The twin b*****rs

Bonjour, je m'appelle Bastien, j'ai 17 ans, je suis plutôt grand et assez beau.

Je passais ma journée de samedi chez Julien et Damien, deux amis qui étaient dans ma classe, et qui étaient des frères jumeaux. Ils étaient bruns, de taille moyenne, avaient les yeux bleu foncé. Tous deux étaient vraiment superbes et j'avoue avoir souvent fait des rêves cochons à propos d'eux.

Bref, Damien était parti pour le week-end chez un ami et les parents étaient en voyage, ce qui fait que j'étais seul avec Julien. Nous regardions la télé, allongés tête-bêche sur un canapé. Nous avons passé une bonne partie de l'après-midi ainsi. Vers 18h, il me proposa de rester dormir chez lui, et je m'empressai d'accepter son invitation.

Nous regardions encore et toujours la télé, et, après le deuxième film, Julien s'est mis à zapper et est tombé sur le porno de canal +. Nous décidâmes de le regarder et nous redressant, nous avons commencé à reluquer la télé. Il y avait un homme dont la queue était aussi grosse que celle d'un cheval, et qui se faisait sucer par une jeune indienne. "Vas-y cochonne, applique-toi," lui lançait l'homme. Puis, la prenant en levrette, il plongea d'un coup sa queue dans le vagin de l'indienne. Après s'être secoué un peu, il s'attaqua à son anus.

— J'ai besoin d'aller au toilette, dit Julien.

— Tu veux aller te branler!

— Pas du tout.

— Mets-toi en caleçon, pour voir.

Il enleva son pantalon et se montra en caleçon. Il ne pouvait plus le nier, il bandait comme un fou.

— Bon d'accord, je voulais me branler, mais j'aimerais quand même voir tes dessous.

Je m'enlevai mon jean, et lui montrai mon caleçon.

— Hum. Je crois qu'on est dans la même situation, non?

— Oui, répondis-je gêné.

Nous continuions à regarder le film. Le mec était en train de se partouzer trois filles et allait jouir. Julien se touchait discrètement:

— Tu sais Julien, tu peux te mettre à poil, on est presque comme des frères, lui lançai-je.

— T'as raison. Mais j'aimerais alors que tu te foutes à poil toi aussi, sinon je serai trop gêné.

Nous enlevâmes nos caleçons. Je ne bandais plus, mais quand je découvris la queue de Julien, la mienne se remit en service. La bite de Julien était moyenne en taille, plutôt épaisse, mais ses couilles étaient très jolies. La mienne était aussi large mais plus longue, et mes couilles plus grosses. Aucun de nous deux n'avions de poils (à part sur le pubis).

Nous commençâmes à nous branler devant le film porno. Toutefois, je ne pouvais m'empêcher de mater Julien, ce qu'il remarqua:

— Tu aimes ma queue?

— Non, rassure-toi, je ne regardais pas.

— Dommage. Moi, j'aime beaucoup la tienne.

Il se remit à se branler. Alors, je me mis à lui toucher le sexe. Il me coucha sur le dos et s'allongea sur moi.

— Je t'aime, lui dis-je

— Moi aussi.

Il m'embrassa et plongea sa langue dans ma gorge. Je fis la même chose. Alors, écartant ses jambes, je cherchai à l'enculer.

— Pas tout de suite.

Se dirigeant vers mon entrecuisse, il s'avança vers mes couilles.

— Laisse. Je préfère te faire jouir.

Je le mis debout et lui enlaçant les fesses, me mis à diriger son dard vers ma bouche ouverte. Je fis entrer quelques centimètres de son pénis dans ma bouche. Il gémit. Je lui souris pour lui dire que tout allait bien, et, tirant la peau de son prépuce, je me mis à dévorer son gland rose. Sa bite me pénétrait de plus en plus, et je pris des libertés en lui enfonçant mes doigts dans le cul, ce qui le ravissait.

— Je vois que vous vous amusez bien!

C'était Damien. Julien a tout de suite débandé et est devenu rouge pivoine:

— C'est la première fois qu'on fait ça, tu sais.

— Tu verras quand je dirai ça aux parents.

— Oh non!

Pendant qu'ils parlaient, je regardais l’entrecuisse de Damien, qui grossissait à vue d'oeil. Le traitant de cochon, je me jetai sur lui et baissant son pantalon et son caleçon, je dévoilai son érection, exactement la même que celle de son frère. Je me mis à la sucer de même:

— C'est trop bon, je vais exploser, me dit-il au bout de quelques minutes.

Amenant Julien à ma bouche, je me mis alors à lécher leurs deux glands. Tous deux poussaient d'énormes râles de plaisir.

— C'est vraiment trop, j'en peux plus!

— Putain, Bastien, je vais jouir, vas-y, suce-moi, oui, c'est bon!

Je savais qu'ils n'allaient pas tarder à cracher la purée et les rapprochant, je tâchais de prendre le plus possible de leur queue et leur mis deux doigts dans le cul à chacun.

— Arrête, laisse-nous sortir où tu vas tout te prendre dans la bouche!

— Putain, putain, Bastien, laisse-nous sortir, on va pas tarder à jouir.

— Oh oui, oui, Bastien.

— Sors, je vais éj..."

Sur ce, je reçois une énorme giclée de liquide chaud dans la bouche, suivie immédiatement d'une seconde. Les jumeaux se retirèrent.

— Désolé.

— Pourquoi?

— T'as tout pris dans la bouche.

— Vous êtes fous, c'était trop bon, j'ai pris mon pied, les mecs.

— Fallait nous le dire.

— T'essaieras avec deux queues dans ta bouche.

Et de rire.

Nous nous sommes mis à discuter un peu, après cela. Nous allâmes nous coucher, et, nous décidâmes de dormir à trois dans le lit double des parents des jumeaux.

— Vous avez déjà fait un truc pareil, vous, demandai-je.

— J'ai jamais couché avec une fille, et encore moins avec un mec!

— Moi non plus, dit Julien.

— Bon, on est tous dans la même situation.

Toutefois, je commençais à m'impatienter. En effet, mon engin n'avait pas encore été utilisé. Je me tournai vers Julien: il était beaucoup plus fin que son frère, alors que Damien était très "primitif". Je le caressai. Il se tourna et se mit à me sucer. Je tressaillis, la sensation était tout simplement indescriptible. Toutefois, je l'interrompis:

— Je préfèrerais t'enculer, chéri.

Il esquissa un grand sourire, m'embrassa tendrement, et se retourna, me montrant son derrière: "Vas-y." J'avais le trac. Julien m'interrompit en fouinant dans le tiroir de la table de nuit de son père. Il en ressortit une boite de préservatifs, et m'en déroula un autour du sexe, filant ensuite la boite à son frère. Plaçant alors ma pine dure devant son orifice, je sens Damien qui m'enlace: "Vous m'oubliez ?" Je l'entendis déchirer l'emballage d'une capote, et quelques secondes après, je sentis son érection avancer entre mes fesses. Je mis un grand coup de rein et m'enfonçai dans Julien. 5 ou 6 centimètres étaient entrés. Je jubilais. Julien s'était courbé mais il me signalait maintenant que tout allait bien et que je pouvais continuer. Alors, Damien s'enfonça bestialement dans mon trou du cul, me coupant le souffle, et me faisant donner un énorme coup de rein qui précipita ma queue tout entière dans l'anus d'Julien. Je gémis sous le choc, et Julien fit la même chose. Mais le plaisir était en train de m'envahir et je me mis à littéralement ramoner le fion de mon ami, tandis que Damien s'occupait du mien.

Avançant une main, je me mis à branler Julien. Il se mit à me caresser les couilles. Le plaisir était immense. Au bout d'une dizaine de minutes, je sentis le sperme monter dans mon pénis. Je savais que mon éjaculation allait être phénoménale. Je jouis: poussant des râles forts et graves de plaisir, je pressai Julien d'un énorme coup de rein et crachai ma semence dans le réservoir de la capote. Je sentais mon gland macérer dans ce préservatif plein de sperme. Je restai quelques minutes dans le fion de mon ami tandis que son frère n'allait pas tarder à cracher la purée. Je l'aidai en lui secouant les burnes et il éjacula immédiatement. Me retirant d'Julien, j'enlevai le préservatif, et le nouai, avant de constater que mon éjaculation avait été phénoménale, vu l'ampleur des dégâts dans le latex.

— Enculez-vous, demandai-je.

— On est frères, je te rappelle!

— Et alors? Vous n’en mourrez pas.



Je réussis finalement à les convaincre. Julien plaça Damien à quatre pattes et fermant les yeux, il se plaça derrière son jumeau, chaussa une capote, et d'un trait l'encula. Les deux garçons étaient beaux à voir. Ils étaient en train de se caresser et tous deux prenaient un pied incroyable, même Damien qui pourtant devait souffrir tant Julien le secouait vite. Comme ils m'excitaient, je me plaçai devant Damien qui prit ma bite molle dans sa bouche de très bon coeur. Lorsqu'elle fut bien dure, je fis signe à Damien et Julien d'échanger leurs positions. Damien encula donc Julien, et je vins derrière Damien. Je n'avais jamais vu ma queue aussi grosse, j'en profitai pour enfiler un préservatif et me plaçant à l'arrière de Damien, le tenant par la croupe, je me mis à le sodomiser comme un chien.

— T'aimes quand je t'encule comme un sagouin, espèce de chien!

— Continue, mon amour, encule-moi plus fort encore!

— Oh oui, voilà, ça fait mal, hein?

— Oui, oui mon salaud!

— Julien, viens plutôt m'enculer!

— Oui, j'arrive. Tiens Bastien, je veux jouir dans TON cul.

— Oh. Oh je t'aime Julien. Damien, tu vas voir ce que tu vas prendre dans ton fion!

Et je crachai la purée, me retirai immédiatement et laissai terminer Julien dans le cul de son frère.

— Damien, je vais jouir. Oh, oh, putain, ce que c'est bon! Oh oui, oui.

— Oui mon frère, oui, prends-moi comme ça, en levrette, oui.

— Ça y est!

Une gerbe de la semence d'Julien jaillit du fion de Damien, qui tombèrent tous deux morts de fatigue. Nous dormîmes ainsi, dans notre foutre, simplement.

Cela faisait trois mois que je couchais avec Julien et Damien, deux jumeaux de mon âge, que j'aimais plus que tout. Trois mois déjà, et je ne leur avais pas encore dit que je les aimais autrement que pendant un orgasme. Et pourtant, c'était bien le cas, mais je ne trouvais jamais le moment adéquat pour leur annoncer. Finalement, je me décidai à le faire ce soir.

Leurs parents venaient de partir en week-end avec leur petite soeur. J'avais deux jours pour me déclarer, et je commençais à avoir le trac (je ne savais pas trop si eux aussi m'aimaient). L'après-midi n'avait pas été très agitée: pas mal de gamelles roulées, quelques pipes, rien de plus, mais l'heure du dîner arriva relativement vite. Julien et Damien s'assirent de part et d'autre de moi, comme à l'accoutumée. Mais m'enhardissant, je les pris par la main et leur dis:

— Écoutez, il faut que je vous dise quelque chose, mais ça risque d'être dur.

— Bien sûr, nous t'écoutons, vas-y.

— Bien. On se connaît depuis 3 mois, et j'adore faire l'amour avec vous.

— Mais...

— Non non, je pense juste qu'il n'y a pas que ça. Je crois que je vous aime, voilà.

Les jumeaux fondirent en larmes. J'étais soulagé, mais quand même dans l'expectative, et Julien prit la parole:

— Tu peux pas savoir à quel point ça nous fait plaisir et ça nous soulage!

— Alors ça veut dire que vous m'aimez aussi?

— Mais bien sûr qu'on t'aime! Je ferais tout pour toi.

— Moi aussi, renchéris Damien.

Il y eut un petit temps de silence: une idée se formait dans ma tête, ils s'en rendaient bien compte:

— Écoutez, pour célébrer notre amour, je veux qu'on passe une nuit inoubliable. Mais cette nuit, c'est moi et moi seul qui vous donnerez du plaisir. Je veux vous montrer à quel point je vous aime.



J'avais toujours leurs mains dans mes mains et je les fis se lever et venir devant moi. Je pris Damien par la taille, et en l'enlaçant, je lui répétai que je l'aimais. J'aimais cela. Puis je me levai et pris Julien dans mes bras, l'embrassai à pleine bouche. Je me rassis et déboutonnai le 501 noir et large d'Julien, puis descendis très tendrement son boxer et dévoilai sa belle verge jeune et frétillante, surmontée d'une fine toison de poils blonds. Je pris cette belle queue en bouche et la fis enfler jusqu'à ce qu'elle soit raide. Je me mis alors à la sucer amoureusement, délicatement, par petites touches:

— Chéri, j'adore ça. Je crois que j'approche de l'orgasme. Je peux éjaculer dans ta belle bouche?

— Bien sûr.

Je le pris au fond de ma gorge, et le serrai contre moi, lui enlaçant les fesses. Il me caressa tendrement les cheveux en éjaculant sa semence dans ma bouche. Me levant, j'allai embrasser mon bien-aimé, nos langues se mêlant, et un liquide fait de sa semence et nos salives passaient d'une bouche à l'autre. Ce moment était exquis.

Puis je me dirigeai vers Damien et l'allongeai sur la moquette. Je me mis à caresser son corps sublime, à baiser ses lèvres exquises. J'étais aux anges, je l'aimais tant. Je ne cessai de lui répéter que je l'aimais. Julien, lui, me caressait les fesses et le dos pendant qu'allongé sur Damien, je le caressais gentiment. Nous continuâmes à nous caresser pendant quelque 15 minutes, et Julien prit la parole:

— Bastien, j'ai encore envie de toi.

— Je t'offre mon cul, bébé, je sais que tu l'aimes beaucoup.

— Oh oui!

Damien m'écarta un peu les fesses et Julien s'enfonça sans aucun mal. Il me pénétrait doucement, tendrement, comme pour profiter le plus possible de moi. J'aimais ça, j'adorais ça même, et une idée me traversa l'esprit:

— Damien, Julien, s'il vous plaît, je vous veux dans moi en même temps.

— Mais tu vas avoir mal, mon amour.

— Je sais pas, mais je vous aime tous les deux en même temps, et j'ai pas envie de donner de l'amour à l'un puis à l'autre.

— Tu es adorable Bastien, mais je sais pas...



Je pris moi-même le sexe de Damien en main et le dirigeai vers mon trou déjà occupé par Julien. Damien me pénétra alors, tout doucement. C'était l'extase. Ces deux pénis identiques entraient doucement et de façon synchronisée dans mon anus, si bien que la chose imposante que représentaient leurs deux engins ne me faisait pas mal du tout, mais me procurait un plaisir fou. C'était aussi l'extase lorsque les jumeaux se mirent à faire de lents va-et-vient en moi. Je ne cessais de leur répéter que je les aimais, et eux aussi. Finalement, nous râlâmes tous trois en même temps, et je sentis leur semence se répandre dans mes intestins. Je me mis alors à cracher sans même m'être touché.

Je ne voulais pas croire que tout était fini, et je leur demandai de rester en moi encore un peu, mais ils débandèrent trop vite. C'était malheureusement fini. Je les pris à nouveau dans les bras et les embrassai encore une fois, langoureusement.
100% (28/0)
 
Posted by Cocodelray
4 years ago    Views: 364
Comments (5)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
lololecho83
retired
2 years ago
Excelent ses deux frangins !
pieddan
retired
3 years ago
wow je me suis bien fait venir en te lisant
4 years ago
très bandant
frenchied...
retired
4 years ago
Excellent, très très chaud et très très tendre...tout ce que j'aime, ça monte, ça monte...je te voyais, bon copain docile pris par les 2 frangins, défoncé, rempli de leur bite, le cul ouvert et coulant de leur sperme chaud...un délice!!!