Le secret du sexy Jutsu

Le secret du Sexy Jutsu.

Je me suis amusé avec l'univers de Naruto mais je ne détient pas les droits du manga ni de ses personnages. Je ne gagne pas d'argent avec cette histoire :, N'hésitez pas à me faire vos commentaires!

Vous vous êtes déjà demandé pourquoi au début du manga Naruto, la seule technique que le héro maîtrise parfaitement est le Sexy Jutsu (transformation en jeune fille sexy) ? Voici une hypothèse possible.


Konoha, Académie ninja, jour d’examen pour les apprentis ninja.

Sur les bancs de l’académie, Naruto Uzumaki, contrairement à son habitude, ne gesticule pas. Il n’est pas en train de râler ou faire le malin. Non qu’il suive attentivement ce qu’il se passe en classe : regarder ses camarades passer l’examen d’Iruka senseï ne l’intéresse pas le moins du monde. Il rêvasse simplement, pris par son sujet de prédilection pour lequel il peut tenir des heures à imaginer les choses les plus folles : Sakura Haruno.

De sa place du fond, il ne peut voir que le dos de la jeune fille, mais cela ne l’empêche pas de fixer ses cheveux roses éclatants. Combien de fois a-t-il rêvé de caresser cette chevelure, d’en sentir la douceur sous ses doigts, de conserver sur sa main cette odeur caractéristique légèrement vanillée qu’il connaît par cœur. Magnifique Sakura, qui l’a toujours ignoré, méprisé. Elle n’a d’yeux que ce Guignol de Sasuke, pas un seul regard pour le brave Naruto… sauf maintenant ! Il ne rêve pas, Sakura le regarde en souriant ! « Elle a enfin fini par succomber à mon charme ravageur » jubile intérieurement le jeune ninja en prenant sa pose la plus sexy ! « D’ailleurs ça n’est pas la seule, tout le monde me regarde ! Ah ah! Quel beau gosse ! »

- « Narutooo ! Naruto ! Cesse de faire l’andouille et vient ici tout de suite, c’est ton tour !! »
Iruka est rouge de colère. Il s’époumone visiblement depuis longtemps. Le sourire de sous les mèches blondes du garçon disparaît rapidement mais il se reprend très vite :
- « Pas de problèmes senseï, Naruto Uzumaki est toujours prêt pour vous épater ! » s’exclame-t-il en sautant sur l’estrade.

- « Qu’est ce que je dois faire ? »

Iruka bouille littéralement de rage !
- « Mais tu n’as rien suivi depuis 1 heure ! On s’entraîne pour l’examen des Genins à l’épreuve du clonage »
- « Pas le clonage !! Je suis nul en clonage ! »
- « il est nul pour toutes les techniques de toute façon » chuchote quelqu’un dans la salle.
- « Qui a dit ça ? Vous allez voir si je suis nul ! » s’écrie Naruto tout en exécutant les signes du clonage.

Dans tout Konoha, le joyeux son des rires des élèves résonne, faisant tourner les têtes de habitants en direction de l’académie.

En tant que biju, Naruto a l’habitude des moqueries, des menaces, des humiliations et de la solitude, pourtant, même pour lui, cette journée aura été particulièrement éprouvante. En tant que futur Hokage, il ne pouvait plus se permettre de se ridiculiser à ce point, en particulier devant Sakura. Il était temps de se prendre en main et de s’entraîner sérieusement. Perdu dans ses rêveries de gloire et de popularité, souriant malicieusement en pensant à la tête que feront les autres élèves en voyant ses clones parfaits la prochaine fois, s’imaginant inviter fièrement Sakura au restaurant de ramen après avoir été reçu à l’examen des Genins ou battre sans efforts ce crétin de Sasuke Uhiwa, Naruto s’éloigne du village sans but précis. Il s’arrête quelques kilomètres plus loin à la lisière d’une grande plaine bordée au nord de falaises immenses. L’endroit parfait pour s’entraîner !

Le jeune ninja s’accroupit dans l’herbe et ferme les yeux pour se souvenir des conseils d’Iruka-senseï pour la technique de clonage :

1. Créer une image mentale de soi-même la plus nette possible
2. Se concentrer sur cette image tout en malaxant son chakra
3. Effectuer les signes du Bushin no Jutsu
4. Libérer le chakra en lui donnant la forme de notre image mentale.

« Dans la théorie, c’est une technique très simple. Tout se joue au niveau de la concentration » avait expliqué Iruka.

- « C’est parti », s’écrie Naruto, incapable d’attendre plus longtemps. « L’image mentale, les signes, et hop ! Clooonage ! »

Dans une explosion de chakra, le clone apparaît… ou plutôt une sorte de bûche surmontée d’une perruque aux mèches blondes : raté !
- « C’est vraiment difficile ! Allez, on réessaie ! Clonaaaage ! Clonaage ! Cloooo-naaage ! »

Plus le temps passe et plus le résultat se dégrade. Naruto, de moins en moins concentré, laisse progressivement son imagination s’éloigner de l’exercice. Et comme toujours, ses pensées bifurquent rapidement sur Sakura. La jolie Sakura ! Ses grands yeux, ses cheveux parfumés, son petit corps envoûtant, ses petits seins bourgeonnant… Un peu trop petits d’ailleurs au goût du jeune homme. Pour une future femme d’Hokage, il faudrait une poitrine bien plus imposante. Une belle poitrine comme celles qu’il a pu voir en espionnant dans les bains chauds. Rien que d’y repenser, voilà Naruto qui oublie à moitié son exercice, ne faisant plus que machinalement les signes du Bushin sans même vraiment regarder le résultat. Les clones se succèdent, apparaissant brièvement dans leur nuage de chakra avant de disparaître pour laisser place au suivant. Après un moment de ce manège, bien que tout excité par sa rêverie – il s’imagine à présent caressant une belle paire de seins, bien ronde et rose- Naruto remarque du coin de l’œil le dernier clone qu’il a crée juste avant que celui-ci ne volatilise. Le clone semblait plutôt ressemblant mais quelque chose clochait. Peut-être était-ce seulement du à l’excitation de son fantasme mammaire mais il lui avait semblé que son clone avait une poitrine : voilà qui était des plus déroutant. Il n’y avait qu’un seul moyen d’être fixé : recommencer ! Contrairement au début de son entraînement où il devait se représenter une image de lui seul, immobile, sa concentration se trouve bien plus facile à mobiliser pour se visualiser en train de tripoter des seins et l’image lui apparaît immédiatement très clairement.
Le clone se matérialise rapidement, le nuage de chakra s’estompe pour révéler un double presque parfait de Naruto. Les traits sont un peu plus lisses, comme simplifiés, mais il s’agit bien d’un second Naruto Uzumaki : même cheveux blonds hérissés, même tenue de combat orange qui, si elle est parfaitement à sa taille d’ordinaire, semble ici ben trop petite pour contenir cette énorme poitrine dont le clone est doté ! Il n’avait donc pas rêvé ! Entre les boutons de la fermeture qui semblent sur le point de craquer à tout instant, la chair rose, lisse et bombée apparaît très légèrement. Quelle beauté ! Le clone semble dans un premier temps aussi surpris que son original, restant bouche bée, les yeux rivés sur cette incroyable surprise. Mais bientôt, n’y tenant plus il fait glisser ses mains le long de sa veste et vient tâter fermement ses deux seins inattendus. D’après son expression, il semble apprécié ce contact et bien vite, ses doigts se tendent vers les boutons qu’une simple pression suffit à faire sauter de leurs attaches. Les pans de la veste semblent littéralement exploser sous la pression de cette poitrine libérée qui rebondit doucement avant de se stabiliser sous le nez des deux Naruto.
Ces derniers ne peuvent retenir une exclamation de surprise et d’excitation.

Le clone ne perd pas de temps pour att****r la base de chaque sein et se caresser en suivant leurs parfaites courbures. Il les presse doucement l’un contre l’autre. Ses petites mains d’adolescent bien insuffisantes pour couvrir cette immense poitrine, poussent de chaque coté pour les faire glisser l’un sur l’autre. Ils ont l’air si doux, si fermes ! Portant l’un des sein à sa bouche à l‘aide de ses deux mains, le clone se met à lécher vigoureusement son propre téton. Le petit bouton rose pale semble réagir en grossissant et durcissant. Et il n’est pas le seul : dans le caleçon du jeune homme un autre organe grossit. Il peut voir que le clone réagit également car la même bosse, moulée par son pantalon de combat pousse maintenant le long de sa jambe.

Les gémissements qu’il pousse tout en se mordillant sont de plus en plus langoureux. Le plaisir qu’il prend à se titiller semble si fort, si profond ! Son visage aux traits simplifiés est au comble de l’excitation et la bosse de son bas ventre continue de pousser sous le tissu. Les yeux des deux garçons se croisent. Le clone semble embarrassé mais n’y tenant plus, il sort d’un geste vif son sexe sous les yeux ébahis de son créateur. Elle aussi est simplifiée : plus lisse, sans poils pubiens, le gland bien dégagé, la peau fine. Bien dure, elle paraît pourtant si douce et chaude. Naruto ne peut détourner les yeux de cet engin si viril, si puissant, ressemblant tellement au sien et pourtant si… ensorcelant. D’une main, le clone att**** ses 2 tétons et tire dessus, étirant ses seins jusqu’à ce qu’il lui glisse des doigts. Il réitère l’opération plusieurs fois pendant que sa seconde main commence à glisser le long de son membre parfaitement dur. Les yeux clos, il se branle doucement en poussant de petits soupirs. Bien que sa propre bite lui fasse mal, Naruto est tétanisé par le spectacle qui se déroule à 2 mètres devant lui. Son double se caresse de plus en plus fort, sa respiration accélère. Il regarde Naruto d’un air gêné tout en gémissant toujours davantage. Celui-ci sort d’un coup de sa torpeur et se met debout, pointant le doigt vers sa création perverse:
- « Non, tu ne vas pas faire ça ?! » s’écrit-il.
- « Je-Je ne peux pas m’arrêter ! Oh ! Ooohh ! » soupire le clone entre deux râles « C’est trop bon ! Je vais jouir ! Oh ouii ! »

Il tente de rentrer le ventre au maximum afin de placer son sexe à l’agonie entre ses seins mais n’y parvient pas. Sans se démonter, il s’allonge et poursuit sa masturbation à deux mains, coulissant de plus en plus vite le long de son membre enflé, pointé sur son ventre. La délicieuse poitrine s’agite vivement au rythme des petits coups de rein donnés par ce double en extase. Le petit corps se raidit soudain, les muscles contractés, le bassin poussé vers le ciel, le sexe bien droit, dirigé sur la poitrine qu’il touche presque lorsque l’orgasme arrive. Un crie aigu de jouissance, presque féminin, accompagne une explosion de sperme chaud et brillant qui recouvre vite les seins, mais aussi le cou et une partie du visage du clone.

Naruto est sous le choc tandis que son double s’essuie tranquillement et se caresse doucement la poitrine humide et collante de sperme pour se remettre de son orgasme. Jamais auparavant il n’avait vu une autre personne prendre autant de plaisir. Il s’était déjà masturbé quelque fois en pensant à Sakura mais toujours de manière assez machinale et jamais il n’arriverait à ce niveau de bonheur intense et sauvage. Il aurait tellement aimé caresser lui aussi cette poitrine si appétissante, mais l’idée de tripoter un autre garçon, même si techniquement cela revenait à se toucher soi même, lui paraît encore bien trop étrange. « Cela serait différent si les seins étaient directement sur mon corps » se dit le jeune homme. « Pourquoi pas ! D’après Iruka sensei, les techniques de métamorphose et de clonage sont assez similaires. Il suffit de projeter le chakra sur soi-même plutôt que vers l’extérieur. Allons-y, je vais essayer ! Et cette fois-ci autant imaginer quelque chose d’encore plus sexy. » Naruto rit en son for intérieur. Cette fois encore, il n’a aucun problème pour s’imaginer très nettement une énorme poitrine, à laquelle il ajoute une longue chevelure et une tenue un peu plus adaptée. Il projette le chakra…

Entouré du nuage de chakra, il ne peut pas encore voir le résultat et, trépignant d’impatience porte les mains à son torse. Un cri d’excitation lui échappe lorsqu’il sent, sous ce qui doit être le haut de bikini qu’il a imaginé, une poitrine aussi volumineuse que celle de son clone. Il sent également une cascade de cheveux encadrer son visage et retomber sur ses épaules. Tandis que le nuage se dissipe, il aperçoit également une petite robe orange, si courte qu’elle couvre à peine a moitié de ses fesses et sous laquelle son érection pointe très largement.

« Aha, j’ai réussi ! Trop sexy ! »

Sous les yeux ébahis du clone, Naruto fait vite sauter le bikini pour jouer avec son excitant surplus mammaire. Ils sont si lourds, si ferme, si doux ! Il s’allonge et se caresse tendrement, lentement, se laissant envahir par le plaisir et l’excitation. Il ne peut s’empêcher de gémir faiblement, se mordant les lèvres et fermant les yeux dans une moue résolument féminine. Le plaisir lorsqu’il se pince doucement les tétons est irrésistible et fait trépigner son sexe qu’il att**** bien vite. Jamais le jeune homme ne s’est senti aussi bien. La sensation s’intensifie tellement lorsqu’une autre main vient s’occuper du sein qu’il a du libérer pour satisfaire sa queue qu’il oublie presque d’être surpris. Le clone s’est approché en silence, un sourire pervers aux lèvres, n’y tenant plus. Naruto ne pense même pas à protester tant la caresse est douce et tendre. Bientôt le clone, pris par le jeu, s’empare des deux seins massifs, puis progressivement en vient à se coucher sur son original, poitrine contre poitrine. La pression s’exerçant sur Naruto est magnifique. Ses seins aplati par une chaude et délicate étreinte lui font ressentir une intense euphorie. Il sent son cœur s’emballer alors que son double pousse de plus en plus de manière à faire glisser leurs tétons les uns sur les autres. Les deux adolescents halètent, leurs visages à quelques centimètres de distance. Le clone lui sourit tendrement, lui passe la main dans les cheveux, coiffés en longues nattes partant de chaque coté de son visage. Une rougeur monte aux joues de Naruto lorsqu’il sent les lèvres se poser sur les siennes. Son premier baiser ! Si bon et si doux qu’il en oublie de qui il vient. Il se laisse encore faire lorsque la langue pénètre dans sa bouche, chaude et diablement habile pour venir exciter tout ses sens. Il a bien conscience également que leurs deux sexes sont en contact, que les hanches du clone remue délicatement pour les frotter l’un à l’autre. Il sent bien la queue de son double grossir sous l’effet de ce mouvement lancinant. Même si une partie de lui proteste, il ne peut nier le plaisir que lui-même tire de ce contact charnel.

Un peu embarrassé, Naruto dit bien reconnaître qu’il aurait préféré que l’étreinte dure plus longtemps lorsque son double se redresse vivement, rompant les contacts enivrants qui les unissaient. Un petit sourire énigmatique au coin des lèvres, ce dernier s’assoit sur le ventre du jeune homme, immobilisant ses bras avec ses jambes. Il écarte d’un geste les seins de Naruto et entreprend de glisser son énorme membre au milieu. Poussant sans ménagement de chaque coté jusqu’à ensevelir sa bite sous la poitrine comprimée, il commence à aller et venir dans un soupir de contentement. En relevant la tête, Naruto aperçoit le gland rose pastel avancer et reculer entre ses magnifiques mamelons resserrés à quelques centimètres de son visage sous les puissants coups de rein : vision à la fois répugnante et fascinante. Il sent chaque centimètre carré de cette queue glisser sur la peau douce et ferme de sa poitrine, les testicules claquant à la base des seins et ses mains le tenant sous leur domination. Le sentiment de puissance se dégageant de cette bite le tétanise complètement. Il tente tout de même de se débattre lorsqu’il sent son double grogner de plus en plus mais celui-ci l’écrase de tout son poids et rien n’y fait.

« Fais pas ça, tu vas jouir sur mon visage ! Non ! »

Mais le clone, prit dans son excitation, sur le point de venir n’entend rien. Il att**** Naruto par les cheveux et pousse son engin dans sa bouche. Sous le coup de l‘étonnement, le jeune ninja est incapable de réagir tandis que ce sexe envahit sa cavité de plus en plus profondément et de plus en plus rapidement à chaque coup de rein. Le clone souffle comme un bœuf et pousse un long râle de soulagement. Visqueux, salé, brûlant, le sperme jaillit sur la langue et le palais du jeune garçon qui grimace et hoquette. Mais l’autre ne lui laisse pas le temps de recracher, poursuivant son pilonnage. La queue couverte de salive et de sperme pousse toujours davantage, le forçant à avaler l’épaisse semence. Le goût est fort mais pas si désagréable.

Un doigt vient se poser sur la base de son membre resté en érection depuis si longtemps. La caresse alors que le doigt remonte doucement le long de son sexe douloureusement développé est divine. La main redescend jusqu'à atteindre ses testicules qu’elle caresse doucement envoyant Naruto en extase.

S’habituant progressivement à l’intrusion dans sa bouche, il se surprend à accompagner de la tête les mouvements de va et vient. Il se laisse à présent totalement envelopper par l’aura de domination de son double : son énorme queue qui le remplit, ses mains, son odeur et le goût de son sperme émoustillent ses sens et le soumettent totalement. Lorsque le clone lui lâche la tête, le jeune blondinet continue de sucer par lui-même, aspirant pour faire glisser le puissant manche plus vite, plus loin entre ses lèvres serrés. Le clone décide alors de se retourner. Il réussit à se positionner dans l’autre sens sans retirer sa queue encore humide de sperme de la bouche de Naruto. Celui-ci tente de voir ce que son agresseur prépare mais il ne voit plus à présent que les fesses rondes et lisses du double qui le surplombe, cambré pour enfoncer au maximum son membre dans la bouche de son créateur, observant le petit corps se débattant mollement sous lui. Naruto sent ce regard se délectant de son intimité. Bientôt il sent dans mains glisser le long de ses hanches, puis une langue sur son ventre. Les seins du double, comprimés sur le haut de son ventre, offre une tendre pression tandis que la langue chaude et humide parcourt son ventre allumant un véritable feu de désir en lui. Ce feu progresse doucement vers sa bite qui, avant même l’arrivée de la langue se consume de ce désir. Elle se dresse encore davantage, palpite, criant pour que l’on s’occupe d’elle. Naruto, tous sens en émoi, pousse de petits gémissements étouffés sonnant davantage qu’il ne le souhaiterait comme les cris d’excitation d’une jeune écolière. Mais de la manière qu’il ne peut s’empêcher de continuer de sucer vigoureusement la bite qui lui est offerte, il ne peut retenir ces gémissements si féminins.

Les mains lui caressent à présent ses jambes fines et lisses de jeune adolescent. Le massage sur ses cuisses remonte progressivement à mesure que la langue descend. Tout converge vers sa queue qui brûle d’anticipation, le faisant presque souffrir. Pourtant au moment où il pense que son désir sera assouvi, la bouche chaude contourne son membre et les mains l’évitent aussi pour venir se fixent sur son petit cul. Malaxant de plus en plus fort le clone écarte les fesses pour ouvrir un chemin à sa langue. Comprenant le but de son double, Naruto panique et tente de se débattre. Il rue avec ses jambes tout en grognant, mais en vain. L’épaisse langue recouvre bientôt son petit trou. La surprise du contact est immédiatement remplacée par un étrange titillement qui le vide de ses f***es. Son anus est comme électrisé. Une vague de chaleur l’envahit au plus profond de son intimité. Lorsque le clone lui écarte les jambes, il ne réagit pas, pas plus que lorsqu’il entreprend de pousser sa langue plus loin, forçant l’entrée de son trou vierge. Il sent cette intrusion orale léchant, poussant les muqueuses de plus en plus profond à l’intérieur. Les doigts qui lui écartent les fesses se rapprochent progressivement jusqu’à rentrer dans son cul : un doigt de chaque coté, élargissant son anus pendant que la langue lèche les contours de cet anneau de chair.

Lorsque l’énorme queue qu’il suçait patiemment quitte sa bouche, une sensation de manque, de vide envahit Naruto. Il ne se reconnaît plus. Alors qu’il a rêvé toute sa vie de Sakura, qu’il a imaginé cent fois la prendre sauvagement, le voilà qui suce allégrement des bites et se fait lécher l’anus… Que penserait les autres s’ils le voyaient ? Que penserait ce flambeur de Sasuke ? Sans doute lui ne se laisserait pas dominer de la sorte. Mais comment combattre quelque chose qui lui donne tant de plaisir. Même à présent que son agresseur présente son gland si chaud contre son petit trou rose, alors qu’il s’apprête à se faire déflorer, il reste immobile, résigné, une part de lui acceptant cette soumission, attendant et même, il faut bien le reconnaître, en désirant toujours plus. Le clone, un sourire vicieux au coin des lèvres l’a bien compris. Il caresse de sa bite le cul humide de salive mais n’entre pas. Il fait glisser son doigt le long de la verge bouillonnante de sa jeune victime, à l’agonie.

« Montre moi comme tu aimes cette queue ! Dis moi que tu l’aimes et que tu veux que je te la mette ! »

Le rouge monte aussitôt aux joues de Naruto. Il reste muet, trop gêné pour admettre qu’il veut cette bite en lui. Il porte les mains à sa bouche et referme ses jambes. Il se rend compte trop tard que son attitude est de plus en plus efféminée. De quoi a-t-il l’air avec ce beau visage pale, cette poitrine énorme, ses longues nattes et sa pose si sexy. Le clone lui titille la rondelle de plus belle.

- « Fais pas ton timoré, tu gémis comme une petite salope depuis le début. On sait tous les deux que tu en as envie. Tu ne peux rien me cacher : je suis toi, après tout ! »
- « N-Non, pas ça » murmure faiblement Naruto
- « Bien, dans ce cas tu ne me laisses pas le choix, mon joli »

Calme en apparence, le double semble bouillonner intérieurement. Il écarte violemment les cuisses de sa victime et enfonce vivement la moitié de sa bite. Naruto pousse un cri de douleur et de surprise. Cet énorme engin pousse sur ces parois dans toutes les directions. Son cul étroit a du mal à contenir toute cette masse qui vient l’envahir, forçant douloureusement le passage. Il se retire légèrement pour mieux revenir à l’assaut par un puissant coup de rein. Une deuxième fois, une troisième ! Il pénètre de plus en plus profondément dans l’anus contracté.

Naruto crie de plus en plus fort. Le clone l’ignore, le pénétrant avec vigueur maintenant, baisant frénétiquement ce petit cul vierge. Il se met en appui sur le bras au dessus de Naruto pour s’enfoncer plus loin. D’un coup violent il fait claquer ses couilles sur le cul du pauvre Naruto qui soupire profondément. Le clone s’immobilise ainsi, la bite enfoncée jusqu’aux testicules, laissant un peu de temps à son partenaire pour s’habituer et relâcher ses muscles. Le corps des deux Naruto se pressent à nouveau l’un contre l’autre et le double vient embrasser son créateur avec tellement de tendresse que le cœur de se dernier s’en trouve tout chamboulé. Le clone, tout en continuant de l‘embrasser lui prend les mains, entrelaçant leurs doigts amoureusement.

« Allez, avoue que tu aimes ça. Je le vois sur ton visage de salope sexy ! Si tu t’es transformé en fille c’est parce que tu voulais que je t’encule comme ça, hein ? Tu veux que je continue de te baiser ? Tu veux que j’arrête maintenant ? »

A sa grande surprise, les mots sortent de la bouche de Naruto sans hésitation : « Je… Je veux que tu continues »

Cette queue immobile dans son cul lui provoque une intenable sensation de manque. L’électrisante puissance que ce gros membre faisait passer à tout son corps doit continuer. Il le veut ! Il en a besoin ! Tous les deux le savent.

« Alors, je veux que tu le demandes mieux que ça. Supplie moi de t’enculer comme une salope » jubile le clone

Naruto en a les lames aux yeux tant il est gêné. Pourtant sa bite n’a jamais été aussi dure et son désir si fort.

« S’il te plaît… B-Baise moi » murmure-t-il

Le son de la gifle, sèche et puissante, retentit dans toute la prairie.

- « Mieux que ça, gamine ! Tu veux mon gros sexe ou pas ? »
- « Ouiii ! »
- « Dis moi que tu aimes que je t’encules »
- « … J’aime que tu m’encules »
- « Continue, petit pervers »
- « J’aime ta grosse queue ! Je veux que tu baises mon petit cul bien profond ! »
- « Bonne fille, continue ! »
- « Défonce mon cul de salope ! S’il te plaît ! Je ferais tout ce que tu veux mais baise moi ! »

Le fait de crier son désir désinhibe totalement Naruto. Lorsque son double ressort lentement sa queue puis la repousse brutalement en lui, il ne retient plus ses gémissements de satisfaction. Il se sent si bien ainsi : dominé, enculé, humilié… Il se laisse aller au plaisir de cette queue qui s’enfonce encore et encore, lui écarte l’anus et l’envahit de sa chaleur, de sa douceur et de sa puissance.

Le clone redouble de vigueur. Il enfile Naruto de plus en plus vite faisant glisser son membre à une vitesse folle.

« Ohhh ! J’aime ça ! Continue » crie Naruto. « Défonce moi encore ! »

Lorsque le rythme ralentit, il n’hésite pas à faire onduler ses propres hanches pour mieux sentir cette tige chaude de chair lui élargir le cul, appuyant sur ses parois internes sous tous les angles. C’est à son tour de faire gémir son partenaire qui semble sur le point d’exploser avant de se ressaisir. Au grand dam de Naruto, il se retire pour ne pas jouir trop vite et reprendre son souffle, un grand sourire aux lèvres. Naruto se caresse doucement la queue, toujours bien excité et se mord la lèvre inférieure. Il a terriblement envie de rentrer un doigt dans son petit trou délaissé mais il résiste à la tentation, sentant le regard pénétrant de son double sur lui. Il n’attend que de le voir craquer, guettant le moindre signe de faiblesse.

« Tu es vraiment très sexy en fille » lui dit soudain le clone en lui caressant la joue. « Ca te va parfaitement bien »

Surpris par cet élan de gentillesse, le jeune ninja se trouve tout désarmé et ne résiste pas lorsque son vis-à-vis attire la tête blonde vers son sexe fièrement dressé. Le goût est différent à présent mais pas désagréable du tout. Il faut le temps de plusieurs va et vient entre sa langue et son palais avant qu’il ne réalise que ce goût qu’il savoure est celui de son propre anus. Trop tard pour s’offusquer et d’ailleurs il doit bien reconnaître que cette queue est encore meilleure ainsi. « Oh seigneur, qui aurait cru que sucer des bites serait si bon » se dit-il, concentré sur sa fellation.

« Oh c’est trop bon. Viens ! Grimpe moi dessus ! Vite ! Je veux te voir prendre ton pied tout seul sur ma bite »

Naruto ne se fait pas prier pour monter sur le corps allongé de son clone, coller son petit trou rose sur le membre frémissant et se l’enfoncer progressivement jusqu’à se sentir totalement rempli.

« Allez bouge ton petit cul ma belle. Fais toi plaisir. Laisse ton coté féminin s’exprimer ! »

En effet, obligé de s’enfoncer ce sexe dressé par lui-même, Naruto ne s’est jamais senti aussi femme ! Ses longues couettes et ses seins parfaits rebondissent au rythme de ses reins. Même si sa bite bien dure et ses petites couilles lisses s’agitent également de haut en bas, claquant sur le bas ventre musclé de son amant, il n’y a plus rien de masculin dans son comportement, ni dans ses gémissements.

A mesure qu’il s’habitue à la position, il cambre son dos davantage pour faire peser cette queue ardente sur sa prostate. Il monte et descend rapidement, faisant frotter l’épaisse tige ardente de sa rondelle délicate au plus profond de son cul.

« Oui ! Oui !! C’est bon ! Oooohh oui ! Je vais jouir ! Ooohh ! »

Soudain il se sent basculer. Ses épaules viennent heurter le sol tandis que ses jambes sont soulevées. Le voici la tête en bas, les seins écrasés sur le menton, replié sur lui-même. Sa propre bite se dresse à quelques centimètres de son visage tandis que dans son anus, la baise reprend de plus belle. Il tente de diriger sa queue, prête à exploser comme jamais mais ses deux mains sont bloqués au dessus de sa tête et la clone maintient également son visage pour l’empêcher de se détourner. Impossible de retenir la monumentale éjaculation ! Naruto regarde avec panique sa propre bite qui semble si grosse vue de près, si dure. C’est à la fois magnifique et terrifiant, embarrassant et si excitant ! La jouissance grossit de plus en plus, si forte, emportant tout le reste dans une vague de plaisir. Naruto, tout haletant ne peu s’empêcher de gémir alors que son orgasme arrive. Sa bite touche presque son menton lorsqu’une pluie de sperme s’abat sur lui, recouvrant son nez, ses joues, s’infiltrant entre ses énormes seins et dans sa bouche ouverte. Le goût de sperme lui emplit la bouche à mesure que le sperme s’accumule sur sa langue. L’odeur et la chaleur ensorcellent davantage son esprit. Jamais il n’a senti une telle plénitude, extase suprême. Il ferme les yeux et avale une partie de l’épais breuvage en soupirant de contentement. Il sent son corps être délicatement reposé, détendu. Il se caresse le sexe dont les derniers soubresauts envoient un peu de son jus sur son ventre. Lorsqu’il rouvre les yeux, il se retrouve à nouveau avec l’œil rose et frémissant d’une bite sur le point d’exploser. A peine le temps de se fermer les yeux qu’une nouvelle douche de sperme vient le recouvrir. Après un premier jet, le clone pousse son sexe dans la bouche de Naruto, lui arrosant la langue. Le liquide chaud vient se mélanger aux restes de son propre sperme, venant remplir sa gorge. Lorsque le flot se tarit enfin, le clone se retire, la queue humide et collante de sperme pour reprendre son souffle. La semence coule de la bouche de Naruto jusque sur son menton et sa poitrine mais cela n’a pas d’importance tant tout son corps et couvert du liquide visqueux, chaud et si… délicieux !

Lui-même se laisse tomber en arrière pour se remettre de ses émotions. Heureux et épuisé, il jette un œil au clone et lui sourit avant de rompre le ninjutsu. Dans un nuage de chakra, son amant inattendu disparaît et alors, quelle surprise ! Toute l’expérience vécue par le clone lui arrive à l’esprit ! C’est comme s’il jouissait une deuxième fois, goûtant à nouveau au plaisir de cette partie de baise impromptue, découvrant le plaisir intense de se faire sucer et de prendre ce petit cul vierge sauvagement. Il se voit pour la première fois en fille, si sexy, la bouche pleine d’une belle queue lisse et dure et se reconnaît à peine : une vraie chaudasse. Cependant, si c’était à refaire, se dit-il, je referai pareil, peut être même pire ! Cette double expérience aura été vraiment incroyable !

Après avoir retrouvé ses esprits et son aspect habituel (bien que le sperme soit resté collé sur l’ensemble de son corps) il finit par se remémorer la raison pour laquelle il s‘entraînait à la base.
« Peut être que je sais faire des clones maintenant… » se dit-il, commençant dans le même temps à faire les signes du ninjutsu. « Clonage ! »

… Une bûche chevelue à nouveau ! Naruto est dépité un court moment avant de se reprendre.

« Bah au moins je sais me transformer en fille ! J’adore l’entraînement ! Youhou ! » s’exclame avant de partir en courant.

63% (6/3)
 
Categories: AnalFirst Time
Posted by Baachan
11 months ago    Views: 410
Comments (5)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
21 days ago
Wow, juste méga-excitant ce récit, j'ai adoré tout du long
4 months ago
Merci :) naruto sous un autre jour ;)
5 months ago
merci pour les commentaires :)
8 months ago
magnifique ! aimant plutot naruto, j'ai adoré le récit :)
8 months ago
ahahah, rigolo et bien écrit !
Bon après comme j'aime pas Naruto, je risque pas de fantasmer sur lui :p