Aventures D'Abigaelle Chap I

Les aventures d'Abigaelle

Chapitre I


Une histoire à la mode de.....

Cachées dans la paille, les filles surplombaient la grange depuis le grenier. Perçant la toiture vétuste, les rais de soleil, dans lesquels dansait la poussière, éclairaient suffisamment la grange pour qu'elles puissent profiter du spectacle. Le nez dans la paille elle ne perdaient pas une miette de ce qui se jouait en bas. Ce n'était pas la première fois que les deux complices venaient ass****r à ce genre de spectacle. Elles en étaient toujours friandes et émoustillées à l'avance.

En bas le père Adrien le fermier des terres attachées au couvent, la face rougeaude, ahanait avec f***e. Les pantalons sur les sabots il s'agitait avec f***e dans le con ébouriffé de sœur Madeleine qui troussée jusqu'au épaules se pétrissait les mamelles qu'elle avait flasques et énormes, comme le ventre qui s'agitait à chaque coup de boutoir de l'homme. Le fermier avait un vit de belle taille et noueux. Ce bâton de chair luisait des sucs que la none dispensait abondamment en criant.

« Bourres moi!! Bourres moi donc plus fort.. Pète moi la charnière. Plus fort!! Encore!! »

« Z'etes une vraie truie ma sœur!! J'peut point plus Z'avez l'con trop gros »

« Benêt!! Va donc chercher Martin!! »

Abigaelle et Mina étaient elles aussi troussées et les deux amies couchées sur le ventre dans la paille, se caressaient mutuellement les fesses, parfois une main glissait dans le sillon, un doigt s'aventurait les faisant glousser doucement.

Abigaelle étaient d'une blondeur éclatante, sa chevelure qu'elle gardait tressée le plus souvent était d'une douceur de soie. Son visage d'angelot, aux grands yeux limpides aux couleurs changeantes passant du bleu au vert selon les moments, étaient protégés par de longs cils. Son petit nez mutin avait toujours l'air de vouloir humer tous les parfums alentours. Sa bouche dessinée à merveille, était pleine et d'un rose soutenu et brillant car elle n'arrêtait pas de passer sa langue pour l'humecter.
Ses petites fesses fermes et rondes à la peau laiteuse étaient exposées au regards et aux mains de son amie Mina.

Celle ci était l'exacte contraire d'Abigaelle. Ses cheveux qu'elle gardait courts étaient noirs comme les ailes d'un corbeau. Sa peau avait la couleur du miel, ses yeux noirs semblaient habités par le démon, ils pouvaient lancer des regards d'assassin. Son nez en bec d'aigle était un peu long, mais pas disgracieux. Sa bouche était pleine et voluptueuse, toujours avec une moue dédaigneuse qui la rendait encore plus désirable.

Les deux filles étaient inséparables et toujours complices quand il y a avait un mauvais tour à faire.

Abigaelle avait été abandonnée devant la porte du couvent, simplement emmaillotée dans f***e linges pour lui éviter le froid, on avait tiré la cloche en pleine nuit et la sœur qui alla ouvrir ne vit qu'une ombre à cheval qui attendait de voir si la porte s'ouvrirait avant disparaître dans la nuit. En ces temps troublés il arrivait souvent que des enfants soient ainsi confiés aux servantes du seigneur. Mina elle avait été recueillie plus tard quand ses parents gitans avaient été tués par des villageois en colère. Elle n'avait été sauvée que par l'intervention du curé qui l'avait confiée ensuite au couvent.

Sœur Madeleine se languissait sur la paille.. Elle avait jeté sa robe sur l'échelle. Elle était nue comme un ver, ses gros seins tombant de chaque coté de son torse, son ventre rebondi faisant des plis et son con largement ouvert, entaille rose dans la forêt de poils châtain qui lui ornait le bas du ventre. D'une main elle tenait les lèvres largement ouvertes, faisant saillir un gros bouton, tandis que de l'autre avec ses doigts elle fouillait l'antre du démon avec 3 doigts qui faisait un bruit humide quand ils s'agitaient... Un bruit dehors.. des pas.. comme si il y avait plusieurs hommes en sabots..
Abi et Mina reculèrent de peur d'être vues.

Les pas s'approchaient.. et elles entendirent avec soulagement la voix du père Adrien. Passant toutes deux leur nez au dessus du tas de paille qui les masquaient.. elles virent avec effarement qui accompagnait le fermier.. C'était le baudet .. Martin.. c'était lui!!
Sœur Madeleine cessa de se caresser et s'agenouilla prés de l'âne qui semblait avoir une grande habitude de cette situation...

« Abi tu crois pas que sœur Madeleine.... » dit Mina

« Oh si je le crois.. regarde.. » répliqua Abi

Le none avait empoigné le vit du baudet qui commençait à se tendre.. Le père Adrien.. avait a nouveau baissé culotte et se branlait allègrement. Sœur Madeleine agitait le braquemart de l'âne avec vigueur.
« Bande mon beau.. Allez donne moi de quoi me remplir le con!! » Disait la none tout à son affaire.

« Moi je bande dit le fermier.. »

« Alors prend moi le cul pendant que je met en forme notre Martin. »

Si tôt dit, si tôt fait. Adrien se plaça derrière la none écarta largement les fesses dévoilant un œillet brun qui portait les stigmates de bien des pénétrations..Et d'un coup de rein il encula proprement la sœur qui astiquait le vit énorme de l'âne. La bête semblait prendre plaisir à ce jeu. Son membre était énorme, la tête plus grosse encore ressemblait à un champignon. Sœur Madeleine, commença à lécher ce gland difforme. Puis elle ouvrit grand la bouche et le fit entrer tout entier entre ses lèvres distendues avec f***e gloussements et borborygmes. Elle se mettait à sucer l'âne tandis que le père Adrien qui explosais le fondement. Sœur Madeleine appréciait le jeu.. car sa grosse chatte dégoulinait, laissant tomber sur le sol de grosses gouttes de mouille grasse. Elle mouillait de plus en plus au fur et à mesure qu'Adrien lui dilatais le petit trou. Mais elle étaient encore plus excitée par l'idée de se faire prendre par le bel a****l.. qui commençais à piétiner.

Mina glissait sa main entre les fesses d'Abi.. et elle sentit sous ses doigts la moiteur du con de son amie. Elle poussa un doigt dans le sexe, il était trempé.

« Dévergondée.. ça te plaît de voir sœur Madeleine se faire défoncer » dit Mina d'un air faussement courroucé en montrant son doigt mouillé à Abi

« Oh oui.. je prendrais bien sa place.. et toi aussi.. » dit elle en prenant le doigt luisant entre ses lèvres et en glissant sa main entre les cuisses de Mina

Elle trouva le con ruisselant de son amie et y plongeât deux doigts qu'elle plaça devant le visage de la brune.
« Et çà? C'est de la pluie peut être.. ton con est inondée mon amie » dit Abi avec un sourire coquin.

« Donnes .. » dit Mina en prenant la main de la blonde et elle se mit à lui sucer les doigts.

En bas.. la none pompait allègrement le baudet.. manquant de s'étouffer à chaque fois qu'elle engloutissait le braquemart de plus en plus turgescent de l'a****l, qui maintenant piaffait et commençais à donner des signes d'énervement.
« Maintenant tu va me baiser mon bel étalon!! » Dit la none toute à la joie de la saillie imminente..

Elle se releva, laissant le père Adrien tout penaud avec son vit roide, gonflé et un peu merdeux venant d'où il venait.. La none s'accouda à l'échelle, présentant sa croupe à l'a****l, laissant ainsi pendre ses mamelles et son ventre flasque. Adrien lui écartait les fesses largement laissant voir le con baveux et déjà ouvert largement de la sœur. Martin en âne bien élevé ne se fit pas prier il se dressa sur ses pattes arrières, balançant ses sabots de part et d'autre de la none pour les appuyer sur la barrière. Sœur Madeleine avec une souplesse que ne laissait pas deviner sa corpulence, attrapa le vit de l'a****l et le posa contre son con luisant. Martin donna un grand coup de rein et enfonça d'un trait un bond pied de chair.. Tirant un cri a****l à la sœur

« Ah!! je le sent!! Ah il est dedans!! Oh qu'il est gros.. pousse pousse bel étalon.. déchire moi le con!! » hurlait elle.

« Et moi.. Demanda naïvement Adrien »

« Mais viens dans ma bouche nigaud!!Je vais pomper ton nœud »

Il ne se fit pas prier et fit taire sœur Madeleine avec son chibre.
Au risque d'être découvertes Abigaelle et Mina avait sorti la tête de leur cachette pour profiter du spectacle. La none était secouée par les coups de boutoir de l'a****l..qu'elle encourageait, lançant son fessier contre l'énorme queue, faisant naître des ondes dans sa chair qui se propageait comme les ricochets sur l'eau. Le con de la none baillait et dégouttait des ruisseaux de sucs qui faisait des tâches dans la poussière du sol. Le vit de l'a****l se couvrait d'une mousse blanche et onctueuse comme si le barattage qu'il imposait à la religieuse était en train de faire du beurre. Sœur Madeleine le visage rouge, haletais, ne proférais plus que des onomatopées.. des oh, des ha.. des oui.. des hue.. Le père Adrien lui ne disait rien mais sa mine réjouie en disait long.. son engin noueux se couvrait de salive qui s'égouttait le long de ses bourses velues.. De ses mains il avait empoignées les mamelles de la none et semblait décidé à la traire.

Les mains d'Abi et de Mina étaient croisées chacune agaçant les fesses de l'autre. Agenouillées maintenant comme pour prier, elle ne perdaient pas une miette du spectacle. Elle se glissaient mutuellement des doigts dans leurs fentes de plus en plus humides, tandis que leur autre main caressait leur bouton qui ne cessait de gonfler. Les tétons se frottaient à leur chemise de toile rêche et se dressaient également. Les deux amies se mordaient les lèvres et se jetaient des regards langoureux.. Ce n'était que par peur de manquer le spectacle qu'elles n'avaient pas entrepris de se gamahucher.

En bas les cris redoublaient, l'âne donnais des coups de boutoirs qui faisait décoller du sol sœur Madeleine et la faisait crier de plus belle

« Oh il me broie la matrice!! Il m'a démolis le con!! J'en pisse de plaisir!! » criait -elle

En effet.. de longs jets tombaient sur le sol, à chaque poussée de l'âne un jet puissant répondait associé à un cri de plaisir de la none.

« Je le veux dans mon œillet!! qu'il me pète ma rondelle Adrien guide le vers l'autre pertuis! »

A regret le fermier qui n'était pas loin de se vider dans la bouche de la none.. accéda à la demande.. Il passa sa main sous le ventre de l'a****l, empoignant le chibre bouillant et couvert de crème qu'avait distillé la sœur, elle en avait partout sa motte ébouriffée avait des paquets de poils collés, luisants, avec de longs fils poisseux qui gouttaient au sol. Le fermier profita d'un coup de rein de la sœur pour faire sortir le sexe de l'a****l et le guider vers le petit trou de la none. Petit était un peu exagéré sans doute. Il était lâche et avachi, bourrelet souvent sollicité par cierges et légumes divers, elle n'était plus une novice au petit cul serré et presque impénétrable. C'était une none respectable qui avait du occuper les longues soirées d'hiver avec autre chose que les sempiternelles prières.

Sentant l'orifice à la pointe de son chibre l'âne donna un énorme coup de rein encouragé par le pervers Adrien qui lui avait claqué la croupe.
L'a****l avait englouti la presque totalité de son membre soit pas loin de deux pieds dans le fondement de la none.. qui la bouche ouverte tentait de reprendre son souffle.. Son con lui dégouttait de tout ce qui était accumulé.. elle laissais échapper ce que son ventre contenais d'urine en petits jets que suscitais l'ébranlement a****l. Chaque fois que l'âne se retirait un peu l'anus de la none suivait.. gaine de chair incongrue qui semblait ne pas vouloir lâcher l'engin qui le distendait. Chaque fois qu'il redonnait un coup en avant l'anus reprenait sa place.

Nos deux voyeuses avaient de plus en plus de mal à rester spectatrices, leurs doigts investissaient tous les orifices, sondaient les grottes humides et brûlantes. Leur bouches partageaient des baisers tout en lorgnant du coin de l'œil sur la none et l'âne. Elles avaient laisser choir leurs chemises et leurs seins tendus se frottaient. Mina avait un buisson d'un noir de jais qui luisait sous le soleil, mais aussi à cause de la rosée qui commençait à emperler chaque touffes de poils. Abi avait à peine une ombre dorée et laissait voir la crevasse divine toute nue ou presque. Mina allait et venait dans la fente d'Abi qui se pâmait et gémissait doucement tout comme Mina qui frottait sa motte contre la main de son amie. Elles ne rêvaient que d'avoir un gros vit à se partager à se sentir comblées dans tous leurs orifices. Elle étaient également hypnotisées par l'âne et la sœur.. Sans doute les deux coquines rêvaient elles de prendre la place de la none.

Soudain de grands hurlements, sœur Madeleine, étaient secouée par les grands coups que donnaient l'âne. Il entrait presque son vit jusqu'à la garde dans le cul béant de la religieuse. Cette fois son trou avait abdiqué il étaient dilaté, ourlé d'une écume rose. L'a****l entrait et sortait à loisir tandis que agrippée à l'échelle sœur Madeleine tentait de ne pas tomber.. Son con tout aussi béant que son cul, dégouttait et elle piétinait dans une flaque de boue qui s'était formée à ses pieds.


« Il me tue!! Je suis déchirée!! Je meurs!! que c'est bon!! encore défonce moi le ventre!! » hurlait la none comme possédée.

« Suce moi donc au lieu de bramer drôlesse!! » lui intima le père Adrien en plantant son vit dans la bouche de la sœur

Et il n'y resta pas longtemps car en deux coups de reins il se vidait les bourses dans la bouche de la none. Il ressortit son braquemart et laissa la none la bouche encombrée d'une énorme rasade de foutre qui ruisselait sur son menton et ses mamelles.

A cet instant le brave Martin tape du sabot.. bourriquant comme un perdu.. il défonce la none, qui empalée sur le vit est entraînée au milieu de la grange.. Là le baudet se soulage, giclant des litres de foutres dans le rectum de la servante du seigneur qui se pâme en sentant la semence a****le inonder son ventre.

« Ah il m'emplis de liqueur, je déborde il m'empale je vais mourir!! C'est bon!! » hurle la none

Elle est sous l'âne qui gicle en elle, et la transporte dans la grange.. elle jouis à son tour la sœur. Elle jouis en marchant à quatre patte sous l'âne. Le visage rubicond de la sœur qui se pâme.. exprime soudain une douleur.. incommensurable!! L'âne se retire brusquement.. entraînant à la suite de son gland gonflé.. tout l'intérieur du cul de la none.. Il l'a retournée comme un gant ou presque!! C'est grotesque, toute cette chair rougie qui sort incongrûment du fondement de la religieuse.. Comme une sorte de cul de singe. Et de cet étrange appendice.. s'écoule tout le foutre que l'âne y à jeté. A quatre patte sur le sol, les mains dans les flaques d'urine et de foutre qu'elle a lâché aux alentours la none d'un geste machinal.. empoigne la chair qui saille de son fondement et la repousse sans ménagement en place dans un grand soupir ou l'on sent le plaisir qu'elle y prend. Elle lèche ensuite sa main avant de se relever chancelante.. Elle approche de Martin qui le vit pendant s'ébroue.. Elle lui pose un baiser sur le nez.

« Ah l'a****l est bien plus humain que l'homme » dit elle sentencieusement.

Le père Adrien prend l'âne au licol et l'entraîne hors de la grange...
Sœur Madeleine avec une poignée de paille se frotte le con et le cul pour les sécher un peu avant de reprendre sa robe qu'elle enfile sans autre vêtements dessous.

Soudain dans un grand fracas, le plancher du grenier cède.. On entends des cris, et nues comme à leur naissance, cuisses et bras enchevêtrés, tête bêche. Abigaelle et Mina se retrouvent dans le tas de paille..sous les yeux effarées de sœur Madeleine..

« On a rien vu ma sœur.. on a rien fait » s'écrie Abigaelle tandis que Mina jauge la none d'un regard effronté.

« Petits démons!! que faites vous là!! Que faisiez vous? Couvrez vous petites catins!! JE vais vous apprendre.. »

La none prenant chacune des filles par une oreille, les entraînant sur le chemin en direction du couvent..

le père Adrien observant la scène dit à l'âne..

« tu vois mon vieil ami.. on a eu du bon temps.. mais les petites vont passez un sale moment!! »


100% (10/0)
 
Categories: Sex HumorTaboo
Posted by CinquantNERF
3 years ago    Views: 1,068
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
3 years ago
bandant!!!
CinquantN...
retired
3 years ago
Ne vous gênez pas pour commenter ou questionner..
OSEZ