le jour et domina le soir sur le net. Dana fut émue et très excitée par ce que venait de faire Paul pour elle, même si au départ ce n’était que pour lui prouver qu’il ne mentait pas. Elle se piqua au jeu tout comme lui, c’est ainsi que pour la première fois de sa vie Paul montra à quelqu’un son sexe encagé via le tchat du site et sa webcam.

Félicité pour son courage par Dana, Paul eut beaucoup de mal à dormir tant ses pensées et songes érotiques l’excitaient. Tous les pores de sa peau devenaient des capteurs sensoriels. Il se voyait fessé et « contraint » de faire un cunnilingus à cette femme dont il imaginait les courbes délicieuses.

Le lendemain soir, ils se retrouvèrent sur le forum et se mirent à chatter. Qui des deux était le plus excité, Paul ne pouvait le deviner, mais il sentit bien que Maîtresse Dana s’intéressait à lui et se caressait négligemment en discutant avec lui. Lorsqu’elle lui demanda s’il accepterait de s’encager pour elle, Paul eut les larmes aux yeux de bonheur.

« Commande un autre cadenas mais n’ouvre pas le colis, tu t’encageras pour moi devant ta cam. Je veux cette fois que tu sois chaste 15 jours. Si tu réalises mes souhaits à la lettre, je te laisserai peut-être m’offrir un verre ».

Paul croyait rêver ! Son fantasme d’appartenance prenait vie ! Il commanda immédiatement le cadenas et lui adressa par email une copie du bon de commande donnant sans même y penser son adresse à une inconnue. Félicité pour son courage et son engagement, Paul devenait fou. Sa nuit fut la pire de toutes en termes de songes érotiques aussi fous les uns que les autres.

Grosse peur pour la combinaison

Assis devant son ordinateur, les yeux rivés sur l’écran de sa messagerie, Paul attendait désespérément la combinaison pour 21 heures.

21 heures 01, rien !

21 heures 02, rien !

L’angoisse montait proportionnellement à sa colère envers le site fessestivites.com. Les secondes s’égrenaient lentement comme si c’étaient des minutes.

21 heures 03, l’email tant attendu arriva enfin. Partit à l’heure prévue, il avait mis trois minutes pour lui parvenir mais ces trois minutes furent angoissantes pour Paul s’imaginant en train de détruire le cadenas ou pire sa cage de chasteté.

Enfin « libre », il s’abandonna à l’onanisme avec un incommensurable plaisir. Si la semaine fut grisante en termes de sensations, à sa plus grande surprise sa jouissance ne fut pas fade bien loin de là mais très en dessous de l’intensité imaginée. Soulagé et sans cage de chasteté, Paul put enfin profiter d’une vraie nuit de sommeil sans érection intempestives ni besoin de se lever pour aller uriner.

L’emballage contenant son nouveau cadenas arriva dès le lendemain. Comme promis à la domina de ses rêves, il ne l’ouvrit pas et lui adressa un email lui proposant un rendez-vous sur le net. Par anticipation, il prit sa douche, fit un peu de ménage pour que sa webcam ne dévoile pas son petit côté « bordélique » de célibataire. Maîtresse Dana répondit présente au rendez-vous, c’est ainsi que Paul d’une nature assez pudique réalisa sa première exhibition par webcam.

Intégralement nu comme exigé par sa maîtresse, c’est devant sa webcam et une spectatrice émue qu’il ouvrit la boite contenant le cadenas et qu’il mit sa cage de chasteté sans tarder pour que son Popaul ne prenne pas trop d’ampleur puis qu’il referma le cadenas en live. Dana le félicita à nouveau et lui promis une surprise en lui demandant si elle pouvait lui adresser quelque chose par la poste. Surpris, il lui demanda comment elle avait fait pour avoir son nom et son adresse en doutant de la discrétion du site. Elle lui rappela qu’un soir, il lui avait adressé une copie du bon de commande pour lui prouver sa sincérité. Le document récapitulant la commande lui avait donné toutes ses coordonnées.

Prudente, Dana refusa qu’ils se parlent par téléphone, du moins pour l’instant car elle voulait d’abord s’assurer qu’il accepte d’être son soumis et de faire certaines choses. S’il acceptait de les réaliser, elle accepterait de le rencontrer et de prendre un verre avec lui. Pour cet instant de bonheur, Paul était prêt à faire des folies.

Deux jours plus tard, il reçut un email lui indiquant qu’elle lui avait adressé un petit colis sous la forme d’une grosse enveloppe avec une croix sur la fermeture et qu’il ne devrait pas l’ouvrir avant qu’elle ne lui ordonne. La boite à lettre pris soudain une grande importance aux yeux de Paul qui la scruta deux fois par jour. Elle arriva enfin le lundi, il pesta grandement après la poste pourtant innocente, les facteurs ne travaillant pas le dimanche. Le soir même, à nouveau les yeux rivés sur l’écran, il attendit avec impatience la réponse au message indiquant à sa maîtresse que le colis était arrivé.

Le rendez-vous « surprise » fut convenu pour 21 heures 30, Paul devrait être nu devant son ordinateur et attendre qu’elle le contacte. Histoire de le faire « mijoter » un peu, elle le laissa attendre 10 minutes avant de se connecter sur fessestivites.com et de lui proposer un tchat. Après les civilités d’usage et la webcam de Paul allumée dévoilant à Dana le torse nu de son soumis, elle lui ordonna d’ouvrir l’enveloppe, chose qu’il fit prestement pour ne pas dire à la sauvage tant il bouillait d’impatience.

Une culotte en satin !

L’enveloppe contenait une culotte de femme en satin. Il la remercia par principe sans comprendre ce qu’elle désirait.
« Je l’ai portée pour toi, c’est un cadeau que je te fais, met-la dans ta bouche » écrivit Dana.

Pour plaire à sa maîtresse Paul s’exécuta immédiatement en peinant un peu, pour la faire entrer entièrement.

« Bravo, maintenant lève-toi et fait moi voir ta cage de chasteté ».

Encore une fois, Paul s’exécuta face à sa webcam. Son excitation était telle, que sa verge tendue à rompre poussait la cage vers l’avant en étirant cruellement ses testicules.

« Tourne-toi et fais-moi voir tes fesses »

Paul s’exécuta très gêné. Ne sachant que faire de ses mains, il les posa derrière sa nuque et ne vit l’ordre suivant qu’après deux ou trois minutes. Troublé jusqu’au plus profond de son âme, il ne lui était pas venu à l’idée de tourner la tête pour regarder son écran.

« Tourne-toi, recule-toi et mets la culotte que tu as dans la bouche ».

L’idée de se féminiser n’était jamais venue à Paul. A la lecture de cet ordre, il se mit à rougir et resta stoïque.

« Je t’ai donné un ordre, ne me fais pas attendre ou tu seras puni »

Paul, maintenant rouge comme une écrevisse s’exécuta et enfila la culotte en se sentant ridicule.

« C’est bien, je suis fière de toi. J’ai bien senti que tu as fait un effort pour me plaire, tu seras récompensé vendredi soir si tu es libre. Assied-toi et discutons ».

Paul lui avoua sa grande gêne mais la remercia de lui avoir permis de vivre cette expérience. La discussion s’orienta sur le fait qu’un soumis doit faire ce que lui demande sa maîtresse et d’être fier de le faire et non pas d’avoir honte de l’acte.

« Avoir le courage de faire pour plaire à sa maîtresse est un acte de bravoure que beaucoup de vanilles n’ont pas. Je suis fière de toi, et pour me plaire, vendredi je veux que tu viennes avec ma culotte sur toi ».

Le vendredi soir vers 19 heures

Paul toujours encagé et vêtu du sous-vêtement féminin faisait les 100 pas devant la brasserie du port en se demandant si sa maîtresse viendrait. Elle lui est apparue comme une sirène, blonde aux yeux bleus comme indiqué avec effectivement quelques kilos en trop mais le charme fou que dégage Maîtresse Dana électrisa aussitôt son cœur. Confortablement installés à la terrasse de la brasserie, ils discutèrent d’une multitude de chose comme s’ils étaient amis depuis des années. Après un bref repas pris sur place, ils marchèrent le long des quais. Paul s’aventura à lui prendre la main, elle ne la retira pas. Une heure et quelques baisers plus tard, ils étaient chez elle. La porte à peine fermée c’est dans une étreinte sauvage et sensuelle qu’ils se vautrèrent sur le canapé comme des amoureux.

Si la cage de chasteté et le tchat du site www.fessestivites.com leur avait permis de se rencontrer et de se « tester » dans les jeux, cette fois, elle fut un sérieux frein au câlins que tous deux désiraient ardemment.

Certes, une cage de chasteté n’empêche pas de câliner, mais nous laisserons les amoureux maintenant tranquilles en allant surfer et peut-être même laisser un commentaire sur cette histoire.

TSM

N.B Le site www.fessestivites.com prendra effectivement en charge la gestion des cadenas des cages de chasteté à partir du 10 juillet 2011.

100% (5/0)
 
Categories: BDSMFetish
Posted by TSMDEUX
3 years ago    Views: 492
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
j'ai adoré , merci lecture très excitante
3 years ago
Ca fait un peu pub déguisée pour ce site quand même! ceci dit le récit est très bandant