Sylviane – Un club très spécia

Sylviane – Un club très spécial 2

Cette soirée était prometteuse.

Déjà Christian venait de prendre son pied sur la bouche de cette charmante inconnue et sur mes lèvres également pour mon plus grand plaisir. Entraînant Michèle par la main je me lançais vers le dance floor. Je ne suis pas une danseuse émérite et je n’ai en fait jamais eu de passion pour cet exercice, mais tout le monde me dit que je suis très expressive quand je danse... traduisez à mon avis que je donne l’impression d’être une bonne salope. Je laisse mon corps exprimer le désir qu’il tente de contenir et là je dois avouer que j’étais bouillante. Michèle aussi est très excitée.

Et sans même nous en rendre compte ni le vouloir en l’espace de 10 minutes nous devenions une attraction. La robe transparente de dentelle noire de Michèle ne cache rien de sa plastique, la laisse qui pend à son collier ajoute une note très dans le ton de cette boite. Moi le treillis de lanière de cuir cloutées qui me sert de tenue ne cache rien non plus. Je frotte ma chatte contre la cuisse de Michèle, nos bouches se cherchent un baiser, une langue sucée.

D’autres filles sont près de nous, nos corps se touchent. Des mains me frôlent. Je me laisse faire, je m’offre même. Une plantureuse nana à lunette des tatouages pleins les épaules et les seins me caresse de ses mains potelées. Elle frotte ses gros seins contre mon bras tout en enserrant ma cuisse entre les siennes. Je sens la chaleur de sa chatte et son humidité contre ma peau. Michèle tout en dansant caresse ma chatte de sa main.

Un très beau garçon torse nu mais cravaté, vient agiter le paquet qu’il a entre les cuisses et que retiens à peine son étrange coquille de cuir tenue par des lacets. Je pose ma main sur sa poitrine moite de sueur, je caresse ses pectoraux parfaits. Il danse prés de moi, il me mange des yeux. Ma main glisse sur son ventre son regard brille ce garçon à très envie de moi.

Et moi.. moi je suis emportée par le désir. Je me sens mouillée, je me sens prête à tout là maintenant. Mes doigts glissent dans sa coquille de cuir. Mes doigts trouvent une queue épaisse. Je m’en saisis toujours au rythme de la musique. Mes doigts se referment sur la chair palpitante. Le garçon me regarde intensément. Ses mains me touchent, il caresse le bout de mes seins tendus. J’ai sorti sa queue de sa prison.

Une drôle de sensation un objet dur dans ma paume. Je jette un œil et je vois un anneau épais qui encloue le gland du garçon. Ah.. sensation étrange, je n’avais encore jamais eu de mâle annelé ainsi. A cet époque je n’étais pas encore totalement aguerrie dans les jeux SM poussés mais j’adorais déjà. Le gars bande maintenant comme un carme. La grosse fille se frotte langoureusement contre mon cul. De mon autre main je glisse entre ses cuisses. Mon dieu sa chatte est trempée. Peut être moins que la mienne toutefois. Nous formons un petit groupe qui attire le regard d’une partie de la foule.

Ma main toujours sur la queue du garçon je me laisse couler à genoux devant lui et j’embrasse cette queue, je la lèche ce gland circoncis, cet anneau qui perce la chair m’excite. Ma charmante compagne charnue m’a imité et me dispute la queue du bel inconnu. Oh en fait nous sommes toutes les deux complices et elle enfourne le gland et l’anneau avec fougue. Sa main potelée est entre mes fesses et me doigte la chatte. Je lèche les couilles du garçon je les aspire dans ma bouche certains n’apprécient pas mais ils sont rares.

Michèle se joint à nous partageant la belle queue. J’avale la queue avec entrain, la sensation de l’anneau est géante j’adore alors que je redoutais un peu. Ma nouvelle amie s’applique à me caresse le minou. En fait maintenant elle enfonce ses doigts dans ma chatte qui est déjà dégoulinante. Elle me murmure des choses que malheureusement je ne comprends pas mais qui m’excitent énormément, sa voix est rauque pleine d’excitation c’est audible même sans comprendre la langue.

- Honig willst du meine Hand in Muschi ? Faustfick ? Me dit elle.

Je la regarde je n’ai pas compris. Michèle parle un peu allemand. Elle me dit

- Je crois qu’elle demande si tu veux sa main.. elle doit avoir envie de te fister..

Je regarde la fille et hoche la tête. Je suis prête à tout pour prendre mon pied et sa proposition me ravi.

- Komm mit mir Liebling dit elle me prenant par la main.

Nous descendons de l’estrade traversons l’autre dance floor et elle me conduit vers l’escalier qui monte à l’étage. Nos hommes nous on rejoint entraînant dans leur sillage deux jolies nanas très l****a qui sont littéralement accrochées à leur queues.

Une fois à l’étage la lumière est à la fois crue dans certains espaces et chiche dans d’autres recoins. Une femme blonde à lunettes est entourée de 4 hommes qui l’honorent à tour de rôle sur un pouf, tandis qu’une autre femme très typée moyenne orientale lui laisse tomber la cire de deux bougies goutte à goutte sur le corps. Elle crie de plaisir et de douleur se tordant sous les assauts des queues et la brûlure de la cire chaude qui coule à profusion.

Mon amie me tire vers un fauteuil gynéco m'y fait étendre. Je me laisse faire avec entrain. Les hommes m'aident à m'installer. Mes pieds sont dans les étriers, des lanières bloquent maintenant mes chevilles, puis Chris et Phil me prennent les poignets et les attachent au dos du fauteuil. Je suis maintenant cuisses écartées, entravée ma nouvelle amie se repaît du spectacle, sa mine réjouie en atteste.

Ses doigts caressent ma chatte qui est maintenant ouverte épanouie. Je remarque qu'elle a enfilé un gant de latex. Elle m'enduit le sexe de lubrifiant. Il est froid mais la sensation est agréable. Mon bel inconnu est là prés de moi, son sexe tendu à porté de bouche. Un seul regard me suffit pour l'inviter à me donner son sexe à sucer. Au fond je suis contente de ne pas parler allemand, ainsi le dialogue se fait autrement. Il me fourre sa queue dans la bouche, je fais de mon mieux entravée comme je le suis pour avaler cette queue.

Un autre mâle est auprès de moi Phil me donne aussi sa queue à sucer. Michèle me caresse les seins me titille les pointes. Derrière elle un bel homme se frotte sur le cul de ma camarade de jeu. Ma nouvelle copine me fouille la chatte, ses doigts vont et viennent elle m'ausculte, fouillant mon vagin comme si j'y avais caché un trésor.

Mon dieu que c'est bon, je perd la notion du temps et de la réalité petit à petit. Je pompe les hommes qui approchent leur queue de ma bouche et je me rends compte qu'ils sont maintenant bien plus nombreux. Mon clito est gonflé, gorgé de plaisir à venir. Ma replète amie, commence les choses sérieuses, je me sens comblée, remplie.. dilatée est le mot, des glaces au plafond renvoient mon image, je suis écartelée, hommes et femmes se pressent autour de moi. Certaines se font prendre et me caressent les seins comme Michèle, d'autres à genoux sucent les hommes pressés autour de moi.

Je pousse un cri, un grognement de plaisir plutôt quand enfin la main entre en moi, elle a joué avec mes nerfs longtemps, je ruisselle de partout. Sa main entre profondément en moi, ses doigts s'agitent me tirant des frissons, des cris. Les queues se frottent sur ma bouche, sur mon front. Mes tétons sont durs comme de l'acier et ils sont douloureux mais j'aime tellement.

Un homme d'un certain âge n'y tiens plus et se branle sur mes seins, il jouit en me regardant dans les yeux. Un sourire de gratitude sur son visage. Il laisse sa place à une autre homme. Mon copain à l'anneau est si gonflé que je m'attends à voir sa queue exploser d'un moment à l'autre.

Oh qu'elle me fiste bien.. je suis parcourue de tremblements. Mon anus palpite il a envie d'être à la fête. Je sens des doigts qui le taquine, et je vois le visage interrogateur de ma fisteuse. Elle se demande si elle a le droit de tenter la même chose. Je pousse lui montrant que je suis très souple, je m'ouvre émettant un bruit incongru qui fait rire mon amie. Elle quitte mon vagin, s'intéresse à mon cul. Dans les miroirs je vois mon corps luisant, ma chatte rose totalement dilatée, je pousse et c'est un gouffre qui s'ouvre me donnant la vision de mes entrailles.

Les garçons sont de plus en plus excités, mon bel ami annelé, n'y tiens plus. Il gicle dans ma bouche et sur mes lèvres en me caressant la joue avec douceur. Il est aussitôt remplacé par un monsieur d'un âge respectable dont le sexe est court mais d'une épaisseur peu commune et son érection est magnifique comme je les aime. Son sexe est noueux, les veines gonflées le font ressembler à un bâton. Je lèche et suce cette queue avec un plaisir intense.

Michèle est couchée sur mon ventre et est en train de jouir sous les coups de boutoir de l'homme qui la baise. Elle prend son pied ma chère amie, je la connais si bien que je sais si c'est un gros ou un petit plaisir.. et là cet homme la fait planer c'est certain.

Soudain mon cul est comblé par les doigts de ma fisteuse préférée, la chienne me prend le cul avec avidité et f***e sans concession mon petit trou qui n'a de petit que le nom à cet instant.
La femme a pris la mesure de ce que j'aime et supporte. Elle sait que je ne suis pas une petite joueuse. Et c'est sa main entière qui vient remplir mon anus avide de ces sensations.

Oui j'ai mal, c'est un peu normal, mais cette douleur est bien légère comparée au plaisir de sentir cette main qui me pénètre. C'est à la fois physique par les sensations que cela me donne et cérébral car dans ma tête je me fais mon film et visualise la main dans mon ventre. Dans les miroirs je vois que sa main est entrée jusqu'au poignet.

Mehr? mehr in den Arsch? Me dit ma tourmenteuse.
You want more in your ass me dit elle en anglais
Oh yesss Honey dis-je
Really deeper? Continue elle..
Yess.. push it in..

Elle ne se le fait pas dire, elle lubrifie son avant bras et pousse de mon côté totalement folle de désir je me décontracte à mort. Il semble y avoir un instant de grâce, hommes et femmes agglutinés autour de moi se mettent à regarder, me toucher me caresser encore mais ce qui se joue actuellement semble hypnotiser l'assistance.

Elle m'enfonce sa main, la fait tourner dans mon ventre, lentement je sens son poing se fermer. Elle pousse je me cambre, je cries tellement la sensation est forte, pas de douleur mais le plaisir de me sentir comblée sans oublier les doigts qui me tordent le clito dans tous les sens. On me pince le bout des seins très fort, levant la tête je vois mon homme la queue tendue il me sourit et dit

Prend ton pied ma chérie.. vas y laisse toi aller.

Je vois qu'une main est agrippée à sa queue et le branle doucement, une charmante fille presque une ado enfin elle en a le look. La fille lui branle la queue avec art. Son gland est trempé il coule mon chéri.


Une nouvelle poussée me fait vibrer, la main s'est encore enfoncée en moi. La moitié de son avant bras disparaît dans mon cul, ma chatte grande ouverte est pleine de miel épais. Elle tourne sa main dans mon ventre me tirant de longs frissons de plaisir. Les caresses sur mon clito deviennent presque douloureuse tellement il est bandé, gonflé.. Un effleurement me tire un long spasme et me fait hurler de plaisir.


Je suis devenue le spectacle du moment, je me livre aux yeux de l'assistance et j'en tire un énorme plaisir. Autour de moi ce n'est que corps nus ou demi-nus, des sexes dressés , des chattes suintantes de plaisir. Une femme à ma gauche jouis violemment en me regardant sa main appuyée sur moi elle se tortille la main entre les cuisses son bassin oscille, elle lance son pubis en avant, son ventre se creuse et ondoie. Elle fini par se laisser tomber à genoux en criant son plaisir. Un homme lui gicle sur le visage, elle happe la queue la suce comme une dingue.

Mon amie fisteuse une main posée sur ma cuisse, va et viens dans mon cul, poussant plus loin à chaque fois. Elle pose sa main sur mon ventre en poussant plus fort encore. Et jetant un regard je vois la bosse que fait sa main dans mon ventre. On voit nettement la bosse que provoque sa main quand elle pousse vers le haut. C'est la première fois que je vois cela et j'en suis excitée à la folie. Je ne ressent que du plaisir, la pénétration de ce bras ne me cause pas de douleur.

Elle ressort parfois laissant mon anus totalement défoncé s'ouvrir incongrûment. Je mate dans le miroir, je ne me reconnais qu’à peine, du sperme sur le corps et les joues, luisante de sueur, attachée, écartelée. Je vois mes orifices totalement ouverts mon con ruisselant et rose, mon anus impudiquement béant, fleur pourpre luisante que repousse le poing qui me pénètre. Je sens la progression, elle m'enfile à mort, mon ventre qui se soulève sous l'action de se poing qui ramone mes entrailles.

La fille orientale qui couvrait la femme de cire s'approche deux bougies à la main. Elle sourit, me regarde. S'adresse à Christian, je n'entends pas.. Mais je vois Chris hocher la tête et parler à la femme. Elle prend place derrière ma tête. La fille est très jolie, brune, des yeux noirs une bouche qui donne envie de baisers. Elle tient deux grosses bougies rouges.

Pour avoir déjà bien souvent joué à ce jeu, je suis consciente de ce qui va arriver et franchement j'en ai une terrible envie. Je sais que cela va finir de me faire exploser. Je suis déjà presque au bord de l'orgasme. Je suis tendue vers ce moment où je vais devenir folle où tout mon corps va ne plus être que jouissance.

Déjà je suis agitée d'un tremblement continu. Pas très esthétique car la moindre parcelle de cellulite est bien visible dans ce cas. Mais je m'en moque les ondes brûlantes de plaisir montent en moi, vague après vague mon esprit se perd dans les méandres de la jouissance.

Je ne sais pas pour vous, moi je lâche pied petit a petit, je m'enfonce dans le plaisir, je sens chaque muscle de mon corps, chaque palpitation de mon sexe, de mon anus tout est multiplié. Un frôlement sur mon clito je hurle et je donne l'impression que je jouis mais ce n'est pas encore l'orgasme. En fait c'est presque une multitude une suite ininterrompue d'orgasmes qui se succèdent se chevauchent jusqu'au moment ou tout mon être capitule et c'est une décharge de 10.000 volts qui me traverse, me broie littéralement.

A cet instant je suis capable de supporter n'importe quelle folie. Cet état de jouissance en plateau me permet de tenir longtemps de jouir dans la durée.

Messieurs vous n'avez pas cette chance, à de rare exceptions vos orgasmes sont trop brefs dommage.. Mais je sais que vous aimez me voir prendre mon pied des minutes durant. Totalement incontrôlable, mon cerveau déconnecté du réel, je ne suis qu'une poupée de chair, un jouet qui vous amuse et j'adore cet abandon total. Même la mort paraîtrait douce et tentante quand je suis dans cet état.

Je regarde les bougies, la fille les incline légèrement. Je vois tomber deux gouttes qui s'écrasent sur mes seins . La brûlure est sensible mais pas trop forte. Je gémis, sans doute mon regard est assez éloquent et j'ai murmuré « encore ». Elle me regarde avec un large sourire. Cette fois elle incline fortement les deux bougies qui creusées forment des coupelles.

La cire tombe en ruisseau sur mes seins, elle coule dans mon cou, sur mes flancs.. la chaleur est plus intense. Je crie bombant la poitrine comme pour réclamer encore plus de brûlure. Cette fois elle vise intentionnellement mes tétons tendus qui se couvrent d'une gangue de cire. C'est fort très fort.

Profitant de mon état ma jolie fisteuse enfonce sa main loin en moi.. cela combiné à la cire sur ma poitrine me fait gravir une marche de plus vers l'extase. Les brûlures de la cire sont atténuées par les giclées de sperme que me donnent quelques hommes autour de moi. Je n'ai plus un centimètre carré de peau qui soit sèche.

Je me regarde dans un état presque second, les miroirs me renvoient l'image d'une esclave noire, la peau constellée de cire rouge, de sperme blanc, de coulures brillantes. Mon sexe est béant, mes lèvres sont gonflées mon clito tout décalotté une perle rose qui tranche sur ma peau.

Chaque coup de boutoir du poing dans mon anus me fait gicler quelques gouttes je ne peux empêcher ma vessie de se libérer. Cela ne semble pas gêner ma fisteuse bien au contraire, à plusieurs reprises elle est venue lécher mon sexe et boire mon nectar.

Je ne suis pas la seule à être livrée à la concupiscence générale, j'entends la femme sur le pouf qui est en pleine jouissance, elle hurle je ne comprends pas la langue de Goethe mais je sais d'instinct qu'elle demande encore du plaisir d'une voix rauque.

La musique omniprésente et obsédante fait vibrer mes entrailles ajoutant encore à cette démolition interne que je subis.. Je suis tellement mouillée de partout, le bras de ma nouvelle copine est couvert d'une mousse blanchâtre mon anus est ourlé d'écume.

Une jeune femme aux cheveux ras se penche sur mon sexe et de ses lèvres aspire mon clitoris, sa langue le bouscule, elle me fait une pipe tellement il est gonflé elle s'en sert comme une bite miniature. Chaque attouchement est une décharge électrique. La cire continue à pleuvoir sur mon corps.. Glissant de mes seins à mon ventre, les gouttes se mettent à tomber dru sur mon pubis..

Je cries, me débats mais je ne veux pas que cela cesse.. je suis dans une zone grise avant l'orage avant l'explosion. Je vois les mains de Chris prendre les poignets de la fille aux bougies, et il l’entraîne vers mon sexe. La fille à une petite hésitation un regard vers moi.. Et elle se laisse guider.


Celle qui me manipule le clito a une idée de génie, elle me tient le bouton décalotté à fond.. La cire ruisselle, ça me coule dans l'aine, sur les lèvres et enfin une longue coulée juste sur mon clito.. je me tends comme un arc.. la cire coule s'insinue dans mon sexe béant la brûlure est cuisante mais totalement annihilée par le plaisir qui déferle comme une lame de fond.. emportant tout sur son passage.

Je jouis enfin … cet orgasme me libère de toute la tension nerveuse accumulée.. La main de ma tourmenteuse tourne un instant en moi avant de se retirer brutalement ce qui relance mon orgasme. En fait je jouis une seconde fois. La fille aux cheveux ras plonge sa bouche dans mon anus ouvert, le fouillant de sa langue. Des giclées de foutre pleuvent sur moi, ils sont bien 6 ou 7 à jouir sur moi excités par le spectacle. La fille qui branlait mon homme le fait se déverser dans ma bouche et partage le foutre avec moi en léchant mes lèvres.

Je suis tendue comme un ressort, mon corps arc bouté, mes fesses ne touche plus le fauteuil.. je suis un orgasme vivant.. Je ne sais plus ou je suis .. et lentement sous les vagues de plaisir je perds pour de bon contact avec le réel ..

Je retombe enfin le corps transformé en poupée de chiffon. Simili syncope qui ne dure pas très longtemps.. Quand je reviens dans le monde réel ils sont en train de me libérer.

Ma fisteuse est prés de moi m'enlaçant tendrement et posant ses lèvres sur les miennes. Toutes les deux nous partageons le foutre sur ma bouche, elle me caresse doucement..

Chris et Phil me soutiennent pour me faire descendre du fauteuil. Ils me guident vers une banquette sur laquelle je m'affale totalement vidée..
Mon dieu.. quel pied.....

(A suivre)

Sylviane
100% (9/0)
 
Posted by Sylviane
1 year ago    Views: 1,119
Comments (9)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
6 months ago
bravo, merci pour ce récit d'exception, quelle intensité, je suis moi aussi... vidé, merci
1 year ago
J'adore! J'ai toujours eu un faible pour le fisting ;)
1 year ago
je viens de finir...de te lire
mes doigts collant de sperme
après avoir retenu de longues minutes
ma jouissance
ce fut une effusion de fluides partout sur mon ventre
repus de plaisir
t'accomapgnant dans ton abandon..
ta quete du plaisir infini
imaginant te remplir de mon jus..
belle petite chienne que tu es.. ^^
1 year ago
Bisous à vous mes chéris et chéries

Bisous marie et serge Pour être vécu c'est vécu et j'adorais cette boite on en a fait des soirées!! Je pourrais en raconter un dictionnaire!! Oh je reviendrais dessus mais si un jour vous avez l'occasion allez y ( pour l'adresse demandez moi)

Humm Lehny... j'aime ce genre de commentaires tu le sais.. Je pense que ta vision de moi n'est pas du tout fausse ;)
Merci Mike.. hélas pour vous mes chéris vos orgasmes sont trop courts Mais je ne suis pas exceptionnelle j'ai quelques amies qui grimpent le long des murs au moment de jouir oh oui

Sylviane vous salue et vous embrasse fort vous tous
1 year ago
la salope dans toute sa splendeur! faite pour recevoir le jus de tous et être défoncée sans retenue. J'ai giclé deux fois en lisant ce récit!
1 year ago
question orgasme aucun homme ne peut rivaliser avec une femme,mais aucun femme ne rivalise avec vous chère sylviane .
1 year ago
Et bien belle salope de Sylviane tu sais bien faire monter notre excitation et nous faire exploser de plaisir.Très beau récit qui sent bien le vécu.Tu es superbe dans ta soumission.Bises de Marie et Serge
1 year ago
Quel plaisir de lire ce récit. J'espére qu'il y aura aussi des hommes soumis c'est ma préférence
Merci beaucoup pour ce moment intense
Vous semblez magnifique pensez vous mettre des photos de vous
1 year ago
Bisous à tous mes chéris et mes lecteurs

Voilà le Seconde partie de ce récit sur le club à Berlin. J'espére que vous allez aimer.. car moi j'ai beaucoup aimé me souvenir de ces moments.. Beaucoup aimé.. si si je vous jure.. j'en ai encore les doigts humides..

Bisous à tous et n'hésitez pas à me dire ce que cela vous inspire..