Mes aventures avec Samantha et Marguerite (part. 1

Toute cette histoire est vraie, je n'ai rien inventé, rien enlevé.
Les prénoms ont été changés et aucuns lieu réel n'est révélé pour l'anonymat.
J'ai juste romancé un peu mes propos. Le but n'étant pas d'ajouter des fantasmes à la réalité, je place ce texte ici dans le but de vous faire partager cette excellente expérience que j'ai faite, pour m'en décharger et vous en faire profiter.
Cette histoire s'est passée sur la durée d'une année scolaire entière. C'est mon histoire, ma descente dans l'enfer de la luxure et un réel plaisir de repenser à tout ça.




Partie 1: Jeux interdits à l'école

Comment tout a commencé? Pour poser les bases, j'avais une copine assez récente mais avec qui ma relation manquait clairement de piquant. Le jour où les choses ont changé c'était en 2007, je commençais un nouvel apprentissage dans une école spécialisée. C'est le premier jour même de l'arrivée à l'école que j'ai flashé sur Samantha. Elle était grande, de longs cheveux bruns lui arrivant jusqu'au milieu du dos, des très gros seins, impressionnants, mais en plus de ces magnifiques aspects physiques, elle avait un visage très doux et des yeux sombres lui donnant un air mystérieux qui me rendaient dingue. Etait-ce de l'amour? Encore aujourd'hui, je ne saurai pas vraiment vous dire… Mais j'étais très attiré par cette fille.

Malheureusement, il semblait qu'elle était une de ces filles très timide, difficile à atteindre, et je dois dire que le fait d'avoir eu une nouvelle copine récemment me retenait à l'idée de faire un premier pas quelconque vers elle. C'est plusieurs mois plus tard, lors d'un cours exceptionnel donné par un instructeur externe, que je me suis lié d'amitié à elle. En fait j'avais été placé à côté d'elle par l'instructeur et je la matais de temps à autre, toujours impressionné par sa poitrine. C'est en écoutant une conversation qu'elle avait avec sa camarade sur sa droite que je fus un peu choqué et amusé. Marguerite, une fille métisse un peu fluette, avec des cheveux noirs tressés-plaqués sur la tête, éclatait de rire avec elle toutes les 5 minutes. En fait le premier mot que j'ai entendu de leur conversation fut "orgie". Etant très pervers, je leur jeta un regard interrogateur et très amusé. Samantha se retourna vers moi, voyant que Marguerite me regardait en riant. On éclata de rire tous les 3 et Samantha m'expliqua de quoi elles étaient entrain de parler.

- Enfait, on sait pas pourquoi mais on était entrain d'imaginer une orgie avec tous les membres de la classes et on imaginait qui avait quel poste.

Je haussais les sourcils et éclatais de rire à leur délire bizarre, mais ce que je savais pas c'est que j'allais bientôt devenir comme elles.

A partir de ce moment, je devins très proche des deux filles, à la base j'étais surtout collé à Samantha mais Marguerite étant la meilleure amie de Samantha, je me la coltinais aussi. Enfait, plus je passais du temps avec elle, plus je l'appréciais aussi cette métisse. Les filles que j'avais cru coincées et timides cachaient en fait très bien leur jeu et étaient de réelles coquines. Mais sexuellement, elle n'avait pas le panache de Samantha, autant au niveau physique qui était relativement plat et morne, que mentalement, Marguerite se mettant constamment un peu en arrière lorsqu'il s'agissait de parler cul. D'ailleurs bientôt nos conversations à nous 3 devinrent toujours plus axé sur le sexe, on se lâchait carrément, on parlait de tout, sans tabou. Je me sentais devenir de plus en plus axé dessus et ce n'était pas désagréable ma foi.

Les choses devinrent vraiment bizarre à partir d'une pause de midi. Il n'y avait pas beaucoup de monde et on parlait encore de cul. Marguerite se vantait d'être une as du lit et imitait des sons cochons. Pour ma part je me vantais de bien savoir utiliser mes doigts sur les filles, compliment qui m'avait très souvent été fait. Samantha me mit au défi en une phrase très simple, elle ricana et dit:

- Ha! Ca reste à prouver!

Je lui répondit que si elle voulait je pouvais vite lui faire une petite démonstration. Elle ricana encore en me disant

- Tss! T'oseras jamais.

Je répondit que oui. Elle me lança:

- Ok, vas-y!

Malgré les quelques personnes sur les tables autour, elle me défiait de la toucher. Bon, je n'osait pas trop, alors je me suis levé et discrètement, j'ai glissé mes mains sur son torse et très rapidement pelotté sa poitrine de rêve, depuis le temps que j'en rêvais! Mes mains s'enfoncère dans la chair douce et ferme, ses seins étaient magiques au toucher. Samantha a eu un petit sursaut, elle ne devait pas s'attendre à ce que je le fasse vraiment. Personne ne semblait avoir remarqué ma petite manipulation osée et je me rassis à côté d'elle. Je lui demandais ce qu'elle en avait pensé.

- Ouais pas mal j'avoue, répondit-elle un peu gênée.

Elle était trop mignonne. Mais alors que je savourais ma victoire intérieurement, Marguerite m'interrompit pour me lancer:

- Montre-voir ça!

Là ça devenait du délire, surtout que Marguerite était assise en face de moi et Samantha, dos à nos camarades sur la table d'à côté. Je n'aurais jamais pu aller lui pelotter la poitrine sans que nos camarades juste derrière elle ne remarquent mon petit manège. Du coup j'eus une autre idée et le dit à Marguerite:
- Attends, ça va pas le faire, on va faire autrement.
Sans bouger de ma place je glissais mes deux mains sous la table à manger et les fis glisser rapidement sur les genoux de la jeune métisse. Elle me fit un sourire coquin pour mon geste audacieux, mais en fait je n'arrivais pas à lui caresser les cuisses: mes bras étaient trop courts. Alors j'enleva lentement et discrètement mes chaussures en utilisant mes pieds l'un après l'autre. Je fis glisser ensuite mon pied droit sur la cheville de Marguerite et entreprit de lui caresser le bas de sa jambe. Elle aimait beaucoup et soudain je sentis son autre je venir glisser à son tour contre la mienne (celle qui ne bougeait pas). Je lui souris également et nous commençâmes à jouer à se faire du pied tandis que Samantha à mes côtés semblait ne pas comprendre. Dans ma course à l'excitation avec la petite métisse, je me mettais à remonter le long de sa jambe et je glissais le long de sa cuisse, ma jambe tendue sous la table et mon érection devenant presque désagréable dans mon pantalon. Et à ce moment précis, sans me retenir plus, j'appuyais mon pied sur son entrejambe. Marguerite se plia en avant en soufflant et laissant échapper un petit "ah". Samantha ne put que remarquer et posa son regard sur mes jambes. Elle remarqua mon érection et compris notre petite manipulation. Elle ricana, prit ses affaires et... fit le tour de la table pour se poser aux côtés de son amie! Je m'amusais donc dès cet instant à glisser mes pieds contre leur jean, frottant leur intimité, juste cachés par la table aux yeux de tous. Et nous le fîmes presque toute la pause de midi.

Dès lors on remettait ça de plus en plus souvent. Pendant que nos camarades mangeaient à nos côtés sans se douter de rien, et pourtant nous n'étions pas discrets, j'ôtais doucement mes chaussures et je frottais délicatement mes pieds sur les jambes des deux jeunes femmes en face de moi. Si Samantha semblait très gênée et excitée par mes pieds lorsque je les faisais glisser près de son pubis en remontant ses jambes, Marguerite en revanche semblait vraiment apprécier la situation, apparemment elle aussi très excitée. Une de nos camarade semblait avoir vu Marguerite fermer les yeux et gémir et lui lançait des regards interrogateur tandis que je continuais ma manipulation. Mes pieds frottaient leur deux chattes alors que certains de nos camarades étaient entrain de manger a la même table, la situation était vraiment très excitante. Je sentais la chaleur de leur zone intime augmenter et leur deux visages se concentrer pour rester stoïques, je jubilais!

Samantha semblait se lasser de ce petit jeu ou du moins n'en redemandait pas forcément mais Marguerite, elle, avait vraiment pris goût à cet étrange rituel et si je ne faisais pas le premier pas, c'était son pied à elle que je sentais venir glisser sur mon pantalon et exciter mon entrejambe. Et comme elle me faisait signe, eh bien je relançais notre petit jeu et Samantha ne voulant probablement pas être mise de côté entrait dans la partie à son tour. Le jeu m'excitait de plus en plus, et j'en voulais plus.

Un jour où nous avions la visite de la prévention routière, nous fûmes placés dans une salle spéciale prévue à cet effet, les bureaux arrangés en U. Je m'assis évidemment entre mes deux coquines préférées mais très honnêtement je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il se passe quoi que ce soit. Alors que le cours avançait, Marguerite, apparemment toujours en ébullition par rapport aux derniers attouchements de midi, se mit à me caresser la cuisse gauche (elle était assise à ma gauche). Évidemment, c'était de nouveau de la pure provocation. Je regardais rapidement alentours: les camarades d'à côté semblaient vraiment passionnés par le cours mais ils représentaient quand même un danger considérable. Enfait ce qui me gênait le plus c'était les camarades d'en face car les tables étaient relativement basses, certes, mais il aurait suffit que l'un d'eux remarque quelque chose et baisse un peu la tête pour avoir clairement une vue sur le bas de mon corps et de celui de Marguerite. Mais bon, ce que je prévoyais de faire était encore faisable et discret. Je pris mon courage a deux mains et tout en feintant de suivre le cours, je fis glisser mes doigts le long de cuisse droite et remonta lentement. Je fit glisser ma main jusqu'à son pubis et là je caressa lentement de haut en bas puis de bas en haut la zone intime de la petite métisse. Elle se plia en avant sous l'effet de ma caresse et entrouvrit un peu la bouche pour souffler. A cet instant précis, j'imaginais sa chatte qui devait être détrempée et je me mis à bander comme un taureau. Samantha sur ma droite avait bien compris ce que je venais de faire et me fit un sourire provocateur qui aurait pu signifier "cochon va!" Sans demander son avis et sous l'effet de l'excitation je posais ma main droite sur la cuisse de Samantha et entreprit de lui caresser également la chatte a travers son pantalon. Imaginez un peu la situation, je devais faire semblant d'être concentré sur le cours et de ne rien faire alors que mes doigts glissaient sur deux chattes, certes protégées par des jeans, mais desquelles je sentais très clairement la chaleur et l'humidité augmenter. L'arrivée imminente d'un responsable du cours pour nous distribuer des feuilles mit fin à cet intense moment d'excitation et nous finîmes par retourner à nos occupations plus scolaires.

Mais nous en voulions plus, beaucoup plus, et nous allions en avoir plus!
92% (12/1)
 
Categories: MasturbationVoyeur
Posted by DarKei
3 years ago    Views: 1,060
Comments (3)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
2 years ago
Vivement la suite :) J'adore !
3 years ago
Trop bandant serieu merci
3 years ago
J'adore ! Terriblement excitant ! SVP la suite !!!!