A votre service - Episode 2

Ce qu'il faut savoir des épisodes précédents pour comprendre celui-là: Ryan Summers a commencé à travailler pour l'entreprise de services privés "Clean & Co" et ses premiers clients furent la famille Bocquet, dont la maitresse de maison, Jenna Bocquet, lui a fait profiter d'une expérience sexuelle sans précédent, le forçant à coucher non seulement avec elle-même, mais aussi une jeune femme masquée et déguisée en femme de ménage, dont le jeune homme ne connut même pas l'identité. Rentré chez lui, Ryan ne put s'empêcher de raconter cette histoire à son meilleur ami, John et on apprit que John couchait avec la fille que Ryan convoitait à l'université: Mélanie Trigerman…


Episode 2: L'erreur de Mlle Reigner


Ryan se réveilla tôt le lendemain de sa première journée de travail mouvementée et sa queue lui faisait mal tant elle était tendue. Le jeune homme remarqua alors quelque chose d'étrange. Son caleçon était baissé jusqu'à ses genoux et celui qu'il avait utilisé le jour précédent n'était pas rangé dans son bac à linge sale et trainait par terre. Il réfléchit. Il était pourtant sûr de l'avoir rangé et cela lui semblait un peu bizarre, surtout il n'avait pas le souvenir de s'être masturbé ou d'avoir descendu son caleçon actuel pendant la nuit. Il haussa les épaules, remonta son caleçon et se leva. Il sortit de sa chambre rapidement avec des habits propres dans les mains en direction de sa salle de bain qui était en face de sa chambre au fond du couloir.
Il poussa rapidement la porte et entra dans la petite pièce à l'odeur parfumée de shampoing. Il s'arrêta net, le rideau de la baignoire était tiré et il reconnut les habits de sa mère sur l'étagère.
- Ryan, c'est toi? Questionna celle-ci sous le filet d'eau en penchant sa tête derrière le rideau.
- Oui, répondit le garçon en voyant le visage de sa mère dépasser du tissu imperméable, désolé je pensais que tu dormais encore.
- C'est rien, c'est rien!
Ryan fixa soudain son regard sur le string rose de sa mère et eu un violent flashback de la soirée précédente. Il se rappela à quel point la belle Jenna Bocquet était sexy et à quel point c'était bon de voir son cul rebondir sous ses accoups, et la salope de bonne masquée qui avalait les bites comme des hot-dogs. Lorsque la tête de sa mère disparut derrière le rideau à nouveau, dans une sorte d'hypnose, attiré par la couleur de ce sous-vêtement, Ryan glissa doucement ses doigts sur la surface lisse du string.
- Tu as vu ta soeur ce matin? Interrompit sa mère, Elle a encore fait la fête trop tard hier soir, j'étais en colère.
Les doigts du jeune homme glissaient sur l'endroit où se posait le sexe de sa mère, il revoyait Jenna souffler de plaisir, son anus détrempé…
- Non, répondit Ryan d'une voix absente, je l'ai pas vue ce matin…
Il attrapa le tissu et le monta doucement sous son nez. Ca sentait le propre, la lessive, mais il restait des odeurs corporelles très excitantes. Ryan sentit son attirail se durcir dans son caleçon et reposa rapidement le string à sa place en remarquant ce qu'il était entrain de faire.

Il se retrouva 15 minutes plus tard dans la cuisine avec sa jeune soeur qui semblait terriblement de mauvaise humeur. Natacha, c'était son nom, avait 16 ans. Elle était très mignonne, avec de beaux cheveux bruns très lisses et qui lui arrivaient au milieu du dos et une belle paire de seins sur la poitrine. En voyant arriver son frère dans la pièce, elle lui tourna le dos et regarda par la fenêtre en l'ignorant. Ryan savait pourquoi elle réagissait comme ça, telle une gamine. Il lui rentra dedans dès la première phrase:
- Ecoute je me fous que tu aies eu des problèmes avec le fils Bocquet, je vais pas leur refuser du travail parce que ma soeur ne sait pas choisir ses copains.
Le résultat ne se fit pas attendre, la jeune femme se retourna et fixa ses yeux bruns au fond de ceux de son frère.
- Ca n'a rien à voir bordel! Eclata-t-elle, Cette famille est dangereuse je te dis. Il y a quelque chose de louche à propos de leur finances et de leur lien avec ta société là, Clean je sais pas quoi.
Ryan ricana en prenant le jus d'orange sur la table.
- En attendant, répondit-il, même si c'est les plus gros mafieux de la planète, ils paient bien et ils demandent à ma société d'envoyer un employé ranger leur maison, donc je fais juste mon boulot, point.
- Pas UN employé, ils ont demandé que ce soit TOI dès qu'ils ont su que tu t'étais fait engagé!
- Et alors?
- Eh ben, tu es mon frère et Steven leur fils me déteste, j'veux pas qu'ils te fassent du mal à cause de moi.
Ryan éclata de rire.
- Merci Nat, mais ne t'inquiètes pas, ils sont très gentils avec moi -il fit mime de réfléchir- peut-être même un peu trop, tu as raison ça pue le piège!
Et il rit de plus belle. Natacha tremblait de rage.
- Tu es une pourriture!
Après ça ils ne se parlèrent plus. Leur mère qui arriva juste après les traita de gamins et ils partirent à l'école.

Cette journée fut longue et bien chiante. John était absent sans raison particulière, comme souvent en fait. Le seul moment agréable de la journée fut la pause de midi que Ryan put partager en tête à tête avec Mélanie. Depuis qu'il l'avait rencontrée, Ryan était fou d'elle. Mélanie Trigerman était vraiment une belle jeune femme. Le genre de perle parfaite quasi-introuvable. Belle, blonde aux longs cheveux lisses, de magnifique yeux bleu-azur presque turquoise. Intelligente, cultivée… elle avait tout pour elle. Excepté le fait qu'elle savait pertinemment que Ryan avait un faible pour elle et qu'elle couchait avec son meilleur ami, évidemment. Oh, elle ne voulait pas faire de la peine au beau Ryan, mais John avait réussi à l'accrocher bien plus rapidement avec un argument auquel Mélanie semblait ne pas rés****r, le sexe. Et elle trouvait justement Ryan trop peu dégourdit sur le sujet...

Vers 15h30, avant la fin des cours, Ryan dut sortir de son cours d'histoire pour aller chercher des livres à la bibliothèque. La bibliothèque de cette université était limite en ruine, toujours vide, mais pas inutile cependant. C'est en arrivant dans la grande pièce remplie de livres que Ryan allait faire une découverte très intéressante. La porte était mal fermée, son entrée se fit donc dans le plus grand des silence. Ne voyant personne à la petite réception, le jeune homme se dirigea à travers les rayons pour trouver ce dont il avait besoin pour ses cours. C'est en passant derrière l'avant dernier rayon que Ryan se figea. Au fond de la salle, derrière les piles de livres, une femme à lunettes à moitié tombées de son nez, chevelure brune dans tous les sens, avalait le sexe d'un jeune homme dont le visage était caché par une grande encyclopédie. Sa professeur de maths, Mll Reigner, doyenne des deuxième années! Ryan s'arrêta de respirer en découvrant la scène et fit un pas en arrière. Les seins de la jeune femme tombaient hors de son chemisier blanc ouvert et elle avalait la queue du garçon comme la plus salope des actrices porno. Ryan voulut reculer mais ce fut trop tard: entre deux léchouilles sur la verge qu'elle tenait en main, les yeux de Mlle Reigner tombèrent sur le garçon. Lorsqu'elle comprit la merde dans laquelle elle venait de se mettre, ses yeux semblèrent se figer et s'emplir de terreur. Ryan déglutit difficilement et recula doucement. Il fit volte-face et sortit de la bibliothèque le plus vite possible.


John, que Ryan considérait comme son meilleur ami, était comme qui dirait "un chaud lapin". Il n'avait eu que 2 copines "réelles", pour le reste il savait user de son charme naturel et de sa réputation de bon coup auprès des femmes pour satisfaire ses besoins presque nymphomanes. Il entretenait une relation très ambiguë avec Mélanie Trigerman de sa classe mais aussi avec sa camarade Christina Scorento. Il avait baisé toutes les cochonnes, toutes les nymphos, toutes les femmes en manque de la ville. Il était difficile de ne pas évoquer son nom lorsqu'il fallait raconter qui était présent à chaque soirée étudiante ou autre beuverie possible. Lui, il s'en foutait pas mal à vrai dire. Ce qu'il attendait de la vie était simple: de la chatte, peu importe laquelle. Et il était loin de s'imaginer dans quelle galère ses envies allait le mener aujourd'hui.

Ce jour-là, il avait mal évalué le danger. Il était 15 heures et le soleil prenait un teint jaune clair sur l'université Reigner. John s'était installé dans une petite salle de réunion du 3ème étage qui restait en permanence ouverte et que personne n'utilisait jamais en compagnie d'une jeune étudiante en droit très sexy dont les deux petites nattes blondes qui lui tombaient sur les épaules, le maquillage abondant et les vêtements courts laissaient très bien comprendre ses attentions sur le campus.
La petite étudiante maitrisait parfaitement l'art de la fellation. Ses petites lèvres recouverte de rouge à lèvre éclatant brillaient et reflétaient la lumière du jour qui arrivait de l'extérieur tandis que la grosse verge de John s'y introduisait en glissant dessus, et la jeune femme accueillait le gland du jeune homme avec sa langue qui le léchait et l'aspirais. John attrapa les deux nattes de la blonde et utilisa tira la tête de la jeune femme sur sa queue comme s'il dressait une jument en lui criant:
- Allez, suce-moi ça, petite cochonne!!
Il ne tapait pas vraiment au fond de la gorge de la fille car celle-ci ouvrait grand son oesophage afin de permettre à la bite de John de s'introduire jusqu'au fond de son orifice dans un bruit profond de succion, son visage rougissant de ne plus pouvoir respirer. Mais alors que le plaisir commençait à monter, la porte s'ouvrit violemment et une grande silhouette de femme apparut de l'entrouverture de la porte. Les cheveux bouclés de Mlle Reigner, sa professeur de maths et sa doyenne, étaient décoiffés et son visage rouge de colère.
- Mademoiselle Zacharia, commença la professeur de mathématique en soufflant, vous rentrez chez vous, si je revois vos fesses sur le campus aujourd'hui je vous fait virer. John Salamyan, quant à vous, dans mon bureau, immédiatement!

- C'est inadmissible, M. Salamyan! Hurla Mlle Reigner. C'est la deuxième fois en un mois que nous vous prenons sur le fait entrain de… D'avoir des…
- … de baiser, oui! Le coupa le garçon.
La prof de math et doyenne devint rouge de rage. Le garçon la regardait avec un sourire en coin, le visage satisfait, assis sur la petite chaise en cuir du bureau de la jeune femme. La petite pièce ne contenait que quelques étagères remplies de livres et de classeurs et un petit bureau rempli de piles de papier. Mlle Reigner attrapa un dossier sur le milieu du bureau et le lança sur le garçon. John reçut le dossier contre son torse et dévisagea méchamment sa prof.
- Ecoute-moi bien, petit con, dit la prof les dents serrées de rage et en laissant tomber toute forme de politesse, tu es encore dans mon cours et dans cette école uniquement parce que ton père m'a donné ordre de te garder et que je ne peux pas me permettre d'échouer à ma tâche. Mais crois moi, les photos que j'ai là-dedans pourraient arriver accidentellement chez toi et je pense que ton père changerait rapidement d'avis.
John baissa enfin son regard sur le dossier et l'ouvrit. Il s'agissait de photo de ses ébats avec Mélanie Trigerman, Christina Scorento et les toutes récentes avec Lara Zacharia. John observa un moment les photos montrant des fellations et autres actes sexuels puis relança le dossier sur le bureau de Mlle Reigner.
- Envoyez-les si vous avez les couilles de le faire, répondit calmement le garçon, mais je pense que votre petite magouille pourrait très mal se terminer.
La professeur haussa les sourcils et retint sa colère.
- Après tout, c'est vous qui avez les originaux de ces photos, vous êtes donc en détention d'une preuve incroyable de votre voyeurisme et de votre laisser aller sans limite.
- P…Pardon? Vous avez perdu la tête?
John se leva subitement et fit quelques pas sur le côté du bureau qui le séparait de la jeune femme.
- On ne retiendra de cette histoire qu'une chose: une jeune professeur de maths au top de sa carrière perd son travail pour avoir suivi et pris en photo un élève lors de ses rapports sexuels intimes avec des universitaires de son âge, en toute légalité. La doyenne a été jugée pour son voyeurisme et ses excès de colère récurrents.
Il parlait avec une telle assurance que cela terrorisait la professeur, de plus il faisait lentement le tour du bureau et se rapprochait petit à petit de la jeune femme.
- Et croyez-moi, Mlle Reigner, c'est ce qui arrivera. Car ma famille et moi nous y emploierons de toutes nos f***es.
Il était maintenant à quelque centimètres d'elle. Il posa son index sur la joue de sa prof paralysée de peur.
- Si vous pensez pouvoir me battre, allez-y, lancez l'attaque. Sinon… je veux vous voir à genoux. Maintenant.
Mlle Reigner le savait, elle n'aurait jamais dû s'attaquer à John Salamyan. Elle se sentait à présent si faible… Si soumise à la volonté de ce garçon… Elle se laissa tomber d'une traite sur les genoux. John afficha un sourire comblé.
- Ici c'est trop simple… murmura-t-il. Suivez-moi.

John l'amena dans la bibliothèque sans prononcer un mot. Il poussa la petite porte en bois et s'avança dans les étagères remplies de livres. Mlle Reigner le suivait, les yeux baissés, impuissante. John la menait en laisse comme une chienne. Le garçon se choisit un endroit un peu caché au fond de la bibliothèque, il y'avait une grande pile de livres et il attira la jeune professeur derrière celle-ci. La bibliothèque était vide. Lorsque Mlle Reigner arriva à la hauteur du jeune homme, celui-ci l'attrapa par la taille et la plaqua contre lui pour l'embrasser à pleine bouche. La professeur le laissait entièrement faire, elle avait trop peur de lui maintenant: l'intensité et la f***e avec laquelle il lui avait parlé plus tôt avait suffit à lui faire comprendre qu'il ne plaisantait pas. Leur langue se collèrent, se mélangèrent dans un bruit de respiration très excitant. Lorsque leurs lèvres se décollèrent et qu'il purent à nouveau respirer, John murmura à sa prof:
- Vous savez pourquoi je vous ai amené ici?
Reigner ne répondit que par un mouvement de tête négatif. John glissa sa main droite sur le corps de la jeune femme et lui empoigna vivement une fesse.
- Parce que c'est ici même que je me suis dit que j'avais envie de vous pour la première fois…
La prof rougit, le garçon déboutonna les boutons du haut du chemisier blanc de celle-ci et rapidement fit glisser le soutien-gorge de la femme vers le bas. Mlle Reigner sentit donc son sein droit s'éjecter du bonnet à l'air libre. John caressa le mamelon de celle-ci et le porta à sa bouche rapidement. Il lécha la chair douce et tendre puis jeta un regard à la pauvre femme tendue comme pas permis.
- … vous cherchiez une encyclopédie au dernier rayon du haut… continua-t-il entre deux léchouilles, … et vous étiez montée sur cet escabeau… mmmh… je distinguais votre petit string blanc de loin… vous… si innocente…
Il glissa sa main droite sous la jupe de la jeune prof et remonta son visage à la hauteur de sa nuque dans laquelle il déposa plusieurs baisers brûlants.
- …ce jour-là j'ai décidé que je vous baiserais comme personne ne l'a jamais fait!

Cette dernière phrase eut l'effet d'une bombe sur la jeune femme et elle embrassa John passionnément. Le jeune homme la désirait et elle ne pouvait pas dire qu'il était laid. Elle n'avait pas d'échappatoire, elle était sous son contrôle. Elle était l'objet de son désir, son esclave pour un moment intense. Elle n'avait pas le choix. Mlle Reigner tomba à genoux et déboutonna rapidement la braguette du jeune homme. John la regardait avec un petit sourire satisfait et une incroyable lueur de désir.
- Vous avez cassé mon coup avec Lara, lança John, il est donc normal que vous répariez votre erreur. Donnez le meilleur de vous-même, Lara suce comme une pro.
A nouveau, la jeune prof se sentit si soumise et si faible. Il fallait qu'elle vainque cette faiblesse! Elle attrapa le sexe de John et la sortit de son caleçon pour l'avaler d'une traite. Elle secoua sa tête et ouvrit sa gorge afin de laisser la verge descendre au fond de celle-ci. John ferma les yeux de plaisir et lâcha un râle de plaisir. Il laissa aller et venir son sexe dans la bouche de sa prof esclave. Reigner commençait à se prendre au jeu et à se déchainer comme une bête sauvage en lui rongeant la queue comme une affamée. Elle ressortit le sexe de John et le tint bien en main pour jouer avec sa langue tout autour.

Soudain, une forme sombre apparut dans l'angle de l'oeil gauche de la jeune prof et elle détourna les yeux sur cette forme. Son corps se glaça en une demi-seconde. Ryan Summers de sa classe de mathématique se tenait là à la fixer sans dire un mot. Les quelques secondes où ses yeux entrèrent en contact avec ceux du garçon lui semblèrent être des heures. Tout s'écroulait autour d'elle: crédibilité, honneur, vie sociale, travail, amitié. Ce jeune garçon qu'elle considérait comme l'un de ses élèves les plus agréable et qu'elle portait haut dans son estime la voyait là, le sexe de son camarade dans la bouche, les seins à l'air libre, ses pulsions sexuelles à découvert. Ryan recula et s'en alla sans bruit. La scène n'avait duré que quelques infimes secondes en réalité, mais John comprit que sa prof avait vu quelque chose de déplaisant, il tourna la tête et vu que l'encyclopédie derrière lui lui avait caché le visage. Sauvé pour l'instant il souffla. Mlle Reigner se leva, choquée.
- Qu'est-ce qu'il y a?! Murmura John.
La jeune professeur ne savait pas quoi faire. Elle réfléchit longuement. Elle avait aussi compris que John s'en tirait bien grâce à l'épaisse encyclopédique derrière sa tête. Seule elle avait été vue donc elle n'avait pas à craindre que Ryan Summers l'accuse d'avoir une relation avec un élève. Et John ne savait pas ce qu'il s'était passé. Le problème à présent c'était donc Ryan Summers, il ne fallait pas qu'il parle. Elle tourna ses yeux apeurés sur John, elle était toujours sous sa dictature.
- Rien, mentit-elle, j'ai soudain eu peur que quelqu'un entre…
- Putain, mais on s'en fout! Explosa John.

Il attrapa les hanches de la jeune prof et la retourna. Mlle Reigner, la tête encore embrumée par l'intervention de Ryan, se remit dans le bain doucement, il ne fallait pas que John comprenne ce qu'il venait de se passer et pour l'instant elle devait faire semblant de rien et continuer à jouer la salope pour lui. Elle posa son pied gauche sur le fameux escabeau et tira sa jupe brune vers le haut. Ses bas-résille s'arrêtaient juste à la limite de la jupe puis sa peau claire apparut et son superbe cul sortit du tissu, coupé d'un petit string blanc cachant ses parties intimes. John fulminait.
- Donc c'est cette vue là que tu aimes de moi, Salamyan? Susurra Reigner d'une voix sensuelle.
John lui envoya une énorme claque sur le cul et la professeur serra les dents en sifflant de plaisir. Mlle Reigner tira son string sur le côté et laissa apparaitre sa fente humide devant son élève. John se mit à genoux et bouffa littéralement son cul en y plaquant son visage tout entier. Sa langue parcouru rapidement la surface trempée du sexe de sa prof en respirant son odeur âcre et excitante de chaleur et de sueur. Il entra son index dans la fente rosée et Mlle Reigner se tordit de plaisir.
- Mmmh… Je préfère dix fois cette vue-là… Dit John.
- Arrête de jouer maintenant, mets-la moi je n'en peux plus!
Comme électrocuté par cette dernière phrase et presque sous le choc du changement radical de comportement de sa prof, Jonh s'exécuta immédiatement. Il attrapa son sexe dur comme du fer et l'enfonça d'une traite dans la chatte de Mlle Reigner qui l'accueillit en gémissant de plaisir! John attrapa les hanches de la jeune femme et commença ses va-et-vient à pleine vitesse, fulminant, rageant contre cette pute qui avait voulu le traiter comme un gamin. Mlle Reigner se tenait aux étagères pleines de livre pour ne pas trébucher de son escabeau sous les violents mouvements du garçon.
- Aaaah… Aaaah mon dieuuu…. gémissait-elle, c'est boooon….
- Ce n'est pas vous qui aurait dû en profiter aujourd'hui!! Répondit John.
Il tira les cheveux bouclés de la jeune femme en arrière et se mit à la pilonner en utilisant ses cheveux comme appui. John bouillonnait! Il plaqua la jeune prof contre les livres et lui siffla dans l'oreille.
- Tu sais quoi sale pute? Je vais te péter ton cul de chienne!
Mlle Reigner avait mal aux cheveux et son vagin était déjà irrité par la v******e du jeune homme, mais elle ne pouvait pas se permettre de laisser tomber maintenant.
- Mon cul… soupira-t-elle, … est fait pour accueillir des bites!
John éjecta sa queue de l'entre détrempée et remonta son gland sur le petit trou serré de sa prof. Reigner serra les dents tandis que le sexe de John entrait dans son cul doucement mais d'une traite jusqu'à ce que ses couilles touchent ses fesses. John mordit sa nuque tandis qu'il commençait à aller et venir dans son cul. La jeune femme laissa le plaisir anal prendre le dessus sur sa douleur et commença à souffler de plaisir et à gémir de plus belle.
- Ooooh… Oooooh… Aaaaah…
John n'en pouvait plus, elle l'excitait trop.
- Putaaaaain! Hurla-t-il!
Il fit tomber sa tête en arrière et laissa son sperme gicler dans le cul de sa prof. Un flot de semence chaude envahit l'entrejambe de Mlle Reigner et elle resserra son anus sur la verge de John pour lui procurer un orgasme encore plus puissant. Le garçon s'éjecta dans un dernier spasme de plaisir et rangea illico sa queue dans son pantalon. La jeune femme se laissa tomber à genoux contre l'étagère tant ses jambes la faisait souffrir. John rajusta son pantalon et sa veste en cuir puis lança:
- C'était seulement un aperçu, Mlle Reigner. Ne vous avisez pas de recommencer à jouer à la conne avec moi.
Puis il fit volte-face et s'en alla simplement, la laissant là à terre, souillée et humiliée.

Ryan ne savait pas quoi penser de ce qu'il venait de voir. Il était assis dans un bus qui le ramenait chez lui et revoyait sa professeur de mathématique avec un sexe en bouche. Et ses deux beaux seins bien ronds hors de son chemisier. Il bandait comme un taureau seul sur son siège en fond de voiture lorsqu'il reçut un sms qui allait le sortir de sa rêverie.
- CLEAN & CO. -
- Bonjour M. Summers, -
- la famille Jereman à besoin de vos service -
- ce soir à 18 heures -
- Rue de l'Armure 19 -
- Prenez-vous la demande? -
Sans hésiter et pour se changer les idées, tout comme se faire de l'argent et il répondit positivement et sortit du bus l'arrêt suivant pour changer d'itinéraire.
100% (8/0)
 
Categories: AnalHardcore
Posted by DarKei
2 years ago    Views: 707
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
bi49
retired
2 years ago
que c'est bon !
2 years ago
Belle histoire, vivement le troisième chapitre !!!