LUXURE

Entre la sortie d’autoroute et notre destination finale il y a à peine 20 minutes de route, ce qui nous laisse juste le temps de faire redescendre la pression. Vous ne connaissez pas la destination finale et vous avez la charmante surprise de découvrir la somptueuse propriété devant laquelle je m’arrête. Je sors de la boite à gants des loups et je vous demande de les mettrent sans cela nous ne pourrons pas franchir ne serais-ce que le portail… Pour Madame, c’est un loup en dentelle et plume noir qui masquera son visage pour nous les hommes j’ai pris des loups beaucoup plus classique et sobre en satin noir. Ce petit cérémonial vous fait comprendre pourquoi j’ai insisté sur l’importance du «dress code» pour cette soirée ; costume noir pour nous messieurs et robe de soirée noire pour Madame.
J’effectue le code avec mes phares qui m’à été communiqué et le lourd portail s’ouvre comme par enchantement… Un homme en costume sombre apparaît et me demande de baisser la vitre, je lui remets nos invitations personnels. Il vérifie sur son registre et nous rappel qu’il est interdit d’introduire des appareils photos et des téléphones dans l’enceinte de la propriété. Et que si nous en disposons il faut lui remette immédiatement. Nous avons scrupuleusement respecté les consignes spécifiées sur l’invitation donc pas de soucis, petit tour du véhicule, contrôle du coffre et nous voilà enfin autorisé à accéder au domaine mais pour cela je dois couper mes phares. Je m’engage lentement sur la longue allée, l’imposant portail se referme derrière nous dans un silence étonnant… Notre route est guidée par les flambeaux qui bordent le chemin et il nous faut 5 bonnes minutes pour traverser le parc. Les arbres qui nous encerclent sont majestueux et certainement centenaire et sans la lueur des torches nous n’y verrions rien… Aux détours d’une courbe nous nous retrouvons confronter à la splendide demeure qui hébergera nos plaisirs ce soir. Elle est totalement illuminée et cela fait un contraste surprenant par rapport à la pénombre de laquelle nous sortons. De type début du siècle, la bâtisse est imposante et massive. Parfaitement alignée les unes à coté des autres, une haie de voitures de prestiges lui fait face. La mienne à coté semble petite et on comprend mieux dans ces moments là la théorie de la relativité… C’est un parterre de Bentley, Maserati et autres voitures de luxes qui nous est offert…
Lorsque je m’arrête devant l’imposant perron 3 personnes ce précipitent pour ouvrir nos portières. Je remets mes clés à la personne la plus proche et ma voiture est immédiatement déplacé, le personnel qui nous a prit en charge disparaît tout aussi rapidement qu’il est apparût. Nous sommes arrivés au point de non retour…
Avec Monsieur, nous venons encadrer Madame pour monter les marches qui mènent à la massive porte d’entrée. C’est mon premier réel contact physique avec Madame. Mon bras sous le sien essaye de ressentir les frémissements qui parcourent sa peau. Est-ce le froid ou l’appréhension de ce que nous allons découvrir une fois les portes fermés derrières nous qui crée ces frissons ?
J’applique le second code qui m’à été communiqué. Le laps de temps qui s’écoule avant que la porte ne s’ébranle, nous paraît une éternité. Le froid commence à se faire ressentir, et la fine robe à dos nu de madame semble totalement inadéquate à ce moment là. Ses pointes de sein ont déjà réagit et on peut les voir, arrogantes et fières tenter de percer le délicat tissus…
Enfin, l’embrasure s’élargit mais de nouveau nous sommes surpris car nous nous retrouvons confronter à une totale obscurité. Nous nous donnons la main et en avançant nous nous retrouvons comme absorber par ce trou noir…
La porte se referme derrière nous et nos yeux essayent tant bien que mal à s’habituer à cette obscurité, nos sens sont plus qu’éveillés, ils sont en mode alarme, le silence qui nous entoure est pesant, le contraste lumière & obscurité, froid & chaud est saisissant.
Soudain une voix féminine et suave se fait entendre, elle nous informe que nous allons faire l’objet d’une fouille afin d’être sure que nous avons respecté les consignes pour la soirée. Elle nous précise qu’après cette dernière formalité exécutée nous accéderons enfin au temple du plaisir.
Je ne suis donc pas étonné lorsque je sens une présence dans mon dos. Des mains commencent à parcourir mon corps de haut en bas. Leurs tailles et leurs agilités me laissent espérer que ce sont celles d’une femme. Cette fouille ressemble plus à une succession de lentes caresses qu’a un contrôle d’aéroport. La conscience qui est appliqué lors du contrôle de mon entre-jambe crée un début d’érection que j’ai du mal à contrôler. Aux gémissements de madame je crois comprendre que je ne suis pas le seul à subir cette investigation poussée. Les caresses s’arrêtent tout aussi brutalement qu’elles ont commencé et de lourdes tentures s’entrouvrent pour laisser apparaître une brutale clarté. Il nous faut quelques secondes pour se réhabituer à la lumière. Nous sommes happés par un long corridor de lumière dans lequel nous avançons timidement.
Nous arrivons enfin dans une pièce immense qui ressemble à un Bar loundge à l’ambiance très feutrés, la déco n’est pas sans me rappeler l’ambiance de « La Réserve » et on sent la touche évidente de Jacques Garcia dans la déco. Des feux de cheminées aux quatre coins de la pièce donnent une chaleur et une luminosité sensuelles à celle-ci. Des couples sont déjà présents et devisent par ci par là en petit groupe. Le dress code à été respecter –en aurait-il pu être autrement- et ou que nos yeux se posent ils ne rencontrent que beauté, charme, élégance, raffinement et volupté…
Nous allons nous assoir à une table ou nous commençons à discuter. Nous sommes rapidement interrompus par une charmante serveuse eurasienne qui se présente comme étant totalement à notre service et prête à satisfaire tous nos besoins. Sa parfaite tenue de soubrette souligne ses formes parfaites et donne vraiment envie de consommer… Nous commandons trois coupes de champagne et je commence à vous expliquer le tenant et les aboutissants de cette soirée. J’ai la chance d’avoir un ami libertin qui organise régulièrement ce type de soirée pour un cercle d’initiés très limité. Les soirées sont généralement organisées dans de magnifique demeure et une vingtaine de couples aux maximums ont le privilège d’y ass****r. Des règles et des codes très précis y sont appliqués afin de garantir un total anonymat aux personnes présentes qui ont pour particularités pour certains d’être connus. L’objectif de ces soirées est de sublimer l’esprit libertin et de profiter en esthète de ce type de soirée et de tous les plaisirs que le luxe peut procurer. Le personnel tant féminin que masculin trié sur le volet est à la disposition des envies de chaque convive. Dans des cas très précis (le mien ce soir là) des hommes et des femmes seuls peuvent accéder à la soirée. A chaque soirée, seulement un ou deux nouveaux couples sont intégrés dans cette sphère très privés et vous avez la chance d’en faire partie ce soir… Cela aussi implique des obligations que vous découvrirez au fil de la soirée… Les règles m’imposent de ne pas vous les communiquer à l’avance pour plus de surprise et de mystère.
Vous me faites remarquer que vous êtes étonné du comportement des gens, car pour le moment si ce n’est les loups, l’ambiance ressemble plus à une soirée très mondaine qu’à une soirée libertine et débridée. La raison en est simple nous attendons l’ouverture officielle de la soirée par le maître des lieux qui ne serait tardé.
Notre charmante serveuse nous ramène nos coupes de champagnes. Elle profite d’être agenouiller pour nous offrir une parfaite vue sur son intimité. Nous nous régalons de la vue et continuons à discuter tout en commençant à échanger des regards avec certains couples. La musique d’ambiance, l’atmosphère sensuelle, la chaleur des feux, le champagne frais, la lumière tamisée, les jeux de séduction en place créent un climat érotique assez puissant et l’on commence à ressentir le désir à fleur de peau.
Tout à coup, l’intensité de la lumière baisse et nous plonge dans une semi-obscurité, la musique s’arrête, le silence envahit la pièce… Une des entrées s’illumine soudain en même temps qu’un « gong » retentit. Un couple fait son apparition. Elle, une splendide blonde de 35 ans environ vêtue d’une guêpière en cuir, avec ses talons elle doit allégrement dépasser les 1.80. Ses seins soutenus par la guêpière semble parfait et mette en avant ses tétons percés. Son entrejambe est nu et dévoile un sexe parfaitement épilé juste surmonté d’une fine bande horizontale. Elle porte un collier en cuir qui permet à son partenaire de la guider grâce à une laisse. Lui est beaucoup plus simplement vêtu d’une cape noire. La tenue de Madame lève tous les doutes sur la nature de la soirée et sur la tournure que celle ci va rapidement prendre. Le couple traverse la pièce en étant accompagné par la lumière sous les applaudissements des personnes présentent. La lumière se dirige vers notre table, j’ai juste le temps de vous dire que ce qui va arriver maintenant fait partie de votre intronisation et je dois quitter la table.
Vous êtes maintenant aux milieux du cercle de lumière et tous les regards convergents vers vous. Le maître des lieux guide sa partenaire vers Monsieur. D’un très léger mouvement de laisse il lui communique de se mettre à genoux devant vous, elle vient présenter son visage à hauteur de votre braguette et avant que vous n’ayez compris ce qui vous arrive, elle à déjà extirper votre verge dressée en dehors de votre caleçon. On peut y voir l’excitation qui y perle au bout. Elle vient avec le bout de sa langue recueillir cette trace du plaisir, puis d’un coup elle vous absorbe goulument dans sa bouche, elle commence à vous pomper avec de grands mouvements de tête de haut en bas sous les encouragements du public… Elle alterne ses mouvements de succion avec des grands coups de langue sur toute la longueur de votre queue en y laissant de grande trainée de salive.
Le maître de maison fait signe à madame de se rapprocher, elle guette le regard approbateur de Monsieur et dés lors qu’elle l’obtient elle avance sur son siège, le maître des lieux prend alors la parole et annonce qu’il aura le privilège d’introniser Madame dans notre cercle élitiste mais que pour cela il doit tester ses capacités de suceuses. Il se positionne devant elle, et entrouvre sa cape pour offrir à madame une très belle virilité entièrement épilée.
Madame avance doucement son visage vers cette belle bite et sans même la toucher commence à la parcourir de sa langue, on peut la voir caresser sensuellement les bourses puis les gober. Elle revient ensuite sur la tige tendue et commence à l’emboucher lentement. Le maitre des lieux l’encourage en faisant des commentaires bienveillants sur ses qualités de suceuses.
Pendant ce temps là, on peut voir dans la pénombre que les couples se sont rapprochés et que des caresses furtives commencent à être échangées.
Monsieur et Madame sont à l’honneur et sont sous les feux de la rampe. La blonde est une vraie machine à pomper et on peut voir que Monsieur ne pourra plus rés****r longtemps si elle continue à ce rythme là. Le maître des lieux s’en rend compte et reprend la belle en main en tirant sur la laisse histoire de calmer ses ardeurs.
Il demande à Madame de se mettre à quatre pattes sur le canapé et de relevé sa robe afin d’exposer sa magnifique croupe tout en continuant de le sucer. Dans cette position une partie de l’auditoire à une vue incroyable sur l’intimité de Madame qui ne peut plus dissimuler son humidité… Avec la laisse il arrache la blonde de la bite de Monsieur et guide son visage dans l’entrejambe de Madame. Celle ci vient darder sa langue dans le sillon fessier de Madame et nous la voyons venir se régaler du jus de Madame.
Dans l’assistance certaines robes ont laissé places à des sublimes dessous de tous styles et de toutes matières. Certains ont déjà sortis leurs queues pour se caresser tandis que certaines ont glissé leurs mains dans leur dessous grand luxe pour jouir du spectacle que vous offrez.
Moi je profite nonchalamment du spectacle en sirotant mon champagne Grand Siècle et en me faisant sucer par notre belle serveuse eurasienne.
La position que vient de prendre la blonde nous expose avec bonheur son arrière train et nous dévoile un magnifique Rosebud qui perce son admirable cul. En connaissant bien son compagnon je suis sure que la pierre qui l’orne est un véritable diamant… le comble de la luxure…
La blonde explore chaque parcelle de l’intimité de madame et nous pouvons imaginer grâce à ces mouvements de tête le passage de sa langue agile sur le clitoris, les lèvres, l’entrée du vagin, puis la rondelle étoilée de Madame. On voit que le travail buccal de la blonde experte est dévastateur pour Madame. Sa fellation s’en trouve affecté et le maître des lieux lui en fait la remarque. Avec la laisse, il interrompt ce contact charnel et vient positionner la blonde à ses pieds.
Il demande à Monsieur de venir prendre Madame. Après la pipe magistrale de la blonde, monsieur ne se fait pas prier et vient se positionner derrière Madame tandis qu’elle continue à œuvrer sur la belle bite qui lui est présenté. Elle n’est maintenant plus seule car la blonde c’est attelé aux couilles du maître de maison et par moment leurs langues se retrouvent pour échanger un langoureux baiser.
Monsieur prend sa queue à pleins main et sans plus de préambule pénètre d’un coup sec la chatte trempée de Madame. Aux visages congestionnés de Madame on peut voir que le travail de labourage fait son effet. Bien qu’elle essaye de se concentrer sur la fellation commencée en suceuse consciencieuse qu’elle est, on peut voir qu’elle a de plus en plus de mal à s’y tenir. Le maître des lieux lui en est gré et préfère offrir son plaisir à la blonde, qui à sa façon de le pomper semble en manque de jus. Elle semble se démener sur la queue aimée comme si ça vie en dépendais. Les gémissements de Madame remplissent la pièce et on s’attend à tout moment à l’explosion de son plaisir. Celui ne tarde pas à arriver et Monsieur l’accompagne de dernier mouvement de hanches. Son plaisir à lui aussi arrive et il se répand sur les splendides fesses de Madame. Une salve d’applaudissement couvre la fin de vos orgasmes. Le maître des lieux vous déclare introniser et que la soirée peut officiellement commencée…

79% (9/2)
 
Posted by Love_explorers
3 years ago    Views: 564
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments