Ma première expérience de chienne so

Le rendez vous avec Maîtresse Xaviera est pris, pour le lundi 18 mars à 11 heures. Excitée mais en même temps angoissée, je me demande, comment cela va se dérouler. Je n’ai jamais fais ça auparavant. Il n’y a qu’un petit mois que j’ai envie de devenir une petite chienne. Nous nous échangeons des e-mail depuis une vingtaine de jour maintenant.
C’est enfin le jour J! Je me prépare suivant les exigences reçues la veille: bas, rosebud, cul nu, sous mes vêtements et ongles de main vernis (ceux de mes pieds le sont en permanence), cachés par des gants.
Arrivée sur place, je suis tout de suite mise en confiance par ma Dominante. Je découvre deux grandes valises, mais que peuvent-elles bien renfermer? Je le serais bien assez tôt. Je me déshabille, puis elle m’emmène dans la salle de bains, afin de me rendre toute belle. Je ne peux me voir qu’une fois son travail d’experte terminé.
Très jolie, j’adore, cela révèle bien mon coté de petite chienne soumise.
Ensuite c’est autour de l’habillage , un mini gilet blanc qui se noue sur le devant. Maîtresse ,m’aide à le mettre , je ne sais même pas comment m’y prendre. Pour le bas c’est une micro-jupe rouge écossaise qui laisse bien apparaître mes fesses. Je porte déjà des bas, il ne me reste plus qu’à chausser la belle petite paire d’escarpin noir, des talons d’une dizaine de centimètres, avec le bout ouvert.
Des bracelets en cuir me sont fixés aux poignets ainsi qu’aux chevilles, un collier assorti autour de mon cou. Ma dominatrice me met les bras dans le dos, afin de relier les menottes entre elles à l’aide d’un cadenas. Une ceinture au-dessus des coudes, ainsi il m’est impossible de bouger ces membres. Ceux des chevilles sont eux aussi reliés mais avec un mousqueton, qui ne m’autorise que de petit pas.
Elle m’introduit un bâillon-boule dans la bouche, qu’elle sert bien. Viens maintenant le moment de s’occuper de mes petits tétons , ils sont équipés de pinces japonaises reliées par une chaîne, sur laquelle ma Maîtresse se fait un plaisir de tirer. Puis elle attache une courte laisse au collier et me tire vers le lit superposé, où elle l’accroche, ainsi que la chaînette des pinces. Un petit serre taille blanc est ajusté autour de ma taille, afin de me rendre encore plus désirable. Je peux ainsi patienter pendant que ma Dominatrice se prépare.
Un bon quart d’heure s’écoule, avant qu’elle ne revienne s’occuper un peu de moi.
Elle enfile un gants de caoutchouc, prend une grosse noisette de pommade , au creux de sa main, et m’en enduit les fesses en les malaxant bien. Au début c’est un peu froid mais agréable, sauf que très vite ça se met à chauffer de plus en plus. Maîtresse me susurre à l’oreille : « Ta punition n’est que de 16 coups sur tes petites fesses, mais je tiens à ce que tu t’en rappelle, au moins toute la journée».

Elle retourne dans la salle de bain quelques instants, puis revient assez vite me voir. Un plug noir, dans la main droite et la poire qui l’accompagne dans la gauche. Il est très vite introduit dans mon petit trou tout chaud, puis plusieurs pressions lui font prendre du volume. Je me tortille un peu ,ce qui a pour effet de tirer sur la chaîne des pinces , toujours accrochées sur mes mamelons et reliées au lit. Cela a pour effet de les resserrer sur mes tétons déjà très sensibles. Je reste ainsi, une vingtaine de minutes, le temps que ma Dominante finisse de se préparer.
A son retour, elle joue avec le plug, le sort encore gonflé, le remet, le regonfle, un peu plus et ainsi de suite. Les multiples pressions sur la poire ont pour effet, en plus de m’élargir, de me stimuler bien en profondeur. Cela dur plusieurs longues minutes. Une fois bien dilatée, je suis détachée du lit. C’est alors que ma Maîtresse saisie la chaîne qui relie les pinces entre elles et tire dessus, afin de me conduire devant la chaise où je vais devoir m’asseoir. Elle me détache la ceinture qui me relie les coudes, pour plus de confort. Sur l’assise se trouve un gros gode ventouse de 4.5x20 centimètres, sur le quel je dois m’empaler, pendant qu’elle me filme.
De par son diamètre ,j’ai un peu de mal à le rentrer. En plus il est assez flexible, et pas facile de bien le prendre en main, alors que j’ai encore les menottes dans le dos. Après quelques tentatives échouées, ce coup si, c’est la bonne! Je le sens pénétrer en moi, il me dilate bien, je me l’enfonce doucement, car je ne suis pas habitué à cela. Ce n’est pas du goût de ma Domina qui me presse à tout rentré. Je reste ainsi assise, le gros dard bien en butée dans mon fondement, plusieurs minutes, sous l’oeil attentif de la caméra.
Cette nouvelle étape franchie, voici le moment qui avait motivé notre rencontre. La mise en cage de ma petite chose inutile! Je me trouve debout face à ma Maîtresse, installée sur le lit, la cage à sa droite. Je dois absolument penser à autre chose et ne pas regarder afin de ne pas avoir une érection, ce qui la mettrait en colère. Elle sélectionne la bonne taille pour le cockring, enfile l’étui, puis le cadenas accompagné de son sceau. J’ai réussi à me contenir, ce qui sera automatiquement le cas maintenant.
Mes liens sont libérés, je prend place à mon tour sur le lit, couchée sur le ventre, le postérieur en l’air, deux oreillers sous le torse. Les pinces qui affublent mes tétons se retrouvent coincées, me font souffrir. Ma Dominante me rattache alors les bracelets, mon poignet et ma cheville droite ensemble et pareil pour le coté gauche. Dans cette position, j’ai le cul bien tendu, prêt à recevoir son dû. Une punition de seize coups de paddle acquise lors de mes rapports quotidiens. La première tape tombe sur ma fesse gauche, encore bien échauffée par la pommade, deux, trois ,les coups s’intensifies jusqu’àu huitième. C’est douloureux, puis on passe à la deuxième joue rose, pour arrivé au compte. Elle masse vigoureusement mes fesses, un vrai délice, après la souffrance. Je reste ainsi quelques instants, je ne peux voir ce qui se passe autour de moi, la tête posée sur une serviette tourné vers le mur. &nbs p; Maîtresse reprend le plug gonflable et réitère son petit jeu de dilatation, tout en me malaxant l’arrière train, afin de me préparé à ce qui suit. Cela devient de plus en plus difficile pour mon petit trou.
Ayant bien pris le gode d’une belle taille, auparavant, ma Dominatrice se l’ai mis en strapon.
Elle détache mes liens, de manière à ce que je me mette à quatre pattes. Maîtresse Xaviera enfourne d’un coup, le gros chibre dans mon cul, saisi la chaînette qui pendouille sous mes seins, et tire sèchement dessus, pour que je recule afin de pouvoir bien m’empaler. Cela resserre encore plus les pinces qui me faisait déjà tant souffrir jusque là.
Ensuite elle me retire le baillon et exige que je me retourne, afin de sucer cette grosse queue noire. Je commence par titiller le gland avec ma langue avant de le prendre en bouche. C’est ainsi que commence ma première fellation. Elle prend ma tête avec sa main droite pour m’accompagner et surtout que j’en rentre plus dans ma bouche. Avec la gauche elle tire sur la chaîne de manière a se que les pinces mordent encore plus fort mes mamelons.
Je me repositionne, cul face à ma Domina pendant qu’elle retire son gode ceinture. Elle me le réintroduit un bon coup pour que je le garde un peu en moi. Chose que je n’arrive pas à faire, il fini par terre quelque secondes après qu’elle l’a lâché. Cela a pour effet de fâcher ma Maîtresse. «Tu seras punie vilaine!!! » s’écria t’elle d’un ton très sévère.
Elle m’assoie sur le bord du lit, sa queue est maintenant devant moi. «Suce moi, petite soumise» me dit-elle, toutes en caressant ma blonde chevelure. La bite en plastique n’était qu’un entraînement. Je lèche un peu son gland avant de bien prendre le chibre en bouche. Je commence les vas et viens doucement, tout en pompant. Je la sent qui gonfle et deviens toute dure, j’y met tout mon coeur, afin que ma Dominatrice est un maximum de plaisir. Pendant ce temps, elle commence par me caresser mes petits tétons, encore enserrés, puis s’amuse à jouer avec les pinces. La douleur est immense, déjà plus de deux heures qu’elles sont accrochées là. Malgré ça, je dois rester concentré pour ne surtout pas commettre de fautes dans ma fellation. Une fois mon travail accompli, je suis enfin libérée de ces instruments de torture.
Pour finir Maîtresse Xaviera me fait reprendre la position de chienne qui me va si bien.
Ainsi je peux être punie pour ma désobéissance. Elle remplie de nouveau mon anus du plug gonflable, presse la poire plusieurs fois. Soudain je sens quelque chose me caresser les fesses. C’est la cravache!! J’en reçois une douzaine de coups alternés de caresses, et de pressions faisant augmenter encore plus le volume de cul. Les impacts s’arrêtent quelques secondes.
Ils reprennent de plus belle avec le paddle, encore plus douloureux. Je m’eff***e de ne pas crier sous la douleur. J’ai tendance à ramener mon cul en avant, c’est alors que le sextoys bien gonflé dans mon fondement, est saisi afin de me replacer correctement. Je craque en prononçant le «safe-word» au vingt et unième coup. Le plug m’est enlevé, et notre première séance prend fin après plus de 3 heures passées ensemble.

Je rentre dèsormais vers chez moi, ma petite chose toujours dans la cage, mon cul encore ouvert, mes fesses et mes tétons encore bien douloureux. Ce fut une première expérience incomparable et inoubliable. J’ai pris du plaisir, j’espère que cela fut réciproque.

Soumise Julia.
100% (13/0)
 
Posted by JuliaNuss
1 year ago    Views: 999
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments