La première fessée d'Alexia

Le vibreur de l'interphone se met à crépiter, je décroche le combiné et la douce voix d'Alexia se fait entendre. Je lui ouvre la porte du hall d'entrée et une minute après elle faisait son apparition devant ma porte.
– Bonjour Niala comment allez-vous ?
– Très bien Alexia, mais entrez s'il vous plaît.
On s'embrasse, et j'invite Alexia à s'asseoir sur le canapé. Elle est vêtue de manière très sexy, un Tee-shirt noir très moulant, une mini-jupe blanche et une paire de chaussures noires à haut talons. Elle s'assied sur le divan découvrant très haut ses cuisses racées et bronzées.
– Vous avez bien dormi Niala, malgré l'heure tardive à laquelle on a quitté le restaurant.
– Oui mais très peu, la nuit a été animée car Laura est rentrée avec moi hier soir.
– Ah bon elle était là ?
– Mais elle est encore là, elle se refait une beauté dans la salle de bain.
– Ah ok je comprends !
– Elle à tenue à être présente à votre fessée, sauf si ça vous dérange. Dans ce cas, je lui dirai qu'elle nous laisse seul.
– Oh non ça ne me dérange aucunement au contraire, ça donnera plus de piquants à la fessée.
– Mais je suis impoli, je ne vous ai pas demandé si vous avez bien dormie.
– Comme une marmotte, en ce moment mon mari est en déplacement à New-York, donc j'ai le lit pour moi toute seule.
– Ah bon, je ne savais pas que vous étiez mariée ! Quelle profession exerce t'il ?
– Il est directeur d'une importante société d'import-export, à Paris.
– Très bien, je vous offre un café, un thé, ou autre chose ?
– Oui un café, s'il vous plait.
– Bonjour Alexia, ça va bien depuis hier ? dit Laura en entrant dans le salon
– Oui impeccable et toi Laura ?
– Oui un peu fatiguée, mais ça va, pour me réveiller je vais aller faire le café.
– Si tu veux ma chérie, mais j'allais le faire. Tu rapporteras le lait qui est dans le frigo, s'il te plait ?
– Est-ce que ça vous dérange, si je vous tutoie Alexia ?
– Non pas du tout, mais moi je peux vous tutoyer aussi ? interroge-telle
– Tu es si jolie que je ne peux rien te refuser, c'est d'accord.
– Merci tu es gentil, Niala.
– Pour en revenir à ce qui t'amènes, tu as bien réfléchi, parce qu'après je ne fais pas marche arrière. Quand la fessée débute, je vais jusqu'à la fin ! Mais ne t'inquiètes pas tu verras, ça n'a rien à voir avec une fessée punitive comme tu as vu.
– Oui j'ai bien examiné la question, et je suis prête à franchir le pas. Je suis curieuse et j'aime bien les sensations extrêmes. Et en plus je suis très coquine de nature.
– C'est parfait alors, on boit nos cafés et ensuite on procède à ta fessée. Il faut que je t'explique une chose primordiale, pour que la fessée soit efficace. Tu dois me promettre de m'obéir aveuglément, et de ne pas contester mes ordres. Sans quoi il y a une punition à la clé, c'est d'accord. Tu peux encore refuser, il n'est pas trop tard ?
– Non Niala je te promets sur mon honneur de t'obéir et d'être à ta merci.
– Ok, je vois que tu es décidé et que tu es téméraire.
Laura reviens de la cuisine avec un plateau et les cafés, puis elle nous sert. Ensuite elle prend place sur mes cuisses et m'enlace en me faisant un baiser passionné.
– Alexia, tu sais que c'est un amant merveilleux, les hommes peuvent venir prendre des leçons. Et toi tu devrais essayer au moins une fois ?
– Laura tu ne vois pas que tu la mets dans l'embarras, regarde elle est toute rouge !
– Oh oui excuses-moi Alexia, mais c'est la vérité ! se défend Laura
– Laura si tu n'es pas sage, toi aussi tu vas recevoir une fessée, mais punitive.
– Oui je me calme mon chéri, pardonne-moi.
– Tu vois Alexia, c'est une enfant, un vrai bébé. Mais elle est si mignonne que je lui pardonne tout. Je l'ai connu, elle venait d'avoir seize ans, c'est un amour ma petite Laura.
J'observe Laura du coin de l'œil, maintenant c'est elle qui est toute rouge et Alexia s'en est aperçue. Les filles ont terminées leur café, je me lève et pousse la table de salon un peu plus loin.
– Tu es prête Alexia, surtout soit le plus décontractée possible. Je te préviens avant, je vais te parler avec un ton plus incisif.
– Oui Niala, ce n'est pas grave et tu peux me mettre ma fessée.
Je reprends place sur le canapé et d'une voix sèche.
– Lèves-toi Alexia, et vite ! Viens devant moi, je vais retirer ta jupe et baisser ta petite culotte.
Alexia s'avance vers moi, pas trop rassurée et impressionnée par mon changement de ton. Je fais glisser sa fermeture éclair qui est sur un côté de sa mini-jupe. Puis je descends celle-ci à ses chevilles. Elle porte un mignon petit string noir, que lentement j'abaisse à ses genoux. Je la regarde dans les yeux et je devine son anxiété. Mes yeux descendent le long de ce corps magnifique et s'arrêtent à hauteur de son pubis, où une petite toison brune, bien taillée, recouvre sa peau dorée. Je passe doucement ma main sur son petit ventre et sa peau frisonne. Elle est très réceptive et non farouche, la coquine.
D'un geste rapide, je la bascule sur mes genoux et une admirable paire de fesses m'est offerte. Je caresse lentement ses deux fesses, sa peau est d'une douceur incroyable. Laura n'en perd pas une miette.
– Tu as un très beau cul, Alexia et très excitant !
– Merci bien Niala.
– Tu vas recevoir une première série de dix claques, ensuite il y aura deux autres séries. Sauf si tu n'es pas sage, à ce moment-là je te mettrai une fessée supplémentaire, mais je te ne le souhaite pas ! Oui, j'ai oublié de te dire que pendant la fessée, tu me vouvoies et tu me dis Monsieur. A partir de ce moment je veux le silence, si tu veux prendre la parole, tu lèves le doigt.
– Oui monsieur.
Je commence la fessée en claquant alternativement ses deux fesses, mais avec modération. Je prends mon temps et entre deux claques, je masse doucement ses fesses fermes et charnues. Avant chaque coup, ses muscles fessiers se crispent harmonieusement. Quel plaisir que de fesser un si superbe cul. Sa peau à de jolis reflets ambrés, qui font ressortir toute sa beauté. Quand les dix coups sont donnés, ses fesses ont prisent une belle couleur rosé
– Debout et regarde-moi dans les yeux !
– Non ne baisse pas les yeux, je sais que tu as honte et que tu es humilié, mais tu as choisis ton sort. Et quand je donne un ordre, je n'ai pas l'habitude que l'on me désobéisse. C'est le premier et le dernier avertissement avant la punition, c'est bien compris ?
– Oui monsieur, excusez-moi.
– Oui c'est préférable pour tes fesses, ça serait malheureux de les martyriser. A présent tu vas te tourner, poser tes deux mains sur la table basse, puis ressortir ta croupe, exécution !
Elle prend la pose et de ma place je peux admirer non seulement ses fesses, mais sa vulve rasée. Je me lève du canapé et je vais caresser délicatement ses fesses. Bien sûr en laissant mes doigts vagabonder sur son sexe lisse. Je me tourne vers ma petite Laura, qui m'adresse un sourire malicieux.
– Je vais t'appliquer une deuxième série, mais je ne te dis pas le nombre de claques. Ça sera en fonction de mon humeur. Tu es d'accord ou pas ?
– Oui monsieur, je n'ai pas d'autre choix que de vous obéir.
Et la deuxième série débute en douceur, avec des massages entre chaque claque. Je change de position, puis je viens placer ma main gauche sur son bas-ventre et de l'autre, je claque ses deux hémisphères rebondis. Quand je juge que sa peau à prise une belle couleur rouge, je cesse la fessée.
– Voilà pour la seconde série, Madame !
De nouveau, je vais prendre place sur le canapé et donne l'ordre à Alexia de venir se poster devant moi.
– Pour la dernière partie de ta fessée, je vais t'humilier davantage en te déshabillant complètement. Oui Alexia je t'écoute :
– Mes fesses commencent à me brûler monsieur, ça me cuit beaucoup.
– Tu es une petite douillette, il fallait réfléchir avant, maintenant il est trop tard !
– Oui monsieur, vous avez raison, j'ai mérité cette fessée.
– Oh oui et ne bouges pas, que je te retire ton Tee-shirt !
Son maillot retiré, sa superbe poitrine n'attend plus que le moment d'être libérée. Mes bras ceinturent son torse, puis je dégrafe son soutien-gorge noir à balconnets. Et je dénude deux superbes seins gonflés et pulpeux, qui se tiennent fièrement perchés sur ce corps si harmonieux. Je m'adosse au mur pour contempler cette merveille de la nature. Laura me regarde et sent bien que son corps va m'appartenir dans peu de temps. Heureusement ma petite chérie est très tolérante. Elle accepte volontiers que je fasse l'amour à une autre femme en sa présence. Elle me chuchote à l'oreille « Elle te plait cette petite salope, je vois que tu l'apprécies beaucoup ». De la tête je lui fais signe que oui. C'est vrai que cette femme est très attirante. Tous les hommes rêveraient de faire l'amour à une femme possédant un corps aussi fascinant que le sien.
– A nous deux ma cocotte, je vais m'occuper de tes fesses ! Viens t'asseoir entre Laura et moi, et laisse-moi faire.
Elle s'approche et vient timidement se mettre entre nous deux. Je lui saisi les épaules, je la bascule, et j'allonge son dos sur mes cuisses. Ensuite avec mon bras, je lui replie les jambes vers sa tête.
– Laura, glisse un coussin sous ses fesses, s'il te plait ?
– Merci ma chérie !
Et lentement je claque chacune de ses fesses, elle commence à pousser des petits cris à chaque claque. Au bout de quelques minutes elles sont d'une belle couleur rouge foncé sur sa peau mate. Mes massages sont très appréciés de la jeune femme, car elle ondule son corps empli de volupté.
– Je vais procéder à la fin de ta fessée ! Tu écartes bien tes cuisses pour que ta chatte soit bien ouverte. Pendant que je claque l'intérieur de ses cuisses, Laura s'affaire sur le cul d'Alexia. Et commence un fisting en règle. Elle a déjà introduit deux doigts dans l'anus de la belle Quelle petite perverse, me dis-je ! De mon côté j'ai cessé la fessée et je suis en train d'exciter son clitoris. Ses cuisses sont grandes ouvertes et sous l'excitation des ses deux organes, elle commence à mouiller abondamment. Elle émet des gloussements de plaisirs.
– Han ! Oui continuez, c'est trop bon.
Petit à petit sa respiration s'accélère, elle ondule son corps langoureusement, en laissant échapper des petits soupirs érotiques.
– Oh oui, oui, oui, c'est bon, oh mon dieu !
Son corps est agité par des spasmes et elle atteint un orgasme intense. Elle jouit sans aucune retenue la coquine. Puis elle reste inerte dans cette position, je la laisse reprendre ses esprits. Ensuite j'allonge ses jambes, puis je caresse son corps des pieds à la tête.
– Relève toi ma cocotte et viens t'asseoir sur mes cuisses. Elle obtempère sans aucune réticence, et vient m'enlacer et me donner un magnifique baiser sur les lèvres.
– Tu as pris un sacré pied ma cochonne ! Voilà ta fessée est terminée, comment as-tu trouvé cette nouvelle expérience ?
– Oh merveilleux Niala, malgré que j'aie les fesses en feu. C'est une sensation que je n'avais jamais éprouvé auparavant. Bien sûr j'ai ressenti beaucoup de honte et d'humiliation, surtout au début. Mais en même temps une jouissance inconnue et indéfinissable. Si bien qu'au bout d'un moment, on se laisse martyriser avec bonheur. Et j'étais sous ta domination, sans pouvoir y renoncer.
– Quel bel éloge de la fessée que tu as reçu. Et est-ce que tu recommencerais ultérieurement ?
– Oui sans aucun doute, je serai prête à réitérer dans un avenir proche.
– Pas de problème tu as maintenant mon téléphone et tu peux même convertir tes amies et copines. Je ne t'ai pas posé cette question, est-ce que tu travailles ?
– Oui Niala, je suis secrétaire de direction du P.D.G. de la banque de France, à Paris.
– Ok, bravo ! C'était juste par curiosité. Mais on n'est pas au travail et pour adoucir tes petites fesses je vais te prodiguer un massage apaisant. Ne bouges pas, je te porte sur mon lit.
– Et hop ! Comme un bébé, ma cocotte ! Laura, tu peux ouvrir la porte s'il te plaît !
Je la dépose délicatement sur mon lit et elle reste allongée les bras en croix.
– Ma chérie tu peux commencer à la masser pendant que je vais chercher l'onguent.
– Encore une question Alexia, tu fais du bronzage intégral à ce que je vois ?
– Oui, je me mets nue sur ma terrasse.
Ma curiosité étant satisfaite, je me lave les mains et je cherche dans l'armoire à pharmacie la crème. Ensuite, je reviens dans la chambre, Laura est en train de lui caresser doucement les fesses, pendant que son autre main s'est glissée entre les cuisses d'Alexia. A son air elle affectionne la main habile et délicate de Laura.
– Tiens prends la crème ma chérie, je vois que tu as trouvé une occupation avec son minou !
Je la laisse faire, car elle s'y prend très bien pour exciter à nouveau les sens d'Alexia. Les filles sont très douées dans ce genre d'exercice. Elles connaissent mieux que les hommes, les zones les plus érogènes. Elle me sourit et me fait signe que Alexia à l'air d'apprécier.
– Alexia tu ne bouges pas il faut laisser le baume agir cinq minutes.
– D'accord Niala, je suis soumise à ton bon vouloir et aux doigts magiques de Laura.
Quand ma petite chérie a terminé, je lui fais signe de venir avec moi. Je l'emmène dans la salle de bain et je l'embrasse goulument.
– Je vois qu'elle te fait un drôle d'effet, elle te plait beaucoup ? me dit-elle
– Oui je te l'avoue, je suis attiré vers elle comme par un aimant. Tu sais bien que je suis amoureux de toutes les jolies femmes. C'est d'ailleurs pourquoi je t'ai choisi, car tu es très belle et je ne regrette pas mon choix.
– Toujours aussi flatteur, espèce de salaud !
– Oui ma chérie ! Ouvre grandes tes oreilles, quand je te ferai signe tu prendras dans le tiroir de ma table de nuit, le petit vibro-masseur. Tu le prends et tu lui travailles bien l'anus, s'il le faut il y a un tube de gel. Tu sais les mettre en marche ?
– Oui il faut tourner à l'embase, c'est ça ?
– Oui c'est ça, mais je vois que mademoiselle à l'habitude de ce genre de joujou !
– Arrêtes, tu me fais rougir !
– Oui, oui, petite saint nitouche, ensuite à mon signe, tu m'enfiles un préservatif. Tiens prend celui ci, sans quoi il y en a d'autres dans la table de chevet.
– Parce que tu comptes la baiser plusieurs fois ?
– C'est une éventualité, mais il faut aussi que je m'occupe de ton petit cul, ma chérie.
– Salaud, baiseur, mais je t'adore !
Elle me fait un baiser enflammé, qui dure presque une minute.
– Je te dirai sur place que faire, viens on y retourne.
– Je suis prête, on y va.
– Alors Alexia, tes fesses comment vont-elles ?
– Ça va beaucoup mieux, c'est très efficace ta pommade, tu me donneras la marque ?
– Ok, met-toi sur le dos, s'il te plait Alexia. Laura tu te déshabilles entièrement, je ne te demande pas de retirer ta petite culotte, tu n'en mets jamais quand il fait chaud.
– Je constate que tu n'as pas oublié ce détail !
– Non jamais ce genre de chose ma chérie.
Elle ôte son top, ainsi que sa petite jupette rouge. Elle me regarde en passant une main entre ses cuisses.
– Maintenant que tu es nue Laura, tu te mets sur Alexia et tu lui fais un massage avec ton corps, comme tu sais si bien le faire !
– Oui mon chéri, à tes ordres !
Je retire mon Tee-shirt et je m'assieds sur un bord du lit. J'admire ces deux corps splendides se tortiller, onduler, ondoyer l'un contre l'autre. Quel magnifique tableau, d'ailleurs je vais chercher mon appareil photo et j'immortalise cet instant magique. Elles dégagent toutes les deux, un érotisme fantastique. Pour érotiser davantage ce moment, je mets le concerto d'Aranjuez. La musique douce avec ces deux femmes qui s'enchevêtrent, semble venir d'ailleurs. Elles se couvrent de baisers mutuellement et se rendent les caresses.
J'arrête la musique et je m'approche de ces deux corps de femmes.
– Maintenant je vais m'occuper de ta petite chatte, Alexia et ensuite de la tienne ma chérie. Ca te tente ce plan, Alexia ?
– Oh oui prend moi s'il te plait ne me fait pas trop languir, c'est trop cruel ! s'exclame-t-elle
– Oui ma cocotte, mais il faut prendre son temps, tu connais l'adage : Plus c'est long....Donc ça va venir, sois patiente. Pour commencer, place-toi au bord du lit en position de levrette.
La position est parfaite, et je débute par un cunnilingus endiablé, ma langue titille son clitoris, tourne autour, va se perdre dans son vagin et ressort. Sa croupe ondule sous l'effet du plaisir. Laura lui pelote les seins et suce ses tétons. Je lui fais signe de prendre le petit gode et de lui introduire dans l'anus. Tout de suite je me rends compte que le bonheur d'Alexia va crescendo. Laura manie à merveille le petit godemichet. Quand ma partenaire est bien chaude, je déboutonne mon Jean, (Je n'ai pas mis de slip pour l'occasion) à ce moment Laura m'enfile avec dextérité le préservatif et j'introduis mon sexe tendu à l'extrême dans son vagin. Elle mouille tellement qu'il pénètre sans difficulté, je prends ses hanches à deux mains, puis je la besogne consciencieusement. Au début doucement et ensuite j'augmente la cadence progressivement. Voilà dix bonnes minutes que je baise cette femme exquise et je me dis que j'aie beaucoup de chance.
À l'aide de sa main gauche, Laura caresse le clitoris d'Alexia. L'excitation de la jeune femme est à son comble, sa respiration s'accélère, elle crie, hurle même.
– Que c'est bon continu, oh, han, oui, oui, encore...encore ! murmure-t-elle
Je poursuis pendant un petit moment ainsi. Puis je lui mets de vrais coups de boutoir et j'enfonce ma bite à fond. À ce moment elle explose de plaisir, elle jouit d'une manière intense, elle ne s'arrête plus de crier, l'orgasme est dans toute ampleur. Excité par son plaisir, je libère mon sperme dans son sexe. Le plaisir d'Alexia, s'estompe graduellement et je me couche sur ses reins lui prenant les seins. Nous restons dans cette position de longues minutes. Je regarde ma petite Laura, qui doit se sentir lésée, de n'avoir pas eu de plaisir, mais je lui dis :
– Ne t'en fais pas ma petite chérie, on va prendre une consommation et ensuite je m'occupe de tes petites fesses. Laisse-moi recharger mes batteries ! Tu as déjà eu cette nuit plusieurs acomptes, alors soit patiente. Viens me voir pour que je te donne un baiser !
– Elle s'avance à quatre pattes sur le lit et je l'embrasse passionnément.
Je me retire doucement du sexe d'Alexia, quel pied elle a prit et moi aussi d'ailleurs. Je retourne le corps d'Alexia et je m'allonge sur elle. Je l'embrasse longuement, tout en caressant sa poitrine. Nous restons dans cette position dix bonnes minutes encore, ensuite je m'allonge sur Laura et l'embrasse également en caressant ses seins. Sur ce point de vue, il n'y aura pas de jalousie. Ensuite je les prends toutes les deux par la main et je les mène à la salle de bain.
– Laura tu vas m'aider à laver le corps de cette belle jeune femme.
– Mais tu es amoureux ma parole ?
– Je ne sais pas, mais je suis sous son charme c'est vrai, elle m'a envouté, la coquine. Mais mes sentiments pour toi son toujours aussi fort ? Ne t'inquiète pas ma chérie, je ne t'oublie pas, tu sais bien que je sais me partager entre plusieurs femmes.
– Ah tu me rassures, espèce de vieux cochon !
Je porte Alexia par-dessus la baignoire et nous la douchons, savonnons et rinçons. Pendant que Laura rince la baignoire, moi j'essuie avec amour ce corps sublime.
– Voilà, Madame est toute propre, en connaisseur je peux te dire que tu es très belle, fascinante et divine.
– Merci tu me combles, tu es un amour, Niala.
Laura me rapporte les vêtements d'Alexia et je la rhabille.
– Alexia je garde en souvenir ton string, excuse-moi, mais j'ai l'habitude de confisquer les petites culottes des femmes que je fesse.
– Non, je t'en fais cadeau, mais sans indiscrétion tu pourrais me dire combien de petites culottes as-tu ?
– Oui ce n'est pas un secret, je dois en avoir une bonne centaine.
– Ah oui, quand même, tu es un vrai spécialiste ?
– Oui si tu veux, mais je ne fesse et ne baise que les belles femmes. Allez venez les filles, on va se désaltérer.
Laura avait enfilée un peignoir et elle me prend la main.
– Prenez place, on va boire un coup ça ne va pas être du luxe de cette chaleur.
– Attends chéri, je vais faire le service, assieds-toi et reprend des f***es pour la suite.
Elle nous demande ce qu'on désire boire, puis nous sert les boissons bien fraîches. Alexia veut prendre la parole.
– Je vais vous avouer que jusqu'à ce jour, je ne pouvais pas imaginer que c'était possible de prendre un plaisir aussi intense. Je n'ai jamais pris un pied pareil de toute ma vie, c'est inoubliable, quel orgasme j'ai eu !
– Arrête Alexia, tu vas me faire rougir, mais ma petite chérie m'a beaucoup aidé.
Laura intervient dans la conversation.
– Mais tu sais Alexia, Niala serait capable de faire monter aux rideaux, une bonne sœur à la libido atrophiée.
On éclate de rire de l'exemple de Laura.
– Ma chérie tu exagères un peu quand même. Arrêtez les compliments les filles, vous me gênez !
– En tous cas, à la vôtre mes jolies !
– A la tienne Niala.
– A la tienne mon chéri.
– Merci, jeunes amantes passionnées !
– Si tu veux Alexia tu peux aider Niala pendant qu'il me fait l'amour. Au contraire ça mettra plus de piquant, tu veux bien ?
– Oui avec plaisir Laura, je m'occuperai de vous deux.
– D'accord Alexia tu es sympa, mais je le laisse récupérer un peu avant c'est normal.
– Oui merci ma chérie, je n'ai plus vingt ans malheureusement et la période réfractaire est plus longue.
– Mais Niala qu'est-ce que ça devait être avant, tu es déjà très performant ?
– Peut-être Alexia, mais avant je n'avais pas cette expérience et je connaissais très mal le corps des femmes. Pour en revenir à toi Laura, veux-tu que je nettoie le vibro-masseur, tu en auras besoin ?
– Ben oui mon chérie, ça me plairait bien, tu sais !
– Ok mademoiselle, je pars le nettoyer de suite. A tout de suite mes chéries.
Je nettoie et je désinfecte à l'alcool le gode.
– En piste les filles venez dans la chambre, à moins que Laura veux être fessée ?
– Non mon chéri pas aujourd'hui, une autre fois si tu veux ? Fais-moi l'amour c'est tout ce que je veux.
– Parfait, aucune objection, tu es libre de tes fesses ma chérie.
Nous pénétrons tous les trois dans ma chambre et le scénario d'amour avec Laura est sensiblement identique à celui qu'Alexia à vécu. A quelques exceptions près, pour exemple ma petite chérie a débuté par une fellation grandiose. Et pendant que je baisais Laura, Alexia me léchait les couilles avec avidité. Quand la petite séance est achevée, nous avons douché la demoiselle et de nouveau nous voici sur le canapé.
Alexia est à ma gauche et Laura à ma droite, me dit :
– Tu dois être content aujourd'hui, tu nous as baisé toute les deux. Et parfaitement, je dois l'avouer, tu nous as soigné, rien à redire.
– Oui je suis satisfait et vous m'avez vidé les couilles, les filles ! Mais c'est tellement bon et agréable. Et toi Alexia, tu as un très bon coup de langue !
– Mais ne rougis ma cocotte ?
– Si, tu me mets la honte, Niala ! répond Alexia, gênée
Il est déjà vingt heures et tout ça m'a donné une faim de loup ! Je vous emmène au restaurant, vous êtes d'accord ?
– Oui si tu veux mon chéri.
– Et toi Alexia ça te dit ?
– Oui Niala, de toute façon je ne travaille pas demain.
– C'est magnifique, on va boire tranquillement l'apéritif ici et ensuite on y va. Laura après tu rentres chez toi ou tu dors ici ?
– Non je dors ici si tu veux de moi, demain je ne travaille pas non plus ?
– Ok, ma chérie, mais si ça te fais plaisir Alexia, tu peux rester là également ?
– J'en serai ravi, car tu m'excites beaucoup et je désirerai refaire l'amour avec-toi et Laura ? Tu m'as tellement rendu heureuse. Ça va devenir une drogue, de toute façon je reviendrai te voir, tu peux en être certain. De plus je demeure à côté de chez toi, c'est très commode.
– Mais tu as ton mari et ça ne te gênes pas ?
– Oh tu sais Niala, on est marié depuis sept ans et avec son métier il est souvent à l'étranger. Puis je dois être trompée depuis longtemps. Ca n'empêche pas que je l'aime beaucoup et lui aussi d'ailleurs.
– Ah bon si c'est comme ça, c'est très bien et puis après tout ce ne me regarde pas.
– Niala, j'ai une question qui va te sembler étrange ?
– Vas-y Alexia pose ta question, je jugerai.
Voilà ! La fessée que tu m'as mise, m'a procuré des sensations inconnues. Mais je voudrai savoir si le fesseur, ou la fesseuse ressentent aussi des sensations nouvelles ?
– Oui bien sûr, mais ce ne sont pas les mêmes, elles sont différentes.
– Dans ce cas je désirerai aussi les ressentir et est-ce que je pourrai te mettre une fessée soft, pas aujourd'hui bien sûr ?
– C'est bien la première qu'on me pose cette question et ma réponse est oui pourquoi pas. Tu sais je suis prêt à toutes les expériences de ce genre.
– Tu es vraiment sympa Niala, et tu pourrais venir chez moi demain ?
– Oui si tu veux, mais à quelle heure ?
– Dans la soirée disons vers dix huit heures, car j'ai un rendez-vous chez mon dentiste et avant j'ai des courses à faire. Je partirai d'ici demain dans la matinée.
– Et bien c'est d'accord mon trésor, je serai chez toi vers dix huit heures.
– Tu ne fais pas faux bon Niala ?
Laura se joint à la conversation et dit à Alexia.
– Moi demain je ne serai pas là, car je déjeune demain midi avec ma maman. Mais si Niala te dit qu'il viendra, tu peux en être certaine. Il n'a qu'une parole, ne t'inquiètes pas pour ça !
– Et bien c'est parfait.
Ensuite nous avons absorbé notre apéritif, puis et nous sommes allés un restaurant de Paris. Après le repas, je suis rentré tranquillement en compagnie de mes deux amantes. Nous avons discutés un peu et nous nous sommes couchés. De nouveau la nuit s'est avérée très torride, ce sont deux maîtresses passionnées et ardentes. Et le matin venu, mes deux chéries sont reparties chez elles.


Dark-men
100% (6/0)
 
Categories: First TimeTaboo
Posted by Dark-men
1 year ago    Views: 1,007
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments