Sylviane - Jeunesse Sexe et découvertes par

Sylviane - Amours de jeunesse, sexe et découvertes Partie 1

Et la chronologie allez vous me dire, un coup on parle de choses récentes, un coup de vieilles histoires. Hé bien c’est comme çà. C’est moi qui décide. Envie de retomber en enfance. C’est comme çà.
Vous ne pensez tout de même pas que j’étais une filles sage, obéissante et rangée. Non j’étais tout sauf çà et mes pauvres parents ont eu bien du mérite à ne pas me noyer ou me vendre comme esclave.. ah non ça ne se faisait plus.
Bref quelque peu insupportable et pas forcément très gérable. Ajoutez que maman était souvent seule pour gérer les enfants, papa était souvent absent son métier de gendarme en était la cause.
J’adore mes parents mais ils sont bien sur responsables de ce que je suis devenue. Sexuellement ? Hé oui sûrement un peu, même si on aborde pas ces choses avec mes parents. Ils étaient on va dire chauds bouillants le plus souvent. La maison était mal isolée phoniquement et ma chambre contiguë à celle des parents me mettait en première ligne quand la guerre dans les draps s’emparait de papa et maman. Disons que j’ai hérité de leurs tempéraments. Je fus bercée par les soupirs et les cris de maman pendant bien longtemps. Et même si mes parents ont toujours été très amoureux, très proches ce n’est pas pour cela que maman et papa étaient sages. J’ai eu le droit a des concerts de soupirs alors que papa était loin de la maison. Maman avait quelques amis qui venaient la consoler de sa solitude passagère.
Imaginez une gamine de 12 ans qui commence à avoir le ventre qui la chatouille, les seins qui gonflent, passer sa soirée à entendre sa mère et son père en pleine action. Rapidement la petite fille comprend comment ça marche et se met à se toucher.
Ce que je faisais assidûment. Mais bien sur à cet âge on est plutôt gauche. J’ai commencé à me caresser en écoutant les assauts amoureux de mes parents. Cela me mettait déjà en transe et surtout j’étais d’une curiosité presque maladive. Donc je me mettais à genoux sur mon lit l’oreille collée au mur. C’est là que j’ai appris les mots : salope, grosse pute, chienne, truie etc car mon papa aimait pimenter les ébats. Maman n’était pas en reste le traitait de salaud très souvent. Baise moi fort salaud était une des ces formules préférées.
L’oreille collée au mur, j’écoutais ma mère gémir sa respiration qui s’accélérait. Les grognements de papa était impressionnants. Comme il fait chaud chez nous, je dormais nue le plus souvent enfin une culotte sinon maman me traitait d’effrontée. Ma fente était chaude, je passais mon doigt le long des lèvres, mes seins pressés contre la tête de lit. Le plus souvent cela se bornait à m’échauffer les sens, je sentais une humidité naissante dans mon sexe. Mais bien sur je n’atteignais pas le plaisir. Mon bouton se dressait pourtant. Cela m’inquiétait même un peu car le voyant grossir au fil des mois j’avais demandé à ma mère si c’était normal. Elle m’avait mis une tape sur la tête en me disant mais oui c’est normal, puis me faisant pouet pouet sur les seins elle me dit que ça aussi c’était normal. Et pour finir que j’allais faire tourner la tête des garçons.

Un soir papa était parti depuis pas mal de temps, donc je me doutais que les retrouvailles allaient être explosives. Une fois au lit, ce ne fut pas long. Le lit de mes parents commença à craquer. Très émoustillée je collais mon oreille au mur tout en enlevant ma culotte blanche. Maman commençais à gémir doucement. J’entendais des petits bruits que je n’ai identifié que plus tard mon père faisait sûrement une minette à maman. Mon doigt courrait sur ma fente le long des lèvres qui fermaient mon sexe. Chaque fois que mon doigt arrivait au haut de ma fente j’étais parcourue d’un petit frisson. Mon clito gonflait, je bandais comme une petite cochonne. Puis de l’autre côté du mur, cela devint plus chaud. J’entendais papa qui poussait de gros soupirs de bûcheron et maman qui elle poussait de petits cris. Mes doigts allaient et venaient dans ma fente. J’étais super moite. Petit à petit mon genou glissait sur le drap et sans m’en rendre compte je m’écartelais de plus en plus. Ma fente s’ouvrait, mes doigts caressaient mes petites lèvres maintenant. J’étais le souffle court, mes doigts se mouillaient. Je me masturbais vraiment pour la première fois, avant c’était du touche pipi. Cette fois là je ne me rendis pas compte que ce n’étais pas comme les autres fois. Je sentais mes tétons durcir également. Je crois que très excitée ce soir là j’ai pris plus conscience de mon corps d’ado. Enfin je faisais plus que mon âge. Et l’attirais déjà le regards des garçons mais surtout des hommes et je l’avais remarqué.
Mes doigts étaient mouillés, je les regardais dans la demi pénombre il luisaient. Je les passais sous mon nez pour humer l’odeur, légèrement piquante et poivrée. Je léchais le bout de mes doigts ce n’était pas désagréable du tout. De l’autre côté de la cloison, maman poussait des cris de plus en plus forts. Mon père la traitais de salope. Je repris ma masturbation. Mon clitoris était gonflé et déjà saillant ( pas autant que maintenant mais vous saurez pourquoi..)
Mes doigts s’attardaient maintenant plus sur mon bouton. Je n’avais jamais été aussi mouillée. Mes doigts je les humectait entre mes lèvres et je massais mon clito. Il gonflait de plus belle. Maman criait. J’étais haletante. Quand je me touchais le bouton j’étais secouée comme par une décharge électrique. D’une main je m’étais mise à caresser mes seins tendus. Le sautais comme un cabri à chaque attouchement sur mon bouton. Curiosité, toujours, j’ai insisté sur mon clitoris. Et là.. en quelques minutes avec maman en train de jouir en fond sonore. J’ai eu un éblouissement, mon ventre a semblé exploser des vagues de plaisir m’ont submergé. Je me suis senti faible sur mes genou me suis laisser tomber sur le lit, continuant à agacer mon clito. Et là j’ai crié.. mes muscles tendus tétanisés, appuyée sur ma tête et mes talons tout mon corps en arc au dessus du lit j’ai crié et j’ai jouis pour la première fois.. A la fois heureuse et inquiète. Me disant est ce que ça va se voir... suis je encore vierge.. çà le l’ai vérifié du bout de mes doigts. Juste après être redescendue sur terre. Oh c’était bon.. je comprenais maintenant les cris de maman. Je ne doutais bien que c'était bon.. mais je n’imaginais pas à quel point...

Sylviane.

100% (13/0)
 
Posted by Sylviane
1 year ago    Views: 771
Comments (8)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
Émois de gamine certes, mais on voit que ton goût pour les choses du sexe est déjà là. Se caresser en écoutant ses parents baiser, c'est déjà très coquin.
1 year ago
mmmm la 1ere jouissance..
je m'en rappelle comem si c'était hier ^^

hate de lire la suite...
meme si j'ai déjà le bout du gland tout trempé : )
CinquantN...
retired
1 year ago
Vraiment adorable voila qui m'a bien excité!!
1 year ago
vos émois de gamine,j'en redemande.
J'ai la bite en feu.
Merci
OALINE
retired
1 year ago
superbe je vois mon enfance défilée avec cette histoire hummm merci
1 year ago
Je bande comme un petit cochon à te lire ma chérie !!!
1 year ago
HUMMM C4EST BON RECONTE ENCORE CA ME FAIT BANDER
1 year ago
Quelques mots sur mes émois de gamine