La femme infidele punie

La femme infidèle punie.

Certaines choses peuvent choquer.. pensez que c'est une fantaisie.. une fable..

En ce temps là, l'infidélité était un pêché devant les hommes, mais surtout devant Dieu et son église. Et si d'aventure la femme infidèle était celle d'un notable.. quel honte.. la rumeur allait bon train dans ces temps ou les ragots étaient la seule distraction.

C'est ainsi que dame Claudine femme du prévôt Boudelle un jour fut surprise par son mari avec un galant.. Elle ne put nier.. car le bellâtre qui était dans sa couche avait son vit bien enfoncé dans son fondement quand elle fut découverte.. Et ses cris ses gloussements ne laissaient aucun doute.
La femme était accorte.. longs cheveux blonds.. la peau laiteuse.. des seins comme des potirons, un cul de jument poulinière. Et un caractère de cochon..qui ennuyait bien on époux.. le ventripotent prévôt.. qui passait plus de temps a compter les écus de sa cassette qu'a honorer sa femme.
Quand son infidélité fut mise à jour.. et malgré son notable de mari elle fut mise au cachot.. jusqu'au jour du procès ainsi que celui qu'on avait trouvé avec elle.

Ce jour était arrivé.. et le tribunal était présidé par Monseigneur l’Évêque, le Seigneur du bourg et bourgmestre. L'accusation était confiée à l'abbé Quetar un homme pieux mais dur et intransigeant.
Le procès aurait lieu en présence de tous ceux qui pourrait tenir dans la grande salle de la ville.
Dieu sait qu'il y eut du monde en ces temps un procès c'était une distraction !!

Le tribunal était installé.. sur une estrade. L’Évêque. tremblotant semblait ailleurs.. le Seigneur de céans.. plutôt ennuyé quand au bourgmestre il dormait déjà.

Enfin commençait le spectacle.. les gens se pressaient.. pour voir arriver.. la pécheresse.. On entendait les chaînes cliqueter.. le pas traînant des gardes.. et du gardien de la prison qui était aussi.. aide inquisiteur et bourreau. L'apparition fit faire silence à la foule.. les cheveux défaits le visage, sale une chemise grossière ne fermant pas laissant à chaque pas entrevoir un des gros seins qui se balançait.. La femme fut traînée.. et agenouillée devant le tribunal.. la chaîne frappée sur un piquet.

L'amant fut amené lui aussi en chemise.. et enchaîné et placé face a ses juges agenouillé lui aussi.

« La séance est ouverte » cria le garde frappant le sol avec le talon de sa lance.

On éveilla le bourgmestre qui devait lire.. l'accusation.

« Oyé Nous sommes ici pour juger Dame Claudine femme du prévôt Boudelle pour adultère et pratiques sodomites en compagnie de cet homme » dit il en pontant du doigt le brun ténébreux .. « Gitan, tireur de bourse sans doute et sûrement criminel »

A cet énoncé l'homme fit mine de tirer sur sa chaîne de se lever et de parler.. mais un garde lui asséna un coup de sa masse sur la nuque.. groggy l'homme

La parole fut donnée à l'abbé Quetar...

« L'affaire est grave !! Cette catin déshonore le bourg !! S'adonner a des pratiques impies avec cet...cet... doit on l’appeler homme.. regardez le .. velu.. le regard fuyant.. petit.. il est plus proche de l'a****l que de l'homme.. sans doute cela a t-il encore plus attiré cette drôlesse !!! » dit il pointant du doigt la pauvre femme.
L'assemblée.. murmurait.. léger ressac qui mourrais sur les mur de la salle.. les têtes allant de l’abbé à la femme prostrée..

Puis il reprit «  Notre seigneur en sa bonté n'a jamais voulu que l'acte de chair soit pratiqué sans l'espoir de donner la vie !! Ce n'est pas pour s'amuser.. c'est pour donner vie à vos enfants que vous pratiquez cet acte.. le pratiquer pour le plaisir est impie !!! Alors cette catin est doublement coupable !! Avoir pratiqué l'acte de chair pour le plaisir mais en plus !!! En plus !!! SODOMITE !!! elle a accepté cette relation coupable.. se mettant elle même au ban de l'église !! au ban de notre société »

La femme releva la tête et se mit à hurler 

« Et vous Abbé !!! ne pratiquez vous pas l'acte sodomite avec vos enfants de chœur ??? Ne le faites vous pas !!!! »

« Faites la taire !!! » hurla l'abbé

Le garde donna un coup de bâton sur les reins de la femme qui poussa un cri avant de retomber au sol

« C'est vrai !!! tu est un sodomite abbé !! Je t'ai vu !!! »

Un frémissement naquit dans la salle... un murmure qui s'amplifiait..
Le garde qui allait frapper à nouveau la femme fut retenu par un regard de l’Évêque.. qui dit.. «  laissez la parler.. »

Profitant.. de ce répit.. la femme la chemise presque tombée.. les seins a nus.. se mit à haranguer es juges...

« Oui !!! je suis infidèle... oui !!! je l'avoue !! je suis sodomite.. oui pour le plaisir que je donne aux hommes et celui qu'ils me donne.. je suis coupable !! Et alors !! Mon mari.. ne s'occupe que de sa bourse !! Et pas celle qui lui pend entre les cuisses.. celle là doivent être pleines a craquer !! »

Un brouhaha et un rire.. général.. dans l'assemblé.. le prévôt semblait désemparé.. et tentais d'influencer l’évêque qui semblait plutôt amusé..

« Coupable oui !! mais d'autres sont coupables... quels hommes du village ne m'ont pas connu ? Allez ayez le courage de le dire !!!! Tous !!! il m’ont tous baisé !! sauf l'Abbé qui préfère les garçons !!!... et ou leur fourre t-il son engin ? Voilà bien la preuve qu'il est sodomite !! Et que fait il des cierges de son église ??? Ahh devinez !!

L’Abbé enrageait. Fulminait mais n'osait plus intervenir..

La foule.. faisait un brouhaha épouvantable.. chacun donnant son avis.. la rumeur enflait tant et si bien que la garde fit taire l'assistance en frappant le dallage du talon des lances. Le bruit se fit plus discret.

Dame Claudine avait reprit un peu d'espoir.. puisqu'on l'avait laissée.. parler.. l’Évêque tremblotant déclara

« Après ce que nous venons d'entendre.. il ne fait plus de doute.. que cette femme est coupable … elle l'a avoué elle même.. Et puis son discours.. est celui d'une hérétique.. d'une folle.. c'est bien évident.. elle a tenté d'accuser tout le monde.. Ce n'est que mensonges.. c'est évident.. Elle doit être châtiée.. »

Puis l’Évêque s’entretint quelques instants avec le reste du tribunal.. et repris la parole

« Dame Claudine.. vous êtes confondue.. et coupable.. d’adultère.. d'actes sodomites.. de faux témoignages et d'insultes a l'église. Par conséquent vous serez punie par là ou vous avez pêché.. quand a votre amant.. il sera castré.. puis roué.. La sentence est rendue !! elle sera exécutée demain. »

La femme s'effondra.. en larme.. pleura.. supplia.. mais ne fit que recevoir des coups de bâtons.


Le lendemain.. l'estrade était montée.. la roue.. des potences..un billot de bois et un long pieu était disposé sur l'estrade.. Le bourreau et ses aides s'affairaient..

La foule commença à s’amasser plusieurs heures avant l'heure du supplice. Femmes, enfants et vieillards venaient en masse ass****r au spectacle.. même des villages alentour.. Foule bigarrée.. ou la bière le vin coulait a flot.. quelques tire laine faisant leur affaires.. deux ou trois cagaudes faisait leur affaire au bourgeois dans les buissons.. crachant au sol le foutre qu'elles venaient de soutirer au client. Enfin ..une exécution normale..

Le soleil était au zénith.. les tambours grondèrent annonçant l'arrivée des suppliciés.. Le rythme lancinant et pesant enflait.. on entendais les pas traînant dans la poussière et le cliquetis des chaînes.. ponctué.. par le claquement sec du fouet de garde.

L'équipage arriva enfin.. s'arrêtant devant l'estrade.. On tira par le col.. l'homme puis la femme. Ils potaient toujours leur chemises grossières.. qu'on fit tomber au sol..
La femme avait les seins pendant.. de gros seins.. avec de sombre aréole.. ses hanches étaient pleines.. son ventre rond.. une belle toison blond roux ornait son sexe.. des cuisses pleines mais sans excès et un mollet au joli galbe.. son fessier rond.. de jument attirait le regard des hommes.. pas étonnant.. qu'ils aient eu envie d'elle..

On fit alors.. sous les huées de la foule.. approcher le gitan.. du billot.. Son sexe long et épais pendait à son ventre.. il fut amené sur le billot.. On amena alors la femme.. il lui fut intimé l'ordre de tenir l'extrémité du sexe de l'homme.. de le tendre au maximum.. Elle rechignait à la besogne l'aide du bourreau lui cingla le dos.. avec le fouet.. laissant sur la peau tendre deux sillons pourpres.

Le braquemart était étendu par les mains de la femme.. le bourreau muni d'un fenderet.. S'approcha.. les couilles étaient sur le billot.. d'un violent coup de plat.. il les écrasa.. tirant un hurlement au pauvre.. homme avant de tout trancher au ras de son ventre.. le sang.. giclant.. inondant la femme qui hurlais elle aussi.. Un aide approcha de l'homme qui était au sol.. se vidant de son sang.. un fer rougi cautérisa la plaie.. arrêtant le saignement et redoublant les cris..
Puis il fut attaché à la roue.. pendant que la femme était installée sur un tréteau.. en pente.

Alors le bourreau commença à manier la barre.. commençant par briser les extrémités.. pour faire durer le supplice.. Chaque craquement.. souligné par un hurlement de douleur du supplicié était salué par les cris de joie de la foule et les encouragement au bourreau.

Pendant ce temps les aides.. commençaient à flageller la femme.. Les seins d'abord.. alternant les coups.. a droite et a gauche.. les lanières tombaient sur les mamelles qui ballottaient sous les coups.. les cris de la femme répondant aux claquement et aux bravos de l'assistance.. Sa peau blanche virait au cramoisi.. chaque lanière laissant un sillon.. puis les lanières a f***e de frapper commencèrent à creuser des sillons.. la peau s'ouvrait.. le sang ruisselait.. La femme suppliait.. oui.. elle suppliait.. qu'on frappe encore !!! Elle demandais plus !! ouvrant ses cuisses.. elle appelait les coups sur son sexe..
Les suppliciant étaient esbaudis.. et même excités !! leur vit.. déformait leurs chausses.. ils se le frottait.. quand ce n'étais pas leur tour de frapper..
La femme prenait le fouet sur son sexe.. les lanières.. semblaient avoir arraché les poils.. la motte rebondie semblaient nue.. elle commençait à rougeoyer.. sous les coups.. les chairs tendres gonflaient.. se gorgeaient de sang..

Dans l'assemblée l'ambiance était électrique.. plusieurs femmes avaient le sein à l'air.. leur mari fourrageant sous la jupe.. se repaissant de ce spectacle..

L’Abbé avait attrapé l'un des enfant de chœur qu'il avait mis sous sa bure..

Dame Claudine.. les seins en sangs.. le visage déformé.. par la douleur et le plaisir semble t-il.. hurlais..

« Bandes de chiffes molles !! Enfin je jouis !!! enfin je sent autre chose que vous limaces gluantes..  ah déchirez moi le con... battez moi.. mon sang bout »

La suppliciée.. réclamait son supplice !! Et elle fini par seule.. à se hisser .. en haut du pieu !!
Avec précision et précaution.. elle posa son céans.. dessus.. prenant soin que la pointe s'applique a son fondement..

Subjugués les bourreaux.. la foule.. retenant son souffle..

« Ah le gros vit !!! ah que je le sent bien !!! » hurlait elle

Elle se lâcha des mains !! et son poids commença à la faire descendre sur le pieu.. Elle se branlait la chatte qui largement ouverte.. baillait à tous les vents.. Lentement.. le pieux investissait son ventre... Elle jouissait sans cesse.. lâchant sur les tortionnaires et sur la foule.. des jets.. puissants..

Par saccades elle descendait.. chaque orgasme la faisait s'empaler un peu plus.. Mais elle continuait dans un état.. qui ressemblait à une possession.. la bave aux lèvres. Elle hurlait des invectives.. Son con ruisselait.. complètement écartelé.. il pleurait de plaisir..
Le ventre de la femme commença à se déformer.. une bosse saillante naquit sous ses seins.. puis elle se transforma en pointe de chair.. son corps partait en arrière..

 Elle hurla « je vous maudit.. bandes de couilles molles !! »

Puis un grand.. cri.. la pointe du pieux.. la perça tandis que ses doigts lui donnaient un dernier orgasme.. qui fit pleuvoir.. son urine chaude sur toute l'assistance.. qui émit.. elle aussi un grand cri.. car au moins 8 sur 10 baisaient a couilles rabattues..

Le pieux l'avait fendue.. entraînant ses entrailles. Qui glissèrent au sol

Ce fut la fin de la catin Claudine... comme on l'appelle encore..

Mais chose étrange.. dans ce village.. plus de naissance.. plus de cris de plaisir.. pour la bonne raison que tous les hommes.. l'on molle.. et ne savent plus la faire roidir..

Claudine.. était.. infidèle.. sodomite.. débauchée.. mais peut être aussi sorcière... allez savoir !!

Je dédies cet histoire a mon ami Marc.. il comprendra.














100% (3/0)
 
Categories: BDSMMatureSex Humor
Posted by CinquantNERF
2 years ago    Views: 778
Comments (5)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
ahaha j'suis un peu moins fan du délire de la fin mais pourquoi pas :)
Bien raconté en tout cas, une excelente mise en scène on a envie de lire toutes les lignes j'ai adoré ce passage:" L’Abbé avait attrapé l'un des enfant de chœur qu'il avait mis sous sa bure.. " j'ai beaucoup rit ^^
2 years ago
J'avoue que c'est bien raconter.
2 years ago
Merci
LucieTrave
retired
2 years ago
HO!!! pervers c'est horrible ton histoire tu n'est pas comme çà c'est pas toi çà!! Mais tu racontes tellement bien
CinquantN...
retired
2 years ago
Commentez.. questionnes