Sept ans d'enculage dans une chaufferie

Lorsque j’ai fait la connaissance de Daniel j’étais déjà accro à la bite et au sperme. Je fréquentais régulièrement des saunas gay et des cinés porno pour sucer et me faire enculer. De plus, j’étais de temps en temps invité dans des hôtels ou chez des mecs pour une partie de jambes en l’air sans tabou et sans limite. Je ne demandais rien mais j’avais droit assez souvent à de petits cadeaux en espèce pour le plaisir complet que je leur procurais. En quelque sorte je faisais la pute sans le dire.

Je n’avais pas encore de mec attiré. C’est Daniel, un ingénieur de 45 ans, qui allait le devenir pour une dizaine d’années. Il m’avait dragué sur Minitel et m’avait donné RDV le soir même à 18 heures à la sortie de son travail. Je devais l’attendre dans ma voiture dont je lui avais donné la marque et la couleur. Très excité par la perspective de me faire un nouveau mec, j’y étais déjà un quart d’heure avant. Mais j’avais un peu peur qu’il ne me pose un lapin, comme c’était souvent le cas pour les rendez-vous sur Minitel.

A 18 heures pile je vois un mec brun, mince et de taille moyenne s’avancer vers ma voiture. Il correspondait à la description qu’il m’avait donnée de lui-même. Et lui m’avait repéré de la fenêtre de son bureau. Je lui ouvre la portière de ma voiture, il monte, me salue et m’indique où aller. Pas besoins de parlottes, on savait déjà pourquoi on se rencontrait. A peine 500 mètres plus loin il me demande de me garer et de le suivre.

On descend dans le parking de l’immeuble où il habitait. Il m’amène dans un coin sombre à l’écart des voitures. « J’espère qu’on sera tranquille ici » me dit-il et pose son attaché-case par terre, ouvre sa braguette et m’offre sa bite déjà raide. Un très beau calibre long et épais. Je me mets à genou et commence à le sucer goulument. Il me prend la tête des deux mains et l’appuie contre son ventre pour enfoncer sa bite au fond de ma gorge. Après quelques minutes de va-et vient dans ma bouche il décharge dans ma gorge une grosse dose de sperme et m’ordonne : « avale tout, il ne faut pas laisser de trace sur au sol ». Bien entendu, j’ai avalé jusqu’à la dernière goutte. Il a fermé sa braguette, a repris son attaché-case et on est sorti du parking comme des résidents ordinaires. En nous quittant il m’a demandé si je voulais bien devenir son vide-couilles régulier. J’ai dit oui sans hésitation et je suis allé vers ma voiture.

J’ai sucé Daniel dans ce parking pendant environ deux ans. Dès qu’il avait envie de se soulager (car il ne baisait plus sa femme ni personne d’autre) il m’appelait et j’y allais tout de suite. J’avais un emploi du temps très flexible qui me permettait d’être à sa disposition sans délai. Une fois on a été surpris par un résident venu chercher sa voiture mais il ne nous a pas vus dans notre coin sombre. « Ce n’est pas prudent ici, tout le monde me connaît dans la résidence, if faut trouver un autre endroit » m’a dit Daniel en fermant sa braguette. En attendant de trouver un endroit plus discret on se voyait un peu partout, dans les WC de sa boite, dans les chantiers alentours ou dans ma voiture garée dans un endroit isolé. C’était suffisant pour faire juste une pipe mais pas pratique pour me baiser.

Il a fini par trouver la solution. Je ne sais pas comment mais il avait réussi à récupéré une clé de la chaufferie de l’immeuble où personne n’avait accès sauf les techniciens de la société de maintenance. Lorsqu’il y avait une inspection ou des réparations à faire les résidents étaient informés par avance. Donc pas beaucoup de risque de nous surprendre là dedans.

On y était vraiment tranquille et on prenait notre temps. A genou à ses pieds je le suçais longuement. Quand il n’en pouvait plus de se retenir il me faisait signe de me mettre debout contre le mur et lui présenter ma croupe. Il m’enculait sans ménagement comme une brute en manque puis il enlevait sa capote et déchargeait dans ma bouche. J’avais droit chaque fois à une grosse dose accumulée pendant plusieurs jours. J’en raffolais !

La chaufferie devait devenir pendant 5 ans notre baisodrome. On se voyait au moins une fois par semaine, parfois plus. Il me laissait un message sur mon portable et je me rendais immédiatement devant l’entrée du parking. Il était toujours à l’heure comme pour un rendez-vous professionnel. On descendait à la chaufferie, je lui taillais d’abord une bonne pipe, puis lui présentais mes fesses debout contre le mur. Il aimait m’insulter, me traiter de pute et de salope, me donner des claques sur les fesses, ce qui me comblait de plaisir. Ce scénario se répétait à chaque rencontre. J’étais devenu sa pute de service prompte à courir le soulager dès qu’il m’appelait.

Parfois il me faisait des surprises. Ainsi il m’a appelé un samedi matin et m’a demandé de me rendre rapidement devant le parking. Quand je suis arrivé il m’attendait avec 3 autres mecs qu’il avait trouvés sur le minitel. « Voila la salope dont je vous ai parlé » leur a dit en guise de présentation et on est descendu tous à la chaufferie.

Je n’avais encore jamais fait une partouze mais l’idée m’excitait depuis longtemps. Pendant plus d’une heure j’ai eu droit à un festival de bite et de sperme. Accroupi entre quatre bites je les suçais à la chaine en passant de l’une à l’autre. Puis Daniel m’a ordonné de me mettre à 4 pattes sur un petit coussin qu’il avait apporté. La tournante a commencé. Pendant que l’un m’enculait je suçais les trois autres. Ils se sont relayés tous dans mon cul mais ont ensuite joui dans ma bouche. « Avale tout, salope », m’ordonnait Daniel pour ne pas laisser la moindre trace au sol. Ils étaient très contents de mes performances et moi de leurs bites juteuses. Je n’avais encore jamais pris autant de bites à la fois et avalé autant de sperme car ils avaient tous les couilles bien pleines de mecs mariés qui ne baisent plus leurs bonnes femmes.

Une autre fois Daniel m’a dit que sa femme était absente pour une semaine et qu’il avait très envie de mon cul. J’ai passé la nuit avec lui et il m’a baisé plusieurs fois dans leur lit conjugal. Sa femme n’aimait pas la sodomie, alors autant enculer une bonne salope à sa place et dans le même lit. C’était sans doute un de ses fantasmes... En le quittant le matin il m’a promis de renouveler ce genre de plans qui l’excitait beaucoup et me comblait de bonheur.

Quelques semaines plus tard il m’a fait une nouvelle surprise. Il venait d’acheter un studio pour sa fille de 19 ans et voulait refaire les peintures. Il m’a demandé si je pouvais l’aider. J’ai répondu oui et une heure après j’étais dans le studio. Avant de commencer les travaux il m’a demandé de lui faire une bonne pipe. Ce que j’ai fait avec grand plaisir comme toujours. Vers 17 heures on avait déjà tout fini. Il m’a alors demandé de me mettre en levrette au bord du lit de sa fille et il m’a enculé longuement, sans doute en réalisant encore un fantasme inavouable. On a pris une douche et on est descendu prendre un verre avant de nous séparer.

Quelques temps après sa boite à déménagé en banlieue. On ne pouvait plus se voir aussi souvent qu’à Paris. Juste une fois par semaine, de préférence le vendredi à l’heure du déjeuner. Il réservait une chambre dans un hôtel Formule 1 près de son boulot. J’y allais en voiture et on passait un long moment ensemble. Il rechargeait vite ses batteries et m’enculait plusieurs fois.

Après mon divorce je vivais seul et je pouvais recevoir chez moi. Daniel venait surtout le soir après ses réunions de travail « pour décompresser ». Mais j’avais trouvé aussi pas mal d’autres mecs qui étaient devenus des habitués. De temps en temps j’en réunissais 3-4 pour me partouzer et j’invitais Daniel à y participer. Il se débrouillait toujours pour venir. Au débit ils ne se connaissaient pas mais en me baisant ensemble ils devenaient très complices. Ils me considéraient juste comme un trou de cul et m’imposaient leurs désirs et volontés. J’adorais faire la salope soumise et exécuter tous leurs désirs et fantasmes.

J’allais de moins en mois dans les cinés porno mais je continuais toujours à fréquenter assidûment les saunas. Pour attirer les mecs je me mettais en levrette sur la banquette d’une cabine en laissant la porte entrouverte. Les chercheurs de cul comprenaient très bien ce code et entraient d’eux même sans fermer la porte derrière eux pour que les voyeurs puissent voir le spectacle. Je les suçais les uns après les autres et me faisais enculer à tour de rôle. La plupart des clients du sauna me connaissaient déjà et tous ceux qui voulaient défoncer un cul savaient où me trouver. J’officiais d’habitude dans une grande cabine du deuxième sous-sol pour pouvoir accueillir plusieurs mecs à la fois.

Un jour en sortant de la douche je suis tombé nez à nez sur Alex. Il n’étai pas du tout surpris de me voir là. Il m’avait déjà baisé plusieurs fois dans un sauna à Montparnasse et savait combien j’étais devenu accro à la bite. On est allé prendre un café au bar, puis il m’a amené dans une cabine et m’a baisé longuement avec sa grosse bite épaisse. En retournant au bar il m’a dit que j’aurais 10 fois plus de succès si je me travestissais en femelle. « Ca mettra en valeur tes belles fesses et tes courbes ». Il a même proposé de m’accompagner dans un sexshop à Pigalle pour acheter tout le nécessaire pour me déguiser en femelle. Ce que j’ai accepté volontiers car j’y pensais déjà depuis quelques temps. Il m’a conseillé dans le choix des fringues et des accessoires : perruque blonde, minijupe noire, string rouge, bas résilles, chaussures à talon, bijoux et maquillage, etc. Ensuite on est rentré chez moi pour essayer tout cela. Il m’a aidée à m’habiller et à me maquiller. Puis il m’a demandé de marcher devant lui en dandinant mes fesses comme une pute sur un trottoir. Il m’a félicitée pour mon allure provocante et m’a dit : « Tu fais une vraie salope maintenant. Ta superbe croupe est beaucoup plus excitante dans ta minijupe que nue. Je vais te défoncer tout de suite. Ce sera ma récompense et ton baptême de salope ».

Il bandait déjà très raide. Sans me laisser le temps de lui faire la moindre pipe il m’a poussée sur le canapé, a soulevé ma minijupe, a enduit sa bite de gel, a craché sur mon anus et m’a pénétrée d’un coup sec à travers mon string. Il a joui au fond de moi et en se retirant il m’a dit : « Voilà, tu es maintenant prête pour une longue carrière de salope ; je sens que tu vas avoir beaucoup de succès, surtout avec les blacks qui aiment les fesses blanches et les Arabes qui adorent enculer des salopes comme toi ». Il ne s’était pas trompé. En peu de temps j’ai eu des dizaines de mecs chez moi ou dans les saunas et mon compteur de bites s’est affolé…

Quand j’ai dit à Daniel que je me travestissais en femme, il m’a dit répondu sèchement : « j’aime baiser des mecs, pas des femelles ». Et on ne s’est plus revu.


100% (10/0)
 
Posted by LaraTranny
12 months ago    Views: 1,602
Comments (1)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
11 months ago
plus belle la vie !!!!!!!!!!
:D