"S" Domina ...

Suite à un dial avec une personne qui se reconnaîtra ( A. ) , j'ai décidé de laisser pour mémoire cette aventure avec "S.". Je porte pour cela mon bijou bleu, comme mes yeux.

J'ai rencontré S. sur un site branché BDSM. Nous avons rapidement établi un contact via ce site, puis nous avons échangé nos mails et nos msn afin de pouvoir communiquer mieux.
J'aime le plaisir des jeux BDSM, d'un côté comme de l'autre. Elle, Dominatrice expérimentée, mariée et très discrète. Nos échanges réguliers m'ont permis de lui faire part d'une expérience que je voulais vivre. Rencontrer une inconnue, m'offrir à elle, sans jamais pouvoir voir son visage. Cette expérience la tentait, sous les conditions qu'elle fixait : il n'y aurait qu'une seule rencontre quoiqu'il arrive, cela se passerait dans un hôtel confortable proche de chez elle, elle arriverait en fin d'am et repartirait dès le petit déjeuner et c'est elle qui fixerait la date jugeant le moment opportun entre ses dispos et le moment où elle sentirait que j'étais prêt, qu'elle me connaissait assez pour qu'elle aussi trouve un vrai plaisir à me dominer et à me faire découvrir de nouvelles expériences.
J'ai dit oui...sans hésiter.
Au fur et à mesure de nos échanges via msn, j'ai pu voir ses mains, ses longues jambes, parfois son décolleté, parfois sa silhouette en contre jour. Elle était joliment élancée, très féminine.
Nos échanges lui permirent de tester ma résistance à la douleur, à la cire chaude, aux pinces. Mais aussi aux bondages qu'elle me demandait d'exécuter suivant ces conseils, pas à pas, devant ma caméra, du plug qu'elle me demandait de porter de plus en plus longtemps.
J'aimais ces échanges, nous partagions aussi des échanges moins poussés sur nos vies privées. Les mois ont passé ainsi.
Presque 2 ans après notre premier contact, elle me proposa de convenir d'une date sur une semaine. Le mercredi soir fut convenu. J'en avais les jambes qui tremblaient et une excitation folle. Mon sexe coulait dans mon caleçon au moment de ce choix validé.
J'avais réservé l'hôtel, nous étions début septembre. C'était des petits chalets assez confortables, avec une cuisine et un grande salle à manger en bas, 2 chambres et une salle de bain au milieu à l'étage, séparés les uns des autres, avec une haie et accès à la piscine.
Les consignes, que j'avais reçu par sms vers 15h, étaient de l'attendre à l'étage, dans la salle de bain, nu, à genoux, dos à la porte à partir de 16h30. J'étais prêt à 16h20, tremblant comme une feuille. Nu dans la salle bain, la tête avec milles idées, milles images, et mon sexe dégoulinant d'excitation.
Les minutes me paraissaient interminables. J'essayais de compter les secondes dans ma tête, mais rien n'y faisait, mon esprit revenait à ses images, ses mains, son décolleté...
Un moment donc plus tard, j'entendis des pas arriver vers le chalet. Oui, c'était bien des talons, j'ai l'oreille aiguisée. La porte était ouverte, elle entra, fermant la porte à clé derrière elle. Puis, je l'entendis monter l'escalier, le petit couloir. La porte de la salle de bain était ouverte pour qu'elle me trouve dès son arrivée dans la position qu'elle m'avait demandé.
« Bonjour,... c'est bien. Reste dans cette position, j'ai besoin d'une douche »
Je l'entendais se déshabiller derrière moi, elle rangea ses habits soigneusement. Avec son foulard, elle me banda les yeux en passant par dessus moi. Elle me fit faire un demi tour pour me retrouver face aux toilettes. Je la sentis s'assoir, et libérer sa vessie, j'étais à quelques centimètres de son entre jambes. J'avais tous les sens en éveil. Mon nez reniflait comme un chien policier, je voulais m'envahir de ses odeurs, j'aime les odeurs...
Sortie de sa douche, elle changea de ton. Sa voix était devenue ferme, appuyée. J'ai senti que les choses allaient changer. Elle commença par m'administrer une fessée magistrale, assise sur mon dos, moi toujours à 4 pattes sous elle. Puis elle m'emmena dans la chambre, me fit mettre à genoux ventre au lit. Elle ouvrit son sac et sorti une cravache longue. Elle voulait me marquer d'entrée de jeu. Après une bonne vingtaine de coups francs, elle me fit écarter les jambes pour enserrer mes testicules avec une cordelette. « C'est ma laisse pour te tenir désormais ! » Ses mots résonnent encore dans ma tête. Tirant sur cette laisse pour ne pas que je bouge pendant ses coups partout sur mon dos. Je ne pouvais plus compter les coups entre la douleur, et les questions qu'elle me posait sur mes limites, mes attentes, mes tabous. Alors qu'elle savait déjà tout …
Quand elle décida que je ne pouvais plus, elle me fit allongé sur le ventre à côté du lit, entre la fenêtre et le lit. Elle attacha ma laisse toujours reliée au pied du lit d'un côté et au pied de la table de chevet de l'autre côté. Je ne pouvais pas me lever de + de 10 cm sous peine de tractions trop fortes sur mes testicules. Une fois ainsi bondé, elle m'enleva le foulard sur mes yeux. Mais face contre terre, je ne pouvais même pas me retourner, même pour essayer. Et je voulais respecter la consigne, ne jamais voir son visage ni chercher à le voir.
Elle me laissa ainsi, partant profiter de la piscine seins nus...Mon sexe coulait à nouveau d'excitation. Je l'entendais nager, la fenêtre était ouverte...
Un long moment après, elle remonta. Après une rapide douche pour enlever le chlore, elle me libéra non sans m'avoir attacher les poignets dans le dos. La position devenait dure à tenir. Sa cravache eu vite fait de me rappeler que j'avais souhaité être là. Elle me fit mettre sur le dos, sur le lit, passer mes mains de l'autre côté de mes jambes. J'avais les mains attachées, posées sur mon sexe ruisselant d'excitation et mes testicules emprisonnées sous sa laisse. Elle s'assit nue directement sur mon visage. J'ai eu à peine le temps d'ouvrir la bouche, pour mon plus grand plaisir aussi. Ce face sitting dura longtemps. Elle tenait d'une main mes testicules et de l'autre ma tête entre ses jambes, tirant par moments sur la laisse. Ma langue fouillait en elle, partout, en presque apnée. J'avais à peine remarqué qu'elle avait un large masque sur le visage. Pour mon plus grand plaisir, elle jouit une première fois et je sentis ces spasmes humides sur mon visage. J'étais excité mais je ne pouvais pas me caresser, terrible !
Après son orgasme, elle m'annonça qu'elle allait attendre les repas commandés au room service par avance. Elle en bas, moi au dessus, restant nu. Mais j'avais le droit de fumer une cigarette, et d'ouvrir la bouteille de champagne … Ah, une cigarette !! Et il est 20h30 … Incroyable.
La bouteille ouverte, je l'entends remonter. Elle porte son masque. Vêtue d'une combinaison en vynil qui ne laisse aucun doute sur ces pratiques, et des ouvertures zippées bien ciblées …
Nous trinquons...Le temps de servir le second verre, ça frappe à la porte. Elle descendit ouvrir comme ça...Le repas vite avalé, la faim était ailleurs, l'ivresse de quelques coupes de champagne aidant... «  A 4 pattes dos à moi ! » Je ne pouvais rein faire d'autre que m'exécuter. Elle saisit un gant en latex, et commença à titiller mon orifice. J'étais surpris, tendu. Mais elle prit soin, en douceur de jouer gentiment avec ma rondelle pour l'ouvrir assez, y glisser deux doigts puis un petit plug vibrant. Le plug en moi, je recevais alors de la cire chaude sur le dos...quelques gouttes puis parfois de longues coulées... C'est chaud, ça fouette...Enlevant le plug, elle enfila un harnais muni d'un double god ceinture. Elle pointa doucement le god au bord de mon orifice puis poussa doucement jusqu'à être au fond de moi. Elle saisit alors mon sexe toujours coulant dans sa main, alternant les masturbations sur mon sexe et les va et vient dans mon orifice offert. Elle me retourna, pour me mettre sur le dos. Elle enleva le god qu'elle avait en elle pour me le faire lécher. J'étais aux anges !! Puis elle vient à nouveau s'assoir sur mon visage, je sentais son sexe trempée, ruisselant, j'adore...Au moment de jouir, elle se releva un peu prenant appui sur moi, pour me tenir appuyé au sol et se tenir au dessus de moi, ma bouche à 10 cm de son sexe. Je vis trois de ces doigts rentrer, et après quelques va et vient très rapide, ressortir aussi vite avec un flot qui m'inondait le visage. Bouche ouverte, je me régalais...Ses râles terminés, moi fou d'excitation, elle remit son double god ceinture pour me prendre à nouveau. Moi sur le dos, jambes relevées, elle en moi avec son god ceinture donnant des coups de reins longs mais presque doux, sa main me masturbant le sexe fermement. Dès qu'elle sentait que j'allais jouir, elle arrêtait ses caresses et me serrait le sexe. Plusieurs fois j'ai failli jouir. Quand elle me lança : «  Jouis maintenant, pour ta Maîtresse »
Sitôt dit, un choc électrique me parcouru le corps. La jouissance venait des pieds, des jambes, des bras, de partout, de profond, et long, longtemps...Je ne peux pas dire si j'ai crié, c'était comme au bord de l'évanouissement. Elle retira son god en moi, me laissant par terre. Je l'entendais l'eau couler dans la salle de bain. Mais j'étais assommé par cette jouissance si forte. J'ai sombré dans un demi sommeil. D'un coup, mon telephone sonna...dur réveil, l'eau ne coulait plus. Le temps de me relever du sol, plus rien à elle. C'était un sms de sa part...pour me dire au revoir. Et me dire où trouver le petit mot qu'elle m'avait laissé, et le cadeau qu'elle m'avait laissé avec, en souvenir de ces bons moments...
Merci « S » pour ces fabuleux moments !!
91% (8/1)
 
Categories: BDSMFetishFirst Time
Posted by Apollon25
3 years ago    Views: 366
Comments (3)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
lu et sans plus
3 years ago
En effet excellente histoire... et il y a eu une suite????
3 years ago
Histoire passionnante et... très excitante. Je l'ai dévorée.